Fantômas est l’un des criminels de fiction les plus populaires. Créé par les écrivains Pierre Souvestre et Marcel Allain en 1910-1911, le personnage, qui a évolué dans 32 volumes, a connu un vrai succès à l’époque, tellement qu'Allain disait qu’il s’en était vendu plus d’exemplaires que la Bible. Jean Cocteau allait même jusqu’à dire que « Fantômas nous enchante d’un bout à l’autre par sa désobéissance aux règles et par le courage instinctif par lequel il survole l’intelligence ». Avec un tel succès, on ne s’étonne pas de constater que l’oeuvre a connu nombre d’adaptations au cinéma. L’une des plus connues est sûrement celle mettant en vedette Jean Marais et Louis de Funès dans les années 1960. Avec la série « La Colère de Fantômas », le scénariste Olivier Bocquet et la dessinatrice d’origine montréalaise Julie Richelau nous offrent une adaptation à cent lieues de cette dernière. Ici, le héros retrouve son côté sombre, voire troublant.

Une trilogie qui s’annonce déjà comme mémorable

La colère de Fantômas est une série prévue en trois tomes. Le deuxième tome, intitulé Tout l’or de Paris, vient d’arriver dans la belle province, alors que Les bois de justice est paru l’année dernière à pareille date. 

Le premier épisode se déroule à Paris en 1911. Fantômas a enfin été capturé par l’inspecteur Juve avec l’aide du journaliste Fandor. Les deux entretiennent d’ailleurs des liens très forts puisqu’ils se connaissent depuis des années. En fait, Juve est un peu le père adoptif de Fandor

On retrouve donc le fameux criminel au tribunal où il assure lui-même sa défense. Durant le procès, il prend une pièce à conviction - une broche à rôtir - et, après avoir brièvement questionné le témoin, décide de l’embrocher. Le ton est donné. L’imprévisibilité de Fantômas demeure sa plus grande force. Il a toujours deux coups d’avance sur les forces de l’ordre qui sont tout simplement incapables de prévoir ses prochaines actions. L’imprévisibilité fait aussi peur, car Fantômas est tout le contraire d’un enfant de choeur. À tout instant, il peut décider, sur un coup de tête, d’enlever la vie à quelqu’un de sang-froid. 

Le plus grand criminel de la France est donc jugé et exécuté. Par contre, on se rend vite compte que tout cela est un leurre. Frantômas est encore vivant et il n’est pas content! Il veut se venger de ceux qui l’ont trahi et dit que la liste est longue!

Dans le second album, Fantômas n’a toujours pas été arrêté. Pis encore! Il veut voler tout l’or de Paris. Quand on sait ce dont il est capable, la menace est prise au sérieux. Encore une fois, les policiers en ont plein les bras. Heureusement, Juve et Fandor semblent avoir une piste. Mais arriveront-ils à le stopper?

Comme en témoignent les deux superbes couvertures, Julie Richelau a préféré recourir à un style sombre et souvent vague, qui cadre parfaitement avec le héros. Fantômas n’est-il pas un as du déguisement? Ainsi, durant les deux volets, il est impossible au lecteur de réellement mettre un visage au criminel tant ses traits sont indéfinissables. 

Cette jeune série est assez violente, mais étonnamment, l’imprécision graphique (si on peut parler ainsi) n’atténue pas la violence. Bien au contraire. Chaque meurtre commis par Fantômas nous donne froid dans le dos, si bien qu’à un certain moment, on se met à avoir réellement peur de ce criminel qui finit par dégager une aura mystérieuse (n’était-ce pas, après tout, le but des auteurs?). 

Fantômas est, à ce propos, l’un des seuls vilains qui nous semblent réellement inarrêtables. Même s’il est imprévisible, il n’agit pas non plus sous l’impulsion. Ses plans sont soigneusement préparés et il sait toujours comment piéger l’ennemi. On se demande réellement si les policiers vont réussir à lui mettre la main dessus. Et s’ils en sont incapables, ce n’est pas parce qu’ils sont bêtes, c’est parce qu’il est tout simplement plus astucieux qu’eux.

Verdict

Grâce à un style graphique unique, à une histoire sanglante et à un scénario bien ficelé, ces deux premiers tomes sont une vraie réussite et permettent de redorer le blason de ce vénérable anti-héros. 

 

La colère de Fantômas Tome 1 - Les bois de justice

Olivier Bocquet et Julie Richelau

Dargaud

60 pages

Cote : 4,5 étoiles sur 5

 

La colère de Fantômas Tome 2 - Tout l’or de Paris

Olivier Bocquet et Julie Richelau

Dargaud

60 pages

Cote : 4,5 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Dargaud

Commentaires