BORNES ÉLECTRIQUES

Le Joker est sans aucun doute l’un des personnages les plus populaires de l’univers Batman. Il a fait sa première apparition en 1940 et, depuis, il revient régulièrement hanter notre super-héros. En effet, le vilain a connu nombre d’adaptations, tant dans le monde de la bande dessinée qu’au cinéma (on se rappellera notamment de l’excellente prestation du regretté Heath Ledger dans « Le Chevalier noir »). La dernière en date, intitulée tout simplement « Joker », vient de paraître dans les rayons des librairies.

Joker va « mieux »

Le Joker vient d’être libéré de l’Asile d’Arkham. Selon ses médecins, le criminel serait enfin mentalement sain. On se doute que c’est tout sauf vrai. Jonny Frost, un jeune truand, se propose pour aller chercher le Joker. Ce sera alors le début d’une longue (et difficile) aventure.

Il faut dire que pendant son absence, les associés et ennemis du Joker en ont profité pour prendre les territoires qui lui appartenaient. Avec sa « douceur » habituelle, il va tenter de les reprendre, et ce, même s’il n’a pas un sou en poche. Mais il est très débrouillard et rapidement, il va se renflouer en éliminant, au passage, un ou deux obstacles.

Très tôt, on se rend compte que le Joker est un personnage craint, même par les plus grands criminels de Gotham. Il ne faut jamais niaiser avec le Joker, au risque d'y perdre la vie. À ce propos, quelques-uns des plus grands antagonistes de la série feront leur apparition (Killer Croc, Double-Face, Le Pingouin et Harley Quinn), si bien qu’on en oublie presque la présence de Batman.

Mais il ne faut pas se leurrer! Le justicier veille sur la ville et n’hésitera pas, lors des dernières pages de l’album, à intervenir, lorsque le Joker aura dépassé les bornes.

À LIRE AUSSI : Découvrez l’excellente série « 100 Bullets »

Une narration originale

Le scénariste Brian Azzarello a cru bon de confier la narration non pas, comme le présageait le titre, au principal intéressé, mais plutôt à un personnage peu connu de la saga, Jonny Frost.

J’avoue avoir été déçu par ce choix durant les premières pages, mais finalement, je pense qu’il s’agit quand même d’une bonne idée. Car c’est par les yeux de cet homme presque ordinaire (ce n’est pas non plus un enfant de chœur, il a fait de la prison 5 fois) que l’on peut se rendre compte de toute la démesure du personnage. Si le narrateur avait été le Joker, je pense que le récit n’aurait pas été aussi intense et dérangeant. On aurait plus de difficulté à juger ses actions.

L’histoire de Jonny Frost prend donc les allures d’une véritable descente aux enfers. Au début, il accompagne le Joker dans un but évident de s’enrichir et de monter dans les échelons, sans trop se préoccuper des dommages collatéraux. Par contre, il va prendre conscience graduellement que les risques qu’il prend sont peut-être trop élevés pour ce qu’il a en retour. Le Joker est un personnage instable dont il est impossible de prévoir les réactions. Il peut vous dire qu’il vous aime et, la seconde d’après, vous tirer une balle dans la tête. Malheureusement pour Jonny, quand il se rendra compte qu’il est dans le pétrin, il sera trop tard. On ne quitte pas le navire quand c’est le Joker qui est à la barre.

Pour le dessin, Lee Bermejo a, sans grande surprise, préféré aller dans les couleurs sombres. Bien sûr, seul le Joker habillé comme un clown démoniaque contraste avec cet univers glauque. Son apparence est à mi-chemin entre ce que nous offrait le jeu vidéo Batman : Arkham City et le film de Christopher Nolan. J'ai particulièrement aimé quand le dessinateur nous le montrait dans des positions vulnérables. La scène où il pleure sur le ventre d'une femme est mémorable. Bref, artistiquement, c'est très réussi. 

Verdict

En sortant Joker peu de temps après la sortie de Le Chevalier noir, Brian Azzarello et Lee Bermejo ont pris, avouons-le franchement, un très grand risque. Pour plusieurs, rien ne pourra battre la prestation de Heath Ledger. Il est évidemment difficile de comparer deux médias. Par contre, à mon sens, Joker est un complément souhaité et, de surcroît, bien réalisé, du long métrage de Nolan. Si vous avez aimé voir le Joker au grand écran, attendez de le voir dans cette bande dessinée. Un incontournable pour tous les fans de super-héros.   

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5  

 

Joker

Azzarello et Lee Bermejo

Dc Deluxe

144 pages

 

Source(s) image(s):
Urban Comics

Commentaires