Samedi, ce sera le dernier match du Tricolore avant la pause olympique. Pour la majorité des joueurs, ce long congé va permettre de se remettre d'aplomb et de profiter des festivités « grandioses » (ouf...) du Carnaval de Québec. Mais pour Emelin, Markov, Pacioretty, Plekanec, Subban, Price et Budaj, pas le temps de relaxer. Ils devront même pousser la note encore plus pour aider leur pays respectif dans la conquête de la médaille d'or. Comment cela se traduira-t-il sur la glace? Voici mes analyses et prédictions de leurs performances pour chacun d'entre eux. (P.-S. : Diaz, tu t'en es sauvé juste à temps!)

Alexei Emelin (Russie)

Pour que « BOOMishnikov » fasse une différence pour son équipe, il va devoir se concentrer sur un rôle physique. Si je regarde l'alignement des Russes, ce n'est pas eux autres qui vont faire éclater des crânes dans les coins. Même s'il n'est pas mauvais avec la rondelle, Emelin est à son meilleur quand il doit « rentrer » dans l'adversaire qui la transporte. Son temps de jeu devrait se situer idéalement entre 12 et 15 minutes. Mais si Zinetula Bilyaletdinov (ça, c'est le nom du coach russe; essayez de le prononcer avec un bas dans la bouche, voir...) décide qu'Emelin doit être un pilier en défense, relancer l'attaque et jouer 23-24 minutes, la Russie est dans le gros pétrin. Prédiction : Emelin va finir le tournoi à -38 et va devenir le sujet de blagues russes comme : « Combien ça prend d'Alexei Emelin pour ouvrir une bouteille de vodka? Au moins 38! » (dans le sens de -38... eille j'ai jamais dit que ce serait une bonne blague, ok ?). 

À lire aussi : Markov et Emelin, agents doubles pour Team Russia?

Andrei Markov (Russie)

Le cas de Markov est plus complexe que celui d'Emelin. Sans l'ombre du petit doigt d'un doute, le défenseur no 1 de la Russie, l'as passeur, sera assurément de tous les avantages numériques, de tous les désavantages, va jouer en masse à cinq contre cinq et remplira probablement des fonctions d'assistant-capitaine. Un peu plus et on le nommait joueur-entraîneur comme Reggie Dunlop. C'est ce qui m'inquiète dans son cas. À Montréal, il y a Subban qui lui permet de souffler un peu. Là, non seulement aucun autre défenseur de l'équipe n'est même proche de pouvoir le remplacer, il va en plus devoir élever son jeu d'un cran. La grandeur de la glace va lui permettre d'avoir plus d'espace pour faire sa première passe, mais ça veut aussi dire qu'il va avoir plus de territoire à couvrir. Et on n'a qu'à regarder ses coéquipiers en défense pour comprendre qu'il va patiner en ciboulot. Prédiction : Markov devra être réanimé 2-3 fois durant les JO.

Max Pacioretty (États-Unis)

Du groupe, Max est probablement celui qui a le plus de chances de connaître un tournoi du tonnerre. Pour commencer, il aura probablement un poste sur la 2e ligne (au pire sur la 3e... non, au pire pas pantoute, parce qu'il se blessera peut-être d'ici là, mais restons positifs), ce qui fait qu'il n'aura pas tous les projecteurs braqués sur lui. De plus, il ne jouera pas contre les meilleurs éléments adverses, aura un peu de temps en supériorité numérique, ne sera pas capitaine ou assistant et n'aura pas à traîner l'équipe sur ses épaules. Bref, il aura du gros fun sale. Le seul point d'interrogation : sera-t-il capable de produire sans David Desharnais? Je ne crois pas que ce sera un problème. Au pire, Dan Bylsma a juste à demander à Pavelski de jouer à genoux. Prédiction : 7 buts, 3 passes pour Pacman, il sera nommé meilleur joueur américain, va apparaître sur des boîtes de céréales, décrochera un rôle à Saturday Night Live et deviendra analyste à NBC quand le Canadien sera sorti des séries. Le film est pour dans 20 ans.

Thomas Plekanec (République tchèque)

Le valeureux Plekanec a eu l'insigne honneur d'être nommé capitaine d'une plutôt bonne formation tchèque, mais sûrement pas la meilleure depuis la séparation de la Tchécoslovaquie en 92. À n'en point douter, Pleky va se donner corps et âme pour son pays et va peut-être faire quelques flammèches avec Jagr, mais je ne le vois pas terminer dans les premiers marqueurs, surtout s'il doit traîner avec lui le gériatrique Petr Nedved (oui, il est toujours vivant!). Il aura au moins la chance de jouer sans pression pour un club que personne ne voit sur le podium... sauf la FIHG, qui les classe 3e, devant le Canada, la Suède et les États-Unis. Y s'en fume du pas pire de l'autre côté de l'Atlantique. Prédiction : Plekanec finira premier de son pays pour les +/- pis y fera pas chier personne avec ça en revenant. 

P.K. Subban (Canada)

Le cheval fou de la brigade défensive du Canada sera assurément un joueur à surveiller. Avec une glace plus grande (je l'ai-tu dis assez que la glace était plus grande?), P.K. pourrait nous éblouir par sa vitesse et ses envolées féroces. La qualité des autres arrières du pays fait en sorte que Subban pourra se concentrer sur des missions précises comme faire fonctionner l'avantage numérique ou taper sur les nerfs des Suédois. Bien sûr, son utilisation dépend de ce que Mike Babcock a en tête, mais j'suis certain que Subban ne s'ennuiera pas à Sotchi même si y a beaucoup moins de bars de danseuses dans l'coin. Prédiction : 2 buts, 2 passes, +1, mais il va aussi réaliser quelques jeux risqués qui feront perdre à Claude Julien les cheveux qu'il lui reste. 

Carey Price (Canada)

Carey sait très bien qu'il sera le joueur le plus surveillé de ce côté-ci de l'Atlantique. Depuis le début de l'année, tous les gérants d'estrade du pays se demandent s'il peut mener le pays en terre promise. Pour ma part, j'ai confiance en lui et si j'étais l'entraîneur, je lui accorderais le poste de no 1. Luongo a beau avoir gagné l'or en 2010, il sera confiné à un rôle de mentor, et Mike Smith, à celui du gars qui a beaucoup de temps libre. Si Price affiche la forme qu'il a souvent eue cette saison, le Canada est en voiture (et on parle ici d'une Lamborghini), mais s'il tombe dans la vodka « drette » en arrivant, le Canada sera toujours en voiture, mais plus en Hyundai Pony 88. Prédiction : Si le Canada remporte la médaille d'or, c'est que Price aura fait le boulot. Sinon, ben ce sera sa faute, comme chaque fois qu'on perd.

Peter Budaj (Slovaquie)

Celui qui aura la job la plus facile de tous. Comme Halak sera nommé gardien no 1, Budaj ne verra pas beaucoup d'action, situation dans laquelle il excelle. Sans être habillé en cheerleaders avec des pompons trois couleurs dans les escaliers entre deux arrêts de jeu, vous le verrez distribuer des encouragements comme jamais... pis c'est pas mal ça. On lui souhaite de goaler contre la Slovénie, mais comme c'est probablement le seul match que le pays a de vraies chances de gagner, ce sera probablement Jaro qui gardera les filets. Bon! Au moins, il sera celui qui rapportera le plus de souvenirs... à moins qu'il reçoive une puck en arrière de la tête pendant qu'il zyeute une partisane suédoise. Prédiction : Budaj va battre Carey Price dans la colonne des buts alloués et de la moyenne; 0,00, c'est dur à battre.

Source(s) image(s):
www.gizmodo.com

Commentaires