La peur des vampires n’est pas arrivée avec l’apparition des films d’horreur ou du livre « Dracula » publié en 1897 par Bram Stocker. Comme le prouvent de récentes fouilles archéologiques, des siècles avant, les gens avaient déjà peur de se faire mordre par les crocs de cette créature surnaturelle.

À LIRE AUSSI : Dossier criminel: Le Vampire de Düsseldorf

À Kamien Pomorski, dans le nord-ouest de la Pologne, des archéologues ont découvert un squelette datant probablement du 16e siècle et soupçonné à l'époque d’être un vampire. 

Mais comment les chercheurs sont-ils arrivés à cette conclusion? C’est simple. Ils ont trouvé un pieu enfoncé dans l’une de ses jambes. Cette pratique était courante et avait comme but d'empêcher les cadavres de sortir de leur tombe après leur mort.

Aussi, dans la bouche, ils ont vu qu’il lui manquait des dents. Les gens de l’époque lui avaient, en effet, enfoncé une brique dans la bouche, croyant que cela l’empêcherait de faire de nouvelles victimes et de stopper la multiplication des vampires.

Même si cette découverte est surprenante, les archéologues en ont fait d'autres du même genre dans les dernières années. Cette région est connue pour accueillir beaucoup de sépultures de supposés vampires. 

Selon d'anciennes croyances, les vampires étaient souvent des intellectuels, des aristocrates ou même des religieux qui avaient eu une mauvaise vie. Lors de leur mort, ils se transformaient en créature maléfique. Pour empêcher cela, les habitants de la région devaient les poignarder à la poitrine avec une tige en fer ou en bois avant l’enterrement. 

Heureusement, de telles pratiques n’existent plus que dans les oeuvres de fiction. Du moins, espérons-le...

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

Les 5 vampires les plus célèbres du cinéma

Source : Daily Mail.

Source(s) image(s):
kamienskie.info

Commentaires