BORNES ÉLECTRIQUES

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Une certaine année, on peut vivre des situations de sécheresse alors que l’année suivante, ce sera l’inondation. On peut cependant observer des tendances qui démontrent une hausse ou une baisse générale des températures sur une période de plusieurs années. La nature nous réserve toutefois des surprises, qui ne sont pas toujours heureuses. Les habitants de l’hémisphère nord de la planète l’ont appris à leurs dépens en 1816 lorsqu’ils ont expérimenté une année sans été. Mais cette situation exceptionnelle s’explique. Voici comment.

À lire aussi: 14 expressions sur le printemps

Les changements climatiques

Le concept de changement climatique ne vous est évidemment pas inconnu puisqu’il est au cœur de nos préoccupations en ce XXIe siècle. À la fin du XVIIIe siècle par contre, les gens avaient remarqué que les hivers étaient plus rigoureux et les étés plus courts, mais les cycles de refroidissement ou de réchauffement du climat n’ont rien d’inhabituels. Cette tendance s’est maintenue aussi au début des années 1800, mais sans conséquences graves. Toutefois, une série de catastrophes naturelles vont venir changer la donne.

L’éruption du volcan Tambora

Le 5 avril 1815, en Indonésie, le volcan Tambora entre violemment en éruption et propulse à 33 km d’altitude des cendres et des poussières dans la stratosphère. Cinq jours plus tard, une éruption pire que la première envoie des débris à 44 km d’altitude. Il s’agit de la plus violente éruption volcanique en 10 000 ans! Elle est ressentie à 1200 km à la ronde. L’éruption directe cause 10 000 morts et le tsunami qui s’ensuit en tue 50 000 de plus. Mais c’était sans compter les milliers de tonnes de poussières et de cendres lâchées dans l’atmosphère et qui ont flotté pendant des mois, bloquant par le fait même les rayons solaires. Les conséquences se firent ressentir jusqu’à l’année suivante.

L’année sans été : 1816!

Le voile causé par ces poussières atmosphériques ont amené un refroidissement des températures dans l’hémisphère nord qui ne s’est pas vérifié en hiver (y fait déjà frette!), mais ce fut autre chose pour le printemps qui tarda à arriver. Au Bas-Canada (le Québec actuel) et dans le nord-est des États-Unis, le froid perdurait et bien des semences gelèrent dans les champs, compromettant les récoltes pour l’automne. Tout l’été, le Bas-Canada connut des gelés. En juin 1816, la ville de Québec fut ensevelie sous un pied de neige! Cette température et ses conséquences forcèrent les autorités coloniales à acheter des denrées afin de prévenir une famine qui se dessinait assurément à cause des mauvaises récoltes attendues. Des distributions de denrées d’urgence ont dû être données à la population de la province. Les choses se rétablirent peu à peu l’année suivante jusqu’à redevenir normales par la suite. Mais dire que l’année 1816 fut sans été n’est pas qu’une figure de style; ce fut littéralement le cas.

Ça peut encore arriver…

Je ne veux pas être alarmiste, mais les risques que l’on connaisse à nouveau une situation semblable sont là en tout temps. Pendant la guerre froide, ne nous a-t-on pas fait craindre « l’hiver nucléaire » après une guerre atomique généralisée? Également, la situation alarmante du parc de Yellowstone qui présente un risque d’explosion (plus puissant que le Krakatoa encore!) nous laisse croire qu’un épisode d’année sans été est encore potentiellement possible aujourd’hui. Prions pour que ce ne soit pas le cas…

Liens :

Grandquebec.com

Hommelibre.blog.tdg.ch

Hyperbate.fr

Source(s) image(s):
Volcan en éruption
Volcan

Commentaires