BORNES ÉLECTRIQUES

Aaron Ekblad et Sam Reinhart sont les deux noms qui ont été prononcés le plus souvent lors de la dernière année à savoir qui allait être sélectionné le premier au repêchage d’entrée de la LNH édition 2014. À la surprise générale, ce ne sera peut-être pas le cas…

À LIRE AUSSI : Top 10 des plus grandes surprises de 2013-2014

Mardi, la centrale de recrutement de la LNH a dévoilé son mock draft final qui faisait état des meilleurs espoirs européens et nord-américains en vue de l’encan qui aura lieu dans quelques mois à Philadelphie. En effet, au sommet de la liste, on ne retrouve ni le défenseur Aaron Ekblad, ni l’attaquant Sam Reinhart, qui ont tous deux représenté le Canada aux derniers championnats du monde junior, mais plutôt le joueur de centre d’origine ontarienne : Samuel Bennett.

Cette chance de figurer tout en haut de la liste de la centrale de recrutement de la Ligue nationale chez les patineurs nord-américains, Bennett la doit notamment à l’excellente campagne 2013-2014 qu’il a connue avec les Frontenacs de Kingston, une des 20 équipes de l’OHL. L’attaquant de 6 pi, qui fait osciller la balance à 180 lb, a complété ses 57 parties de saison régulière avec une récolte étourdissante de 36 buts et 55 mentions d’aide, pour un total de 91 points. En ajoutant les matchs de séries éliminatoires, qui sont présentement disputées dans les trois circuits juniors canadiens, ce chiffre s’élève à 100. À l’opposé, la saison dernière, il avait été limité à 43 points en 64 matchs, séries éliminatoires incluses.

Il est normal de voir Aaron Ekblad au deuxième rang du mock draft des experts de la LNH étant donné que 2006 s’est avérée être la dernière année où un défenseur fut sélectionné au tout premier rang du repêchage. Il s’agissait d’Erik Johnson. De plus, Ekblad a connu une saison en deçà des attentes, malgré ses 53 points en 58 parties et son différentiel de +7.

Là où est la surprise, c’est de voir Sam Reinhart recalé au troisième rang de ce classement. Objectivement, si on compte aussi les séries éliminatoires, l’attaquant originaire de Vancouver a inscrit 22 points de plus que Bennett en 2013-2014. Bien sûr, les statistiques ne font pas foi de tout. Si Bennett intéresse davantage les équipes de la LNH malgré qu’il cumule moins de points que Reinhart, en plus de ne pas avoir été sélectionné dans la formation canadienne pour le Championnat mondial junior, il y a des raisons…

En premier lieu, l’OHL est une ligue où il se marque moins de buts que dans la WHL, où évolue Sam Reinhart, avec le Ice de Kootenay. Ainsi, cela lui permet sans aucun doute d’être plus prolifique à l’attaque. À titre d’exemple, 13 joueurs de la WHL ont dépassé la barre des 90 points en saison régulière, contre 10 provenant de l’OHL.

De plus, on dit de Bennett qu’il est l'un des meilleurs francs-tireurs éligibles au repêchage de 2014, qu’il est un joueur qui adore être impliqué physiquement à chacune de ses présences sur la glace – comme en témoignent ses 118 minutes de pénalité cette saison – et qu’il se démarque sans cesse grâce à sa vitesse. Samuel Bennett n’est pas un joueur spectaculaire, mais efficace; c’est ce que j’ai entendu dire le plus souvent dans son cas. Finalement, on mentionne qu’il a marqué un bon nombre de buts du haut de l’enclave cette saison, ce qui peut toujours s’avérer une arme intéressante à posséder en avantage numérique.

Sachant cela, ce n’est tout compte fait peut-être pas si surprenant de voir Bennett figurer au sommet du classement final de la centrale de recrutement de la LNH.

Après le beau temps, la pluie

Dans ce rapport final de la Ligue nationale, seulement deux joueurs issus de la LHJMQ se retrouvent parmi les 30 premiers patineurs nord-américains. Il s’agit de Nikolaj Ehlers (13e), qui s’aligne avec les Mooseheads d’Halifax, et d’Ivan Barbashev (18e), auteur de 78 points en 56 parties cette année dans l’uniforme des Wildcats de Moncton.

Alors qu’en 2013, pas moins de six joueurs provenant du circuit Courteau avaient été sélectionnés parmi les 30 premiers, dans le pire des scénarios, il n’y en aurait qu’un seul en 2014.

Chez les joueurs d’origine québécoise, Nicolas Aubé-Kubel est le mieux classé au 42e échelon. Le centre droitier des Foreurs de Val-d’Or a amassé 53 points en 65 rencontres de saison régulière en 2013-2014, et a ajouté deux buts et une passe en six parties de séries éliminatoires.

Cette section vous est présentée par Dek Hockey Dix10

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires