Sur Internet, il y a beaucoup de « trolls » qui s'amusent à écrire n'importe quoi au sujet de quelqu'un. C'est souvent juste drôle, mais parfois, ça peut se transformer en intimidation. Le « troll » peut alors s'exposer à des poursuites criminelles. Mais qu'en est-il lorsqu'on se « trolle » soi-même?

Michelle Chapman s'était récemment brouillée avec son père et sa belle-mère. Pour se venger, la Britannique a eu l'idée inusitée de créer des comptes fictifs du couple et d'autres membres de sa famille, et de s'envoyer à elle-même des centaines de messages haineux.

À lire aussi : Un étudiant s’immole alors que 200 internautes le regardent par webcam

La femme de 24 ans a, par la suite, rapporté le tout à la police, affirmant qu'elle avait été « trollée ».

Les policiers ont pris sa plainte au sérieux, ont arrêté sa belle-mère et averti son père et d'autres membres de sa famille en cause d'arrêter immédiatement l'intimidation à son égard.

Cependant, peu de temps après leur intervention, les forces de l'ordre se sont rendu compte que les messages provenaient tous de l'ordinateur de la plaignante.

La jeune femme a été jugée pour ce qu'elle a fait. Elle a, en effet, été condamnée à 20 mois de prison. De plus, elle ne pourra pas utiliser du matériel informatique. 

Morale de l'histoire : si vous avez l'habitude d'agir en véritable « troll » sur Internet, sachez que cela peut vous mener directement à la prison. Vous aurez été prévenu!

Source : Geekologie 

Source(s) image(s):
Geekologie

Commentaires