BORNES ÉLECTRIQUES

La semaine dernière, j’ai vu sur Facebook que mon patron chez affairesdegars.com allait se faire tatouer pour la toute première fois de sa vie. Nouvelle banale pour plusieurs d’entre vous qui lisent cette phrase actuellement, mais lorsque l’on connaît véritablement son âge… on peut pratiquement le traiter d’attardé. Pourquoi? Parce que TOUT le monde a un tatouage quelque part!!! Non, je ne vous révélerai pas le nombre de ses printemps (qui est le même que le mien), mais sachez une chose, c’est lui qui m’a reconduit chez le tatoueur lors de ma toute première expérience avec l’encre… C’était en 1994… j’avais 18 ans! Faites le calcul!

À LIRE AUSSI: C’est ÇA, Mike Tremblay…

C’était un vendredi soir et mon ami venait de me laisser devant la porte de Marcel (nom fictif), un ancien tatoueur de motards qui désirait se réhabiliter en tatouant chez lui. Malgré les bonnes références que j’avais eues de lui, il n’était pas là pour notre rendez-vous. Pourtant, j’avais eu une excellente impression lors de notre première rencontre alors qu’il m’avait montré ses dessins, son équipement stérilisé et des photos de ses nombreux clients. Je commençais à être nerveux… Ça faisait 25 minutes que j’étais seul devant chez lui, mon ami étant parti rejoindre sa blonde avec sa voiture, et j’étais isolé dans un rang sombre en plein cœur du Saguenay… Finalement, une voiture entra dans le stationnement!

C’était Marcel qui arrivait avec un ami. Il débarqua de la voiture, tituba en faisant quelques pas vers moi et me demanda : « T’es qui toi?!? Le trou de cul qui est parti avec ma blonde? HEIN? », et il s’élança vers moi! « Non… NON! J’ai un rendez-vous avec toi! Moi c’est Mike… le tatouage de Wolverine… » Ça débutait bien mal, disons… Il sentait le fond de taverne au lendemain de la Saint-Patrick! On entra.

Moi : « Écoute… si tu n’es pas en forme pour me tatouer, on va remettre ça à une autre fois! »

Marcel : « Non! Elle m’a peut-être abandonné mais moi, je ne vais pas le faire… En plus, j’ai besoin de compagnie… »

Moi : « Ouin mais… »

Marcel : « Ta gueule, enlève ton chandail pis assis-toi! »

Ce que je fis immédiatement… Marcel pleurait à chaudes larmes et était visiblement trop soûl pour faire le travail; sincèrement, j’avais la chienne… pour lui… et pour moi aussi! Il ramassa son instrument, prit une grande respiration et me lança : « Tu vas voir, ça va être le plus beau de tous mes tattoos… Il va être inoubliable! » J’avais des doutes… Il recommença à pleurer, mais décida quand même de me jaser et de me tatouer en même temps!

« Carole, c’était la plus belle femme au monde… Une danseuse de luxe… Des boules grosses comme une montgolfière… Elle m’a quitté ce matin pour un gars qui fait du piercing… Ç'a l’air que c’est la nouvelle tendance des années 90… Maudite mode à marde! »

Il s’essuya les yeux et s’en alla quelques instants… « Veux-tu une bière? » Euh… non… parce que présentement, JE ME FAIS TATOUER T'SAIS!!!!! Et ça recommence… Une gorgée de bière, une anecdote sur les seins de Carole… Une autre gorgée suivie d’une autre anecdote sur les lèvres de Carole… Et tout ça en tatouant mon épaule et en partageant son haleine de Jean Lapointe en pleine rechute! Après une heure, il me dit : « J’ai terminé le contour… veux-tu voir le résultat? » Mets-en que je veux voir le résultat… Savez-vous quoi? Il avait tellement parlé des seins de sa Carole qu’il avait tatoué des nipples à mon Wolverine… Oui, oui… des « bouttes »!!! Pas le temps d'niaiser, ça sonna à la porte…

« Carole? »

La porte s’ouvrit violemment… C’était bien Carole! Elle entra, baissa ses pantalons (petite culotte incluse) et dit : « Heille Marcel, peux-tu reprendre la couleur de mon Tweety Bird, j’ai un stage dans une demi-heure… Rush, rush » Euh… fille! C’est que je vois l’entrée de ta caverne d’Ali Baba moi là!!! Ben oui, elle avait un petit Tweety Bird avec un énorme joint dans la bouche de tatoué sur le pubis… J’aurai tout vu dans ma vie! Une danseuse qui va se faire tatouer avant de se faire toucher par des clients… Marcel se déboucha une nouvelle bière, prit une grande gorgée et répondit : « Tu reviendras demain. Présentement, je m’occupe de mon ami… ok là? Ciao, bye! » Elle remonta ses culottes et sortit rapidement! J’ai regardé Marcel et je lui ai fait un petit clin d’œil complice! Refuser une femme qu’il avait tant dans la peau pour s’occuper de la mienne… c’était mirifique!

Ce dernier a terminé le tatouage sans prendre aucune autre bière de la soirée! Il se sentait bien, libéré… et je crois que ma présence l’avait aidé à lui dire NON pour une fois! Je ne sais pas si Marcel est toujours vivant aujourd’hui, mais le souvenir de ce premier tatouage le restera pour toujours… Tu avais raison mon Marcel, mon tatouage est inoubliable! Car 20 ans plus tard, mon Wolverine est toujours sur mon épaule… Car 20 ans plus tard, il est toujours sur les « hautes »… 

 

Source(s) image(s):
Lessard 2014 (c)

Commentaires