Au Québec, chaque aréna possède une surfaceuse, appelée communément « Zamboni ». Ce véhicule est indispensable pour refaire la glace et la lisser. Par contre, à une certaine époque, ce type de travail n’était pas fait par une machine, mais par des hommes. Découvrez l’histoire de la « Zamboni ».

À LIRE AUSSI : Les jambières de gardien de but... des « pads » en cuir de rennes, non merci!

Cinq hommes et une heure de travail

En 1940, Frank J. Zamboni de Eureka en Utah, décide d’installer un toit en coupole sur sa patinoire extérieure – le Iceland Skating Rink – qu’il avait aménagée l’année d'avant à Paramount en Californie. En effet, il voulait diminuer les effets des rayons du soleil et du vent qui rendaient très difficile la tâche aux préposés chargés de l’entretien de la glace artificielle. 

Il faut dire que de trois à cinq hommes étaient nécessaires, en plus d’une heure de travail, pour refaire la surface de la glace de la patinoire. On utilisait, à l’époque, plusieurs accessoires, dont un tracteur muni d’une lame à l’arrière pour aplanir la glace, des pelles pour se charger des copeaux de glace, des sceaux et, plus tard, un arrosoir pour laver la patinoire et des grattoirs pour pousser l’eau excédentaire. 

Frank J. Zamboni voulut trouver une autre façon de faire, car il trouvait le procédé long et fastidieux. Aussi, il se rendait compte que son commerce de réfrigération commençait progressivement à être moins rentable. De moins en moins de gens achetaient des blocs de glace à cause, notamment, des avancées technologiques faites dans le domaine des réfrigérateurs. Pour ne pas se retrouver du jour au lendemain sans source de revenus, il se lança dans la conception d’une machine qui pourrait remplacer le travail des hommes sur les patinoires.

Ainsi, dès 1942, il s’attela à la tâche et mit au point différents modèles qui, hélas, ne dépassèrent pas le stade de prototype. Il travailla d'arrache-pied pendant des années, mais jamais il ne baissa les bras.

Une révolution dans le domaine des patinoires!

Finalement, en 1949, le Model A Zamboni Ice Resurfacer vit le jour. Il s'agissait d’une machine qui pouvait gratter, laver et racler la glace. Par la suite, Frank J. Zamboni apporta diverses modifications à son véhicule. Par exemple, à partir du modèle B, la « Zamboni » était construite directement à partir d'une Jeep. Avant cela, seuls le moteur et la courroie de transmission de Jeep étaient utilisés.

Jusqu’en 1964, on verra apparaître les modèles B à F. Ensuite, à partir de cette date, le design des surfaceuses a connu un changement important avec l’arrivée de la série HD.

De nos jours, les « Zambonis » sont construites en Californie et en Ontario. Le prix des modèles varie beaucoup, la taille de l’engin influençant grandement le prix de vente. On peut, par exemple, trouver un modèle à 10 000 $ et un autre à 150 000 $.

Depuis l’invention de la surfaceuse, ce sont plus de 8 000 véhicules qui ont été vendus à travers le monde.

Cette machine fait tellement partie du paysage des arénas qu'il serait aujourd'hui impensable de voir une patinoire sans « Zamboni », les deux étant intimement liés!

Pour en savoir plus sur l’entretient des patinoires, consultez cette entrevue avec le conducteur de zamboni de l’Océanic de Rimouski sur le du blogue de Kijiji Québec.

Sources : Wikipedia, Notre Sport : L'Histoire du hockey au Canada

Source(s) image(s):
Wikipedia

Commentaires