Le tournoi olympique de hockey sur glace masculin est déjà bien entamé, alors que la phase de groupes est maintenant chose du passé. Celle-ci nous aura offert plusieurs surprises comme les performances étonnantes de la Suisse ainsi que de la Slovénie, alors qu’elle nous a aussi réservé quelques déceptions, notamment la performance de l’équipe hôte, la Russie.

Voici 10 réflexions que j’ai eues en lien avec l’Équipe canadienne, ainsi que sur certaines des 12 autres formations qui font acte de présence à ces jeux de Sotchi.

1. Mike Babcock et ses trios

L’entraîneur des Red Wings de Detroit dans la LNH n’y est pas allé de main morte lorsqu’il voyait que ses trios ne lui donnaient pas les résultats espérés. Jusqu’à maintenant, on a eu droit à de nombreuses combinaisons offensives et bien que la phase expérimentale du tournoi est maintenant terminée, Babcock ne semble toujours pas avoir trouvé l’équilibre, ainsi que l’apport offensif qu’il recherchait de ses trios. S’il ne parvient pas rapidement à le faire, c’est l’élimination que risque son équipe… Quant à moi, Tavares devrait obtenir davantage de temps de jeu, alors que St-Louis devrait prendre la place de Chris Kunitz quitte à le faire jouer à l’aile opposée.

2. Pietrangelo, Hamhuis ou Subban?

Pietrangelo n’a pas été plus convaincant qu’il ne le fallait depuis le début du tournoi. Même s’il serait très surprenant de le voir séparé de son duo avec Jay Bouwmeester je crois cependant qu’il a été le moins bon des six défenseurs « réguliers » de l’équipe. Heureusement pour lui, son poste ne semble pas menacé pour le moment. Dans un autre ordre d’idée, j’ai été déçu de voir Dan Hamhuis prendre la place de P.K. Subban comme septième défenseur de l’équipe. Le joueur des Canucks a certainement moins à apporter d’un point de vue offensif que celui des Canadiens, alors que défensivement, les deux s’équivalent. Cependant, Mike Babcock a évalué que le côté gauche était le plus faible et c’est pourquoi il a choisi Hamhuis comme septième attaquant et non Subban, qui est droitier. Toutefois, ce dernier mérite une autre chance, je ne pense pas qu’on l’ait invité à Sotchi pour lui décerner seulement 11 minutes de jeu sur toute la durée du tournoi!

3. La Suisse et la Slovénie

Les deux surprises jusqu’à présent! La Suisse a terminé la phase de groupe au sixième rang, devançant entre autres la République Tchèque, alors que la Slovénie, l’équipe la plus faible du tournoi sur papier a couronné la phase préliminaire au huitième rang, devant l’Autriche, la Slovaquie, la Lettonie et la Norvège. Je ne donne pas cher de la peau des Slovènes face Suédois, si jamais ceux-ci réussissent à vaincre les Autrichiens à l’occasion de leur quatrième match du tournoi. Il serait plus normal de croire que les Suisses pourraient causer la surprise que les Slovaques avaient faite en 2010 à Vancouver en terminant au quatrième rang, surtout grâce à leur défensive qui leur a permis de n’accorder qu’un seul filet lors de la phase de groupe et de remporter deux de leurs trois affrontements, même s’ils ne se sont inscrits aux pointage qu’à deux reprises.

4. Les Russes, si près, mais si loin

Les Russes n’ont tout simplement pas été à la hauteur. Cependant, même s’ils ont mal paru face aux Slovènes et aux Slovaques, n’en reste pas moins qu’ils ont prouvé leur aptitude à se frotter aux meilleurs. Je pense ici à leur défaite in extremis face aux Américains par la marque de 3 à 2 en fusillade. S’ils viennent à bout des Norvégiens, ce qui sera certainement le cas, les Russes se mesureront à la Finlande en quarts de finale.

5. Les États-Unis, l’équipe à battre

Même si la fiche des Suédois (3-0-0-0) est meilleure que celle des États-Unis (2-1-0-0), ce sont les Américains qui ont, selon moi, été les meilleurs lors de la phase de groupe. Leur différentiel entre les buts marqués et accordés de +11 est le meilleur des 12 équipes et c’est ce qui me pousse à croire que la formation des États-Unis part favorite pour l’obtention de la médaille d’or.

6. Weber et Doughty

À eux seuls, ils ont récolté 6 des 11 buts de leur équipe. Cette statistique n’est-elle pas déjà suffisante pour vous prouver à quel point ces deux joueurs ont été les meilleurs éléments de leur équipe lors de la phase préliminaire? Dominants à l’attaque et à la défensive, il n’y a peut-être que l’avantage numérique qui n’a pas fonctionné comme ils le voulaient. Mike Babcock doit continuer à utiliser Weber et Doughty de la même façon jusqu’à la fin du tournoi.

7. Benn, Carter, Marleau et Bergeron

Je m’attendais à ce que Carter et Bergeron se taillent un poste dans la formation partante, mais pas Benn ou Marleau. Laissez-moi vous dire que j’ai eu tort! Même si ces quatre attaquants sont, sur papier, parmi les moins talentueux de l’équipe canadienne, n’en reste pas moins qu’ils ont ensemble récolté un total de 11 points. Selon moi, ces quatre joueurs ne seront pas relégués de la formation partante.

8. La Slovaquie déçoit aussi

Derniers du groupe A, les Slovaques sont loin de reproduire l’exploit de 2010. Le seul élément de consolation de cette équipe est qu’elle s’est bien battue face aux Russes, mais sinon, c’est le calme plat. Le club connait des déboires défensifs à un tel point que c’est le troisième gardien de l’équipe, Jan Laco, qui a pris les commandes du filet et non Jaroslav Halak ou Peter Budaj! Offensivement, il n’y a rien qui vaille, alors que les Hossa, Handzus, Tatar et les autres ont marqué un maigre total de 2 buts en trois matchs jusqu’à présent. Il serait très étonnant de voir la Slovaquie battre la République Tchèque à leur prochain match.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires