BORNES ÉLECTRIQUES

Gary Bettman ne s’est pas fait d’amis durant le lock-out de la saison 2012-2013, un gel des activités de la LNH qui aura duré quelque 113 jours. Cependant, personne ne reprochera au commissaire général du circuit de ne pas être muni de talents de négociateurs exceptionnels. Durant son règne, qui s’étend sur plus de 20 ans maintenant, les profits de la LNH sont passés de 300 millions à 4 milliards actuellement. Et le chiffre ne cesse d’augmenter.

À lire aussi : LNH: Top 10 des attaquants les plus polyvalents

La Ligue nationale d’il y a à peine 3 ou 4 ans est déjà à des années-lumière de la « nouvelle LNH » monétairement parlant. Les contrats signés avant 2010 affichent des montants qui nous paraissent dérisoires quand on constate que le plafond salarial pourrait dépasser la barre des 100 millions de dollars américains d’ici six ans!

Évidemment, cela occasionne des aubaines, dont certains directeurs généraux peuvent aujourd’hui se vanter. Voici donc le top 10 des meilleures aubaines de la « nouvelle LNH ».

10. Tommy Wingels (Sharks) – 775 000 $

Auteur de 12 buts et 30 points cette saison, l’attaquant de 25 ans des Sharks de San Jose ne gagne que 775 000 $ par saison. Mais en plus d’être prolifique offensivement, Wingels est l’un des attaquants les plus robustes du Circuit Bettman. S’il est catégorisé comme un joueur de troisième trio, je crois que l’Américain mérite beaucoup plus d’argent. Son prochain contrat pourrait lui procurer une moyenne de 3,5 millions par saison…

Statistiques 2013-2014 : 54PJ – 12B – 18A – 30PTS

 

9. Cam Fowler (Ducks) – 4 000 000 $

S’il avait signé un contrat cette saison, ce serait pour un salaire d’au moins 6 500 000 $. Il est assez ironique de voir que le général défensif des Ducks récolte un salaire quasiment égal à celui de Josh Gorges avec le Canadien (3,9 millions)!

Statistiques 2013-2014 : 60PJ – 6B – 25A – 31PTS

 

8. Kyle Okposo (Islanders) – 2 800 000 $       

Il est clair qu’Okposo a amassé la grande majorité de ses points aux côtés de John Tavares. Sa production d’un point par match depuis le début de la saison n’est pas représentative de son vrai talent. Par contre, il est clair qu’il mérite un salaire amplement plus grand que 2,8 millions de dollars par saison, car ses habiletés offensives ne sont pas à minimiser.

Statistiques 2013-2014 : 59PJ – 24B – 35A – 59PTS

 

7. John Tavares (Islanders) – 5 500 000 $              

Si Kyle Okposo, Matt Moulson et Frans Nielsen ont compilé des statistiques aussi impressionnantes, c’est notamment à cause de l’apport de John Tavares. Le capitaine des Islanders n’a rien à envier à des joueurs comme Jonathan Toews (6 300 000 $), Joe Thornton (7 000 000 $) ou Rick Nash (7 800 000 $), qui ont tous des salaires plus élevés que lui. C’est littéralement tout le club des Islanders que Tavares transporte sur ses épaules, pour 5,5 millions de dollars, c’est toute une aubaine!

Statistiques 2013-2014 : 59PJ – 24B – 42A – 66PTS

 

6. Sidney Crosby (Penguins) – 8 700 000 $

Qu’est-ce qu’un joueur héritant d’un salaire dépassant les huit millions de dollars fait dans ce classement? Contrairement à ce que vous pouvez penser, le salaire annuel de Sidney Crosby est une aubaine! Soyons francs, si un joueur comme Phil Kessel vaut huit millions par saison, le meilleur joueur au monde doit valoir au minimum 11 ou 12 millions de dollars!

Statistiques 2013-2014 : 58PJ – 28B – 50A – 78PTS

 

5. Carey Price (Canadiens) – 6 500 000 $

Aux Jeux olympiques, Price a prouvé à tout le monde qu’il faisait partie de l’élite mondiale devant une cage de hockey. Son salaire actuel de 6,5 millions est inférieur à sa vraie valeur, tenant compte qu’il est le meilleur élément du Canadien de Montréal. Cependant, il demeure une moins bonne aubaine que Jonathan Quick, qui lui, gagne 700 000 $ de moins par année!

Statistiques 2013-2014 : 48PJ – 26V – 2,33MBA – 0,925 %

 

4. Nick Bonino (Ducks) – 700 000 $

Bonino est probablement la révélation de la saison 2013-2014 dans la LNH. Avec ses 40 points en 56 parties, l’attaquant de 25 ans mérite bien plus qu’un maigre salaire de 700 000 $ dollars par saison! Évidemment, le fait qu’il évolue aux côtés de Ryan Getzlaf et de Corey Perry peut biaiser les données. L’an prochain, il ne touchera pas moins de 1,9 million; même chose pour les deux saisons qui suivront.

Statistiques 2013-2014 : 56PJ – 16B – 24A – 40PTS

 

3. Jonathan Quick (Kings) – 5 800 000 $

À 28 ans, le jeu de Quick est à son apogée. Ce n’est toutefois pas le cas pour son salaire qui ne représente pas du tout la vraie valeur du gardien des Kings. À 5,8 millions de dollars par saison, Quick coûte moins cher que Corey Crawford (Chicago), Cam Ward (Hurricanes), Kari Lethonen (Stars) ou Ryan Miller (Sabres).                                                                                       

Statistiques 2013-2014 : 32PJ – 16V – 2,18MBA – 0,911 %

 

2. Erik Karlsson (Sénateurs) – 6 500 000 $

Le défenseur suédois est sans contredit le meilleur élément de son équipe. Un salaire moyen de 6 500 000 $ qui s’étendra jusqu’à la saison 2018-2019, c’est toute une aubaine, en tenant compte du fait que Karlsson fait partie des cinq meilleurs arrières de la LNH! Croyez-moi lorsque je vous dis que le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, est encore en train de se féliciter d’avoir signé Karlsson à si petit prix!

Statistiques 2013-2014 : 59PJ – 15B – 40A – 55PTS

 

1. P.K. Subban (Canadiens) – 2 875 000 $

C’est bien la dernière année que le défenseur étoile du Tricolore se retrouve dans ce classement, car après le contrat transitoire qu’il a signé il y a de cela environ un mois, il est clair qu’il décrochera le gros lot dans les prochains mois, voire les prochaines semaines!

Statistiques 2013-2014 : 59PJ – 8B – 31A – 39PTS

 

NOTE : Les matchs du 26 janvier n’ont pas été comptabilisés dans les statistiques.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires