Alors qu’on reproche souvent aux voitures modernes d’être trop grises ou beiges (il faut lire « ennuyeuses et moches »), il arrive qu’un constructeur propose un remède intéressant à cette grisaille en nous offrant un produit coloré, certain de nous coller le sourire aux lèvres.

C’est ce qu’a fait Volkswagen cette année avec une édition spéciale de sa Beetle, la GSR

1973

Les plus vieux d’entre vous ou les férus de la marque se rappelleront peut-être qu’il y a un peu plus de 40 ans, Volkswagen proposait pour la première fois une version GSR de sa Coccinelle. Les lettres, pour les démystifier, signifient Gelb Schwarzer Renner, soit Yellow Black Racer en anglais, tout simplement. 

En ramenant cette variante à l’avant-plan, la firme allemande n’espère pas tant titiller l’esprit de jeunes acheteurs que celui des plus vieux pour qui la Beetle était significative à l’époque. 

Un beau moyen de retourner en enfance. 

L’édition GSR

Il ne faut pas croire qu’on a affaire à une Beetle foncièrement transformée ici. Essentiellement, les différences sont d’ordre esthétique. 

Néanmoins, le modèle est à la base une version R-Line de la Beetle, donc équipée du quatre-cylindres turbo de 2 litres et 210 chevaux, de la suspension sport et des freins à disque aux quatre roues. De ce côté, donc, on a droit à du solide. La mécanique offre des accélérations fort vigoureuses, cependant que le freinage est mordant et la tenue de route, inspirante. Cette dernière jouit bien sûr des roues de 19 pouces, réservées exclusivement aux éditions Gelb Schwarzer Renner. 

Tape-à-l’œil

Outre l’agrément de conduite évident avancé par cette voiture, c’est visuellement qu’elle se démarque de toutes les autres. Il y a bien sûr ces roues immenses, mais aussi cette couleur, immanquable, même l’hiver alors que la saleté n’arrive pas à cacher tout son aspect scintillant.

Lorsqu’on monte à bord, on a droit à un environnement riche et décoré pour la circonstance. Les sièges sont recouverts de cuir, mais surtout, profitent de surpiqûres jaunes. Ces dernières sont aussi visibles sur le volant noir, également recouvert de cuir. Notez qu’au bas de ce dernier, une plaque nous indique le numéro de l’édition spéciale GSR dont on profite. En tout, 3500 exemplaires sont mis de l’avant. Notre version portait le numéro 219. 

Autrement, des écussons GSR sont placés ici et là, une chaîne audio signée Fender est de la fête, les pédales sont recouvertes d’aluminium et trois cadrans additionnels trônent au sommet du tableau de bord (pressions d’huile et du turbo ainsi qu’un chronomètre). 

L’effet est très réussi. Ajoutez à cela une excellente position de conduite et on n’a qu’une envie; prendre la route. 

La Beetle GSR peut être livrée avec une boîte manuelle à six rapports ou une boîte DSG aussi à six vitesses. C’est un modèle équipé de la deuxième que nous avons mis à l’essai et de ce côté, c'est la norme en ce qui la concerne, c’est-à-dire un comportement exemplaire. 

Seul un léger délai lorsqu’on enfonce la pédale d’accélération au décollage se veut irritant. 

Considérant le plaisir offert par cette bagnole, on peut bien vivre avec ça. 

La Beetle GSR est proposée à un prix de départ de 33 635 $. Ça, ça fait un peu plus mal, mais si vous voulez mon avis, j’irais avec une telle version avant une MINI à prix similaire. 

L’essentiel

Marque : Volkswagen
Modèle : Beetle GSR
Prix de base : 33 635 $
Prix de la version essayée : 33 635 $
Moteur : quatre-cylindres, 2 litres turbo
Boîte de vitesses : automatique à six rapports
Puissance : 210 chevaux à 5300 tr/min
Couple : 207 livres-pieds à 1700 tr/min
Consommation enregistrée : 8,5 litres aux 100 kilomètres
Principaux concurrents : MINI Cooper S, Fiat 500 Abarth, Ford Fiesta ST

On aime :

- Édition spéciale et numérotée
- Conduite amusante
- Confort des sièges
- Rigidité du châssis

On aime moins :

- Espace à l’arrière
- Facture salée
- Visibilité arrière moyenne

Source(s) image(s):
Volkswagen; Daniel Rufiange

Commentaires