BORNES ÉLECTRIQUES

Je le mentionne souvent : je n’ai rien contre les jeux peu originaux à la condition qu’ils soient divertissants. Cependant, je me dois d’émettre un bémol sur cette affirmation. Un jeu a beau être amusant, lorsqu’il est pratiquement calqué en tout point sur un autre produit et qu’on le vend à plein prix, il devient beaucoup moins attrayant. C’est bien là le cœur du problème de « Yoshi’s New Island », un jeu que Nintendo a cru bon de confier aux mains d’un développeur tiers, mais que l'entreprise aurait mieux fait de garder à l’interne.

À LIRE AUSSI: Voyez l'évolution visuelle de vos personnages de jeux préférés!

Retour à la case départ pour la cigogne

Vous rappelez-vous de l’histoire de Super Mario World 2: Yoshi’s Island? Sinon, eh bien la cigogne était finalement parvenue à livrer bébé Mario et bébé Luigi à leurs parents. Yoshi’s New Island prend place dès l’instant où ces derniers découvrent les bébés non pas pour les accueillir, mais bien pour signifier à la cigogne qu’elle s’est trompée de résidence! Abasourdie, celle-ci reprend les bébés et se fait de nouveau attaquer par Namek et ses sbires, qui ne semblent vivre que pour voler les petits frères. Rapidement, bébé Luigi tombe entre les griffes de Bowser Jr. tandis que bébé Mario se retrouve une fois de plus encerclé de Yoshis, qui se découvriront un nouveau courage afin de secourir bébé Luigi et mettre un terme au sinistre règne de Bowser Jr. sur leur île.

Vous avez une étrange impression de déjà-vu? C’est tout à fait normal. En fait, les développeurs de Yoshi’s New Island ne se sont aucunement creusé la tête pour concevoir une nouvelle mise en scène puisqu'ils ont tout simplement repris celle de Yoshi’s Island en la modifiant très peu. Pour tout vous dire, le seul gros changement que vous observerez sera l’île qui, plutôt que d’être sur l’eau, sera dans les nuages. Outre cela, la même prémisse est offerte et, sans vouloir livrer un quelconque punch, l’histoire de Yoshi’s New Island se termine pratiquement comme celle de Yoshi’s Island. Décevant de constater qu’après toutes ces années, aucun effort n’a été investi afin de bâtir un scénario plus solide et, surtout, plus original.

Le déjà-vu continue

Si vous pensez que le copier-coller ne se situe qu’au plan scénaristique, détrompez-vous. En effet, Yoshi’s New Island est, dans l’ensemble, un calque de Yoshi’s Island en ce sens que vous aurez les mêmes objets à récolter dans chaque niveau et les mêmes ennemis à vaincre. J’ai été déçu de constater qu’outre les boss, aucun nouvel adversaire n’a été conçu par les développeurs afin de diversifier l’expérience originale. Ce sont les mêmes Shy Guy, les mêmes petites boules épineuses aux grands sourires, les mêmes pingouins tournant autour de lunes en papier et les mêmes petites fleurs chantantes que vous devrez éliminer en sautant dessus ou bien en les avalant pour les transformer en œufs. Du coup, Yoshi’s New Island donne l’impression d’être un ramassis de nouveaux niveaux avec le patron de base de Yoshi’s Island.

Cela ne serait pas si dramatique si le charme du jeu des années 90 avait également été recréé. Malheureusement, ce n’est pas vraiment le cas. Ne vous détrompez pas, Yoshi’s New Island est un bon jeu de plates-formes, mais il est tellement calqué sur le classique de la Super Nintendo que son attrait est fortement dilué. Du coup, les mondes proposés n’ont pas le même charme qu’à l’époque et les quelques nouveaux boss ne procurent pas le même plaisir tant ils sont anodins. Disons simplement que je n’ai pas eu le même entrain à vaincre la grosse fève géante faisant office de premier boss que j’en ai eu à l’époque avec la grosse boule dont il fallait baisser le pantalon jusqu’à la faire exploser de gêne!

Les nouveaux œufs massifs de Yoshi

Afin de pimenter quelque peu cette expérience un peu trop classique, les concepteurs ont inclus une nouvelle habileté pour Yoshi, soit la possibilité d’avaler de gros Shy Guy afin de produire de très gros œufs. En règle générale, si vous pondez un grand œuf, vous perdrez vos petits œufs. Cependant, votre œuf géant vous servira à détruire divers obstacles que vous ne pouviez éliminer avec vos œufs ordinaires. De plus, il arrivera qu’en lançant un œuf géant vers des cibles précises, vous lui ferez traverser de petits parcours, ce qui vous permettra de mettre la main sur des sous rouges ou encore des fleurs.

Globalement, les œufs géants ne peuvent être produits qu’en certains lieux, de sorte que leur présence est programmée. Toutefois, dans certains niveaux, il arrivera que l’utilisation de ces œufs demande un peu plus de réflexion. Je pense surtout aux gros œufs métalliques, qui rendront Yoshi plus lourd. Cela vous servira à ne pas flotter dans l’eau et donc à récolter des objets situés en profondeur. En certains endroits, vous devrez faire attention avant de lancer votre œuf métallique géant, sans quoi il se pourrait bien que vous remontiez trop rapidement à la surface sans tout récolter.

Les meilleures idées sont mal intégrées

Le principal élément m’ayant déçu dans Yoshi’s New Island fut la mauvaise intégration des meilleures idées des développeurs. En effet, les meilleurs casse-tête sont présents de façon disparate au sein de l’aventure, mettant ainsi de l’avant des éléments de jeu de plates-formes plutôt quelconques. Je pense notamment aux quelques séquences où Yoshi fait apparaître un faux Yoshi. Ce dernier copiant nos gestes, nous devons alors faire bouger ce calque afin de l’envoyer dans des piques pour l’éliminer. C’est original et bien fait, mais assurément pas assez présent, les faux Yoshi n’apparaissant qu’à quelques reprises pour de courtes séquences.

Aussi, tout comme dans Yoshi’s Island, vous pourrez transformer Yoshi en différents véhicules, que ce soit un bobsleigh, une montgolfière ou un hélicoptère. Or, alors que ces véhicules étaient intégrés dans l’aventure de Yoshi's Island et étaient une partie intégrante de plusieurs niveaux, on ne peut transformer Yoshi qu’au sein de sections prédéfinies et connexes aux tableaux plutôt qu’à l’intérieur de ces derniers. Cela rend les transformations plutôt secondaires, d’autant plus qu’elles ne sont pas aussi mémorables qu’au sein du jeu des années 90. Même la transformation en Super Yoshi n’est pas aussi surprenante que celle où l’on transformait bébé Mario en Super Bébé Mario.

Cependant, au-delà de ces transformations, ce sont surtout les contrôles des véhicules qui risquent de vous faire rager. Pour une raison que j’ignore, on a décidé d’utiliser le gyroscope de la 3DS plutôt que les boutons afin de nous permettre de mouvoir Yoshi lorsqu’il est transformé en moyen de transport

Certes, les contrôles gyroscopiques de Yoshi’s New Island sont plus précis que ceux d’autres jeux, mais ils n’en demeurent pas moins problématiques tant il faut parfois tourner la console dans tous les sens pour aller où on veut. Et puisque plusieurs objets à amasser se situent dans ces portions de niveaux, il y a fort à parier que vous devrez souvent les recommencer en raison de ces manipulations difficiles. Bien franchement, je supprimerais tout bonnement le gyroscope des jeux 3DS tant ils sont plus nuisibles qu’aidants dans une majorité de jeux.

Un jeu facile, sauf si on veut tout récolter

Yoshi’s New Island étant un jeu destiné davantage aux enfants ou aux joueurs occasionnels, le défi y étant proposé n’est pas des plus relevés. En outre, compléter les six mondes du jeu ne prend que quelques heures et vous devriez y parvenir sans grande difficulté. Si certains tableaux sont un peu plus corsés, le jeu est très généreux en ce qui a trait aux vies, de sorte qu’on n’en manque pas. Pour vous donner une idée, j’ai terminé le jeu avec 200 vies, et ce, en mourant quelques fois. Même s’il ne faut pas perdre bébé Mario et éviter de tomber dans des précipices, on ne parle assurément pas d’un défi comme celui de Donkey Kong Country Returns 3D, par exemple.

Le vrai défi, vous le trouverez plutôt dans la complétion totale du jeu. Terminer ce dernier à 100 % est plus difficile en ce sens que finir chaque niveau avec 30 étoiles, 20 sous rouges et 5 fleurs n’est pas toujours aisé. Il y a beaucoup plus de cachettes et de nuages invisibles qu’au sein de Yoshi’s Island, de sorte que trouver tous les secrets des niveaux requiert plus d’exploration qu’auparavant. Attendez-vous aussi à devoir recommencer certains niveaux parce que vous aurez été touché à la toute fin par un ennemi ou un boss, vous empêchant ainsi de les terminer avec 30 étoiles. Ce n’est pas frustrant, mais tout trouver afin de débloquer les niveaux bonis et les mini-jeux multijoueur exige plus de temps et de patience que la simple complétion de la campagne principale.

Techniquement étrange et irritant

À l’époque de Yoshi’s Island, le style visuel adopté avait fait jaser. Les graphiques dessinés à la main et les personnages aux traits grossiers n’étaient pas beaux, mais octroyaient au jeu un style unique. Ce n’est pas le cas avec Yoshi’s New Island puisqu’on a tenté de reproduire le style visuel 2D d’antan avec un moteur en 2.5D. Résultat : les personnages sont drôlement conçus, ayant des traits plutôt flous, dénotant un manque de clarté des pixels. Les décors sont, quant à eux, corrects dans l’ensemble, regorgeant notamment de couleurs. Toutefois, ils n’ont certainement pas le charme ni l’originalité de ceux de l’époque.

Ce qui risque de vous irriter davantage est la bande sonore du jeu. Oui, la série Yoshi est connue pour ses airs enfantins, mais Yoshi's New Island bat des records d’irritation. La musique est parfois trop aigüe et ne colle pas toujours avec l’action à l’écran. Par exemple, on peut être en pleine course en tentant d’échapper à un immense projectile de canon, mais entendre une petite musique de bébé lascive. Ah! oui, et cela, c’est sans oublier les cris stridents de bébé Mario lorsqu’on se fait toucher, quoiqu’il s’agisse désormais d’une marque de commerce de la franchise.

Verdict

Yoshi’s New Island représente-t-il une déception? Malheureusement, oui. Outre des problèmes de contrôles ainsi que des lacunes visuelles et auditives, le copier-coller du jeu par rapport à Yoshi’s Island lui nuit plus qu’il ne l’aide puisque au-delà du calque, le charme d’antan n’est assurément pas aussi présent. Ce n’est pas un mauvais jeu de plates-formes, c’est simplement un jeu de plates-formes quelconque ne proposant pas la qualité de bien d’autres jeux du genre sur 3DS. À ce titre, des jeux comme Donkey Kong Country Returns 3D ou Super Mario 3D Land risquent de vous en offrir plus pour le même prix, voire moins élevé!

 

Ce que vous aimerez :

- Les nombreux secrets de chaque niveau

- Le jeu de plates-formes solide

 

Ce que vous n’aimerez pas :

- L’histoire extrêmement banale

- Le copier-coller de l’ensemble par rapport à Yoshi’s Island

- L’engin visuel étrange et la trame narrative trop aigüe

 

Note : 6,5 sur 10

Source(s) image(s):
GameSpot
FinancialPost
Gematsu
TechnoBuffalo
Polygon

Commentaires