BORNES ÉLECTRIQUES

Après nous avoir fait découvrir le monde du grand requin blanc et des titans de l’ère glaciaire, le cinéma IMAX TELUS du Centre des sciences de Montréal nous emmène dans l’une des régions les plus surprenantes du monde grâce à « Galapagos 3D : Merveilles de la nature ».

Du jamais-vu!

Martin Williams, le réalisateur du film, n’a pas eu peur de déployer les grands moyens pour son œuvre. Il a ainsi eu recours à la trois dimensions, mais également à l’imagerie à ultra haute résolution 4K, une première pour ce type de production. En effet, il s’agit du premier film qui nous permet de visiter les îles Galápagos en 4K.

Et on peut dire que tous ces coûteux moyens techniques n’ont pas été déployés en vain. Du point de vue visuel, Galapagos 3D : Merveilles de la nature est tout simplement l’une des projections les plus ambitieuses jamais présentées par l’institution montréalaise. Ces images sont à couper le souffle!

Ce qui frappe le plus dans la production est cette proximité entre la faune et le spectateur. Les animaux sont filmés de très près, nous permettant d’apprécier tous les détails de ces magnifiques bêtes. On a souvent l'impression de se retrouver dans leur quotidien, comme si de rien n'était. 

Il faut dire, à ce propos, que le cinéaste a fait preuve d'audace en sortant plus d’une fois hors des sentiers battus. Bien sûr, il a consacré plusieurs minutes de son reportage aux animaux les plus populaires de l’archipel, comme l’iguane marin des Galápagos et la tortue géante des Galápagos. En revanche, il a refusé de donner une vision « carte postale » de cette région et ne s’est pas gêné pour nous montrer des êtres moins aimés du grand public, comme des araignées et des insectes.

Inconsciemment, il fait prendre conscience aux petits comme aux grands que toutes les créatures, aussi « insignifiantes » soient-elles, ont leur importance dans les écosystèmes et spécialement dans celui-ci.

Le reportage aborde également l’histoire des îles Galápagos et de ses créatures. C’est simple, mais quand même très bien expliqué. On se rend compte que l’évolution y a joué un rôle plus qu’important. Après tout, si Charles Darwin n’y avait pas séjourné, peut-être que le monde de la science ne serait pas le même aujourd’hui…

Évidemment, les puristes ou ceux qui ont étudié en science pourront trouver que le volet scientifique n’est pas assez approfondi. Il ne faut pas oublier que Galapagos 3D : Merveilles de la nature s’adresse à toute la famille et non pas à des biologistes avertis. Personnellement, je crois qu'il s’agit d’un bon mélange entre divertissement, émerveillement et apprentissage.

La 3D est un complément intéressant qui plaira davantage aux jeunes cinéphiles. Pendant la projection, il y avait des enfants qui essayaient régulièrement de « toucher » les animaux montrés à l’écran. Pour ma part, je l'ai trouvée moins envahissante que dans d'autres films IMAX, ce qui n'est pas mal en soi. 

Comme la majorité des films présentés au IMAX Telus, Galapagos 3D : Merveilles de la nature dure moins d’une heure, soit environ 40 minutes. C’est évidemment plus court qu’un long métrage habituel, on ne se le cachera pas. Cependant, il faut voir ce film davantage comme un complément à la visite du Centre des sciences de Montréal que comme un tout. À mon avis, c’est le genre de production que l’on va voir en famille après ou avant la visite de l’exposition de ce musée scientifique. En tout cas, c’est ce que je vous recommande de faire, surtout si vous venez de l’extérieur de Montréal. C’est une bonne façon de maximiser sa journée.

Verdict

En décidant de projeter Galapagos 3D : Merveilles de la nature, le Centre des sciences de Montréal a vu juste. Il convie les cinéphiles de tout âge à (re)découvrir l’une des régions les plus merveilleuses du monde, sans jamais tomber dans la lourdeur ni dans le spectacle gratuit. C’est beau, mais aussi intelligent. Que demander de plus?

 

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Galapagos 3D : Merveilles de la nature prend l’affiche le 7 février exclusivement au cinéma IMAX TELUS du Centre des sciences de Montréal.

Source(s) image(s):
Centre des sciences de Montreal

Commentaires