Vous détestez les jeux de rôle japonais? Alors, aussi bien arrêter de lire ici puisque cette critique vous fera simplement perdre un temps précieux. En effet, « Bravely Default », qu’on attendait avec impatience en Amérique du Nord, ne s’adresse pas à ceux qui ont en horreur les combats à tour de rôle et la progression lente d’une histoire. Or, pour les autres, le jeu de Square Enix et Silicon Studio est tout bonnement un incontournable sur Nintendo 3DS tant il s’agit d’un hommage aux vieux jeux de rôle japonais duquel on ne décroche pas facilement!

Les clichés du jeu de rôle japonais

Bravely Default vous met aux commandes de Tiz, un jeune homme qui voit son village être ravagé du jour au lendemain sans explication. Très rapidement, ce villageois au courage d’un chevalier croisera la route d’Agnès Oblige, une gardienne du cristal du vent menacée par les forces de l’ombre. Évidemment, comme vous pouvez aisément l’imaginer, vous serez amené à former votre groupe de 4 personnages afin de sauver le monde des agents du mal. Bref, au niveau du scénario, c’est classique, cliché et dans la même veine que beaucoup (trop?) de jeux de rôle japonais.

Or, ce n’est pas que d’un point de vue scénaristique que Bravely Default rappelle les premiers Final Fantasy ou Dragon Quest de ce monde. En effet, tous les éléments classiques d’un jeu de rôle de l’orient y sont présents, de combats à tour de rôle aléatoires générés par des ennemis invisibles sur une énorme mappemonde jusqu’à des noms de protagonistes assez étranges merci. Les niveaux gagnés à l’aide d’expérience, les classes de personnages, les coups d’armes côtoyant les sorts magiques, les coffres à découvrir au sein de grottes et donjons, l’argent ne s’accumulant pas aussi vite qu’on le voudrait pour acheter les meilleures armes et armures et même le bon vieux aéronef sont présents au sein de ce jeu! Quand je vous disais que vous détesterez si vous n’aimez pas le genre, ce n’était pas des blagues!

Une fraîcheur surprenante au sein des combats

Pourtant, même s’il est très classique dans sa forme, Bravely Default procure un sentiment de fraîcheur grâce à l’inclusion de nouveautés jamais ou rarement vues au sein d’autres jeux de rôle. Je ne me rappelle pas avoir joué à un jeu mélangeant aussi bien des éléments classiques avec des nouveautés insoupçonnées, du moins pas au cours des dernières années. Ainsi, même si Bravely Default rappelle les premiers Final Fantasy, il n’en demeure pas moins un jeu unique en soi possédant son propre charme.

La grande nouveauté introduite avec le jeu est son système « Brave » et « Default » lors des combats. Ce système vous permet d’enchaîner les attaques au cours d’un même tour en sacrifiant vos tours de combat subséquents ou bien d’adopter une position défensive et de mettre en réserve des tours de combat afin de pouvoir enchaîner des attaques avec un même personnage sans être pénalisé. C’est complexe à comprendre au début, mais vous parviendrez à maîtriser ce système rapidement grâce à des explications claires fournies au sein de l’aventure. Cela ajoute un bel élément de stratégie à des affronts plutôt classiques en ce sens que vous pouvez jouer de prudence ou bien empêcher un ennemi d’attaquer selon ses points de vie restants et la force de vos guerriers. Toutefois, sachez que les ennemis peuvent aussi utiliser ce système et vous faire payer un manque de prudence!

Par ailleurs, Bravely Default vous permettra de déverouiller plus d’une vingtaine de classes de personnages en éliminant les boss que vous rencontrerez, surtout au sein des missions secondaires. Lorsque vous en tuerez un, vous récupérerez son essence et aurez ainsi accès aux aptitudes de sa classe. Puis, en combattant avec une classe, vous obtiendrez des points afin de l’augmenter, ce qui vous donnera accès à des sorts ou techniques plus puissants. Question d’approfondir les stratégies présentes, vous pourrez mixer les techniques et habiletés des classes auxquelles un personnage aura accès afin d’en faire un guerrier non seulement complet, mais aussi cadrant avec votre style de jeu. Un moine à la puissance de frappe élevée pourra donc aussi lancer des sorts de soin si vous le désirez!

De plus, j'ai énormément apprécié les options de personnalisation. À tout moment, le jeu nous permet de régler sa difficulté ou encore de modifier la vitesse des combats. Ainsi, lors d'un tour d'attaque, vous pourrez accélérer ou décélérer la vitesse d'action en temps réel, ce qui permet de contre-balancer l'ennui et la répétition des affronts pour améliorer nos héros. De plus, le jeu permet de régler la fréquence d'apparition des monstres rencontrés, et ce, en tout temps. Vous auriez besoin de quelques niveaux supplémentaires parce que les ennemis d'une région sont plus puissants que vos guerriers? Augmentez la fréquence d'apparition des ennemis ainsi que la vitesse des combats et vous récolterez vos niveaux plus rapidement et aisément! On donne le contrôle du jeu au joueur et c'est là une véritable force de Bravely Default que d'autres studios devraient emprunter.

Des fonctions sociales dans un jeu solo!

Silicon Studio et Square Enix ont certes développé Bravely Default en tant que jeu de rôle solo, mais cela ne les a pas empêchés d’introduire quelques fonctions sociales. Ainsi, vous pourrez faire intervenir les personnages de vos amis ou de joueurs sur Internet par l’entremise d’attaques spéciales. Si vous ne rencontrez personne, sachez qu’un bot allié peut aussi être généré au sein du jeu afin de vous donner l’illusion d’avoir un appui externe.

D’autre part, vous aurez l’occasion de reconstruire le village de Tiz en ajoutant des habitants via StreetPass. En gros, les joueurs que vous croiserez s’ajouteront au nombre d’habitants qui pourront alors donner un coup de main dans la reconstruction du village, bien que quelques habitants viendront vous prêter main-forte automatique à mesure que la reconstruction progressera. Un peu à la façon d’un jeu mobile ou d’une plate-forme sociale, chaque allée à dégager ou boutique à reconstruire prend un certain temps. Plus vous mettez à l’œuvre de personnages, plus le temps de construction sera court. Je vous encourage vivement à maximiser comme vous le pouvez vos rencontres puisque ce sont souvent les armes et armures du village qui seront les plus utiles durant votre quête. Veillez toutefois à avoir assez de sous puisqu’elles sont plutôt dispendieuses!

Finalement, vous verrez apparaître de façon sporadique des colosses dans votre village, soit de très puissantes créatures qui vous donneront tout un défi. Or, vous pourrez également en recevoir d’autres joueurs ou bien en envoyer. Si les éliminer rapporte généralement son lot de récompenses, les colosses sont beaucoup plus forts que faibles, même au niveau recommandé pour les éliminer. Personnellement, ma première rencontre avec l’un de ces monstres s’est soldée par l'anéantissement de mon groupe en un seul coup!

Quelques irritants mineurs

Même si j’ai adoré Bravely Default, de petits éléments m’ont fait sourciller durant mon aventure. Outre une histoire peu prenante, le visuel du jeu ne m’a pas réellement impressionné. Je suis un joueur qui privilégie beaucoup plus le plaisir du jeu que sa beauté visuelle, mais du côté de Bravely Default, les modèles 3D très carrés des personnages m’ont donné l’impression de retourner dans le temps, à l’époque où les mains des héros n’étaient que des cubes. À l’exception des cinématiques (dont celle pouvant être générée à l’aide de la carte de Réalité augmentée fournie avec le jeu), Bravely Default n’est pas un titre resplendissant.

L’autre petit accroc concerne les micro-transactions. Eh oui, même dans un jeu vendu à plein prix, Square Enix a inclus des micro-transactions! Vous pouvez ainsi acheter des SP qui vous donneront accès à certains avantages lors de vos combats, dont des tours supplémentaires. Bien que ce ne soit nullement obligatoire ni même nécessaire pour compléter le jeu, le fait qu’on me propose de débourser encore quelques sous pour avoir droit à certains avantages dans un jeu vendu à plein prix me titille. On n’est plus à l’époque où on gratifie le joueur en lui donnant des bonis par sa façon de jouer, mais bien à une ère où on peut obtenir des avantages en fonction de la profondeur de nos poches. Encore une fois, le jeu ne nous rappelle pas constamment que nous pouvons dépenser de la vraie monnaie contre ces points SP, mais d’avoir inclus une telle option ne m’a pas plu.

Verdict

Je n’avais pas d’attentes spécifiques envers Bravely Default, mais j’y ai découvert un jeu aux multiples qualités qui fera le bonheur des amateurs de jeux de rôle à tour de rôle à l’ancienne. Si vous n’aimez pas les progressions lentes, les combats aléatoires contre des ennemis invisibles sur la carte et le fait que vous deviez monter en niveaux pour progresser, passez votre tour. Or, si cela vous plaît, n’hésitez pas à vous procurer Bravely Default, les dizaines d’heures de sa quête principale vous en donneront amplement pour votre argent!

 

Ce que vous aimerez :

- Les éléments classiques du jeu de rôle par tour réunis

- Les nouveautés « Brave » et « Default » du système de combat

- L’excellente bande sonore

 

Ce que vous n’aimerez pas :

- Les modèles 3D carrés des personnages

- La présence de micro-transactions (mineures, mais quand même)

- L'histoire plutôt banale

 

Note : 8,5 sur 10

Source(s) image(s):
GeekGirlPenPals
N-Handhelds
Geektyrant
Siliconera

Commentaires