Tout le monde ou presque connaît aujourd'hui l'histoire de Pompéi, la fameuse ville romaine qui a été détruite lors de l'éruption du Vésuve en l'an 79 apr. J.-C. Paul W. S. Anderson (« Mortal Kombat », « Resident Evil », « Alien vs Predator ») s'est inspiré de cette tragédie pour son dernier film simplement intitulé «  Pompéi » (version française de « Pompeii »).

Un amour impossible

Orphelin depuis que son village a été massacré par les Romains alors qu'il n'était qu'un enfant, Milo (Kit Harington, l’interprète de Jon Snow dans la série Trône de fer) a passé une grande partie de sa vie à combattre dans l’arène à titre de gladiateur.

Un beau jour, on l'envoie se battre à l'arène de Pompéi. Pendant le voyage, il rencontre Cassia (Emily Browning), la fille du maire de Pompéi. Tout de suite, c'est le coup de foudre. Cependant, ils ne pourront jamais consommer leur amour. Ils ne proviennent pas du même monde et un vil sénateur (Kiefer Sutherland) tourne autour de la jolie jeune femme.

Mais l'éruption imminente du Vésuve risque de changer à jamais leur vie.

Péplum ou film catastrophe?

Durant la première heure, Pompéi ressemble à un péplum ordinaire. En effet, l'intrigue se tisse autour de cette espèce de triangle amoureux comme si le volcan n'existait pas ou presque. Le gladiateur essaie de revoir sa belle, alors que le sénateur déploie des moyens douteux pour se l'approprier. Tous ignorent pourtant que l'apocalypse est imminente.

À bien y penser, le cinéma a toujours été intéressé par les gladiateurs et Pompéi ne fait pas exception à la règle. La production nous offre ainsi quelques séquences de combat bien tournées, mais qui m'ont semblé moins sanglantes qu'un certain Gladiateur sorti en 2000. Remarquez que ce n'est pas un mal en soi.

Mais on ne regarde pas Pompéi pour ses combats de gladiateurs. En fait, l'intérêt de Pompéi réside surtout dans ses 30-40 dernières minutes lorsque le volcan entre en éruption. On change littéralement de registre et le long métrage prend des allures de film catastrophe. À ce propos, les effets spéciaux ne déçoivent pas. La cendre, la lave et les gros nuages noirs ont l'air plus vrais que nature (merci à la 3D de bonne qualité), si bien qu'on a l'impression d'être en enfer. Et lorsque la ville devient la cible de la colère du Vésuve, on en a presque des frissons dans le dos. Le réalisateur arrive à bien nous faire ressentir, par des scènes contenant beaucoup de figurants, la panique qui a pu régner lors de cette journée infernale. 

Malheureusement, le dernier acte du film n'est pas assez fort pour sauver la mise. Le récit demeure hautement prévisible (la fin est brutale, mais ne surprend pas), alors que certaines séquences semblent tout simplement tirées par les cheveux.

Verdict

Pompéi est le genre de film que l'on prend plaisir à voir au cinéma pour ses effets spéciaux à couper le souffle. Par contre, ne vous attendez pas à un scénario qui sort de l'ordinaire. Il est encore une fois question de l'éternelle lutte du gentil qui cherche à reprendre sa belle qui a été emprisonnée par l'affreux méchant.

 

Cote  : 3 étoiles sur 5

 

Pompéi prend l'affiche le 21 février 2014.

Source(s) image(s):
Les FIlms Seville

Commentaires