Il faut bien avouer que les albums de super-héros, surtout ceux parus ces dernières années, sont rarement drôles. Moi-même, je ne me rappelle pas avoir ri pendant la lecture du dernier Batman. Si ce n’était des parodies, on serait tenté de dire que l’humour et les super-héros ne font pas bon ménage. D’ailleurs, depuis peu, on peut mettre la main sur le dernier tome de « Captain Biceps », l’une des parodies les plus connues du monde de la BD (chaque album se vend à plus de 70 000 exemplaires). Est-ce que ce sixième tome, intitulé « Le retour du poing de la justice », est aussi comique que les autres?

Une histoire folle!

Ce dernier album nous en met encore une fois plein la vue. Notre super-héros invincible, à la force herculéenne, mais doté d’un petit cerveau, doit ainsi sauver le monde contre un puissant vampire postillonnant et sa horde, venir à bout de Croco mutant qui s’amuse à manger les scientifiques ou encore de Renifleu fou qui prend un malin plaisir à couper les pieds de ses victimes. Même pendant ses vacances, il ne peut pas avoir l’esprit tranquille, car il doit déjouer les plans de Squale-Man qui tente de s’emparer de toutes les plages du monde pour empêcher les gens de prendre des vacances.

Heureusement, pour venir à bout de tous ces vilains, Captain Biceps peut compter sur l’aide de son acolyte Biceps Kid, devenu Genius Boy, lui qui, bien qu’ayant une intelligence supérieure, a de la difficulté à se faire écouter. 

Le récit, qui est découpé en plusieurs petites histoires d’une dizaine de pages chacune, ne se prend vraiment pas au sérieux. Il enchaîne les histoires abracadabrantes et les situations absurdes. Les auteurs tournent habilement en dérision les codes des aventures de super-héros. Le protagoniste est peut-être aussi fort, sinon plus, que Batman, Super-Man et Captain America, mais il est loin d’avoir leur intelligence. Il n’hésite pas à détruire des antiquités égyptiennes de plusieurs milliers d’années ou à lancer son fidèle acolyte, tout cela au nom de la justice. Il est clair que sans son invincibilité, ce super-héros niais n’aurait jamais passé la vingtaine.

Les auteurs basent d’ailleurs beaucoup leurs gags là-dessus. Si certains sont particulièrement savoureux, d’autres ratent un peu leur cible. Certaines histoires nous semblent parfois aussi un peu trop longues. Par contre, en général, nous passons un bon moment avec ce sixième tome, surtout que la mise en image est des plus réussies.

Verdict 

Au final, Captain Biceps - Le retour du poing de la justice est une parodie qui a beaucoup de mordant. Un album à lire pour vous changer du monde traditionnel des super-héros. Et pas besoin nécessairement d’avoir lu les autres tomes pour l’apprécier à sa juste valeur! 

 

Cote : 3 étoiles sur 5

 

Captain Biceps - Le retour du poing de la justice

Zep (scénario), Tebo (scénario, dessin et couleur)

48 pages

Glénat

 

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires