Aujourd’hui, il y a deux choses dont je suis certain : 1- je ne retrouverai jamais mes bagages perdus et 2- je n’ai pas l’intention de me laisser abattre par cette situation. Dans le fond, je suis hyper chanceux de couvrir les Jeux olympiques pour Affairesdegars.com… Et en plus, ils m’ont dit que toutes mes dépenses étaient payées… Lorsque j’aurai du temps aujourd’hui, j’irai magasiner quelques articles pour passer mes deux semaines ici. Il doit bien y avoir un Walmart à Sotchi, il y en a un à Sept-Îles! Mais avant, je dois aller chercher mon accréditation média…

Sotchi est malheureusement bien triste à l’extérieur du village olympique. Les gens vivent bien humblement et regardent la flamme olympique au loin, brûler des milliards de dollars en infrastructure pour une visibilité « poutinienne » qui n’apportera rien au peuple à la fin des jeux. Dans le fond, ça ressemble à ce que le gouvernement québécois fait de notre argent sauf que nous, on a encore le pouvoir de changer les choses… Les Russes, non! Des agents de sécurité sont partout et s’assurent que tout se passe comme prévu par le président… comme cette loi gênante qui sanctionne tout acte de propagande homosexuelle en Russie. C’est tellement homophobe comme loi que j’ai même vu un agent tirer vers un arc-en-ciel qui venait d’apparaître pendant la journée. Mais le plus drôle là-dedans, c’est lorsque je me suis présenté pour obtenir mon accréditation.

J’arrive à l’endroit prévu et je leur dis que je suis journaliste pour le site Affairesdegars.com… Comme l’interprète anglais ne me comprend pas bien, il me réfère à un interprète semi-français… un genre de Russe qui apprend son français via un traducteur sur son téléphone intelligent. Savez-vous quoi? Ils ont refusé de me donner mon accréditation… La raison? Le nom du site est trop ambivalent… Quoi??? Parce que ça s’appelle « Affaires de gars »?!? Là, je suis découragé à vie + 100 ans! Je n’ai pas de vêtements, pas d’accréditation et probablement plus de travail à mon retour… Je pleure ma vie, je veux retourner dans mon Québec. Ma province où on retrouve le sourire en mangeant une poutine ou en écoutant La Voix… Un endroit sans clôture, sans barrière et sans voile… Euh… Oubliez le dernier bout, ok?

« Ya man! Ça ne va pas? »

Hein? J’essuie mes larmes et vois devant moi un colosse de race noire. Il s’appelle Winston et il fait partie de l’équipe jamaïquaine de bobsleigh… Lorsque je lui ai raconté mon histoire, il m’a tout de suite aidé et m’a donné une valise pleine de vêtements… à l’effigie de son pays. Je m’en fous, le noir, le vert et le jaune me vont assez bien… J’ai même obtenu mon accréditation pour entrer dans les jeux... Comment? Eh bien Mike Tremblay est maintenant le nouveau masseur de la « Rasta Rockett ». Sans farce! Aucun problème à faire ce travail, tant que les gars restent couchés sur le ventre… c’est la seule condition! Mon cœur est léger et joyeux, je peux maintenant aller voir des compétitions et vous en parler. Tout ça, grâce à mon pays d’adoption : la Jamaïque! Ya maaaaaan!

Le plus beau moment que j’ai vu aux JO jusqu’à maintenant est lorsque le patineur de vitesse Charles Hamelin a gagné sa médaille d’or et qu’il a sauté dans les bras de sa blonde pour l’embrasser. C’était tellement émouvant! Ça m’a rappelé aussi que la Saint-Valentin approche et que c’est la première fois en 10 ans que je serai seul pour l’occasion. Pas pour longtemps, car ce soir, je vais sortir un peu et me trouver une valentine… Ben quoi? Il y a bien des gens qui marient des jolies Russes via le Web, je dois être capable de m’amouracher de l’une d’elles le temps des jeux…

J’ai donc décidé de sortir dans un bar qui s’appelle le Polar Sipire… qui veut dire en russe : « Endroit pour gens cute, sans plus »! Un établissement qui m’a été conseillé par beaucoup d’hommes dans le coin, car ils surnomment l’endroit le « SotChicks ». Intéressant, très intéressant! Arrivé sur place, je me croyais à Laval… C’était plein de « douchebags » qui faisaient des compétitions du t-shirt le plus serré… Ce n’est pas pour rien qu’ils ont la face rouge sans aller au salon de bronzage. Bref, j’entre dans la place avec un chandail canadien (pour faire diversion, héhé!) et rapidement, une déesse s’approche de moi! Elle avait la beauté d’Eugenie Bouchard, le sourire des sœurs Dufour-Lapointe et la classe de Denise Bombardier (mais seulement ça, je vous le jure!). Champagne à la main, elle me demande si je veux lui payer quelque chose à boire… Aucun problème ma belle, ça va me faire plaisir! Le serveur lui apporte une bouteille de champagne… Ouin, c’est pas mal comme entrée en matière mais bon, c’est le site qui va payer, ça ne me dérange pas tellement sur le moment! Anyway, le champagne ne doit pas être si cher que ça dans les bars à Sotchi. On boit, on s’amuse, on danse toute la soirée… Trois bouteilles de champagne plus tard, il est temps de rentrer. Elle m’a même présenté une amie qui désire faire un sandwich russe avec moi! Je demande la facture : 8,000 $. C’est pas possible, je dois être soûl et avoir la vision trouble… Je prends la facture et demande quelques instants pour aller aux toilettes!

Je me rince le visage (dans le lavabo, pas la toilette) et je regarde à nouveau… Elle avait commandé trois bouteilles de « Veuve Cliquot, La grande dame, 1990 » à 2 500 $... l’unité!!! Elle n'était pas seulement grande la dame, elle coûtait cher de la veuve... En y pensant bien, je ne crois pas avoir déboursé ça dans ma vie en calculant toutes mes Saint-Valentin antérieures. Au diable la loi, je me sauve et je vais me réfugier au village olympique… Ils ne me retrouveront jamais, ils pensent que je suis Canadien! J’ouvre la fenêtre et soudainement, la porte de la salle de bain s’ouvre… C’est le portier qui désire (qui insiste plutôt) pour que je paye ma facture. Ah pis zut! Je saute à l’extérieur et cours de toutes mes forces… J’entends des cris, j’entends des chiens, j’entends des sirènes de police… j’entends même des coups de feu!!! Quoi? Plus vite Mike… Plus vite!!!

À bout de souffle, je me réfugie dans un conteneur… C’est de là que je vous écris en ce moment. J’attends le calme, j’attends le jour… Je viens d’enlever tous mes vêtements et c’est en bobette que je patiente. Il fait tellement froid que mes mamelons claquent des dents... J’espère que mes compatriotes canadiens n’auront pas de problèmes à cause de moi… à cause de la pire Saint-Valentin que j’ai vécue de toute ma vie… Et si c'était la mafia russe... 

À suivre vendredi prochain...

Source(s) image(s):
Lessard 2014 (c)

Commentaires