Glorieux printemps - Tome 4

Sophie Bédard achève sa série sur l’adolescence et le secondaire qu’elle avait commencée il y a seulement deux ans aux Éditions Pow Pow. En effet, le quatrième et dernier tome de Glorieux printemps vient tout juste d’arriver sur les rayons des librairies. 

Ce n’est qu’un au revoir

C’est maintenant l’heure de se dire au revoir. Émilie, Antoine, Mathieu et Micheline vivent leurs dernières semaines à leur école secondaire. S’ils ne savent pas encore exactement ce qu’ils vont faire de leur vie, certains ont des projets à court terme, comme Antoine, qui désire ardemment déménager à Montréal pour profiter de l’effervescence de la métropole. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que c’est lui qui figure sur la couverture de l’album. Une grande partie du récit lui est consacrée. 

Beaucoup de cases se concentrent également sur le sort de la pauvre Émilie. Les relations avec sa mère sont loin de s’améliorer. Et disons qu’après ce que sa mère lui fera dans son dos pendant que l’adolescente sera dans un chalet à célébrer son après-bal, ça risque d’être encore pire. 

Peut-être que j’étais nostalgique, mais ce dernier tome est venu me chercher davantage que les précédents. Je l’ai aussi trouvé moins comique que les autres (quoique nous ayons droit à une ou deux situations loufoques). Il faut dire qu’en deux ans, on avait fini par s’attacher à ce joyeux quatuor auquel s’étaient greffés, au fil des épisodes, de nouveaux membres. 

Même si la fin est sereine, on ne peut s’empêcher d’avoir un petit pincement au coeur lorsqu’on tourne la dernière page. On se demande ce qu’ils vont devenir et s’ils vont continuer à se voir. Et en même temps, on ne peut s’empêcher de revenir sur l’époque de nos études secondaires et, peut-être même, de faire un petit bilan.

Du point de vue du graphisme, on apprécie le trait fin de Sophie Bédard qui arrive, avec une économie de moyens surprenante, à rendre ses personnages plus vrais que nature. Les décors minimalistes, mais inspirés, aident à mettre à l’avant-plan les protagonistes, tout en nous mettant dans l’ambiance. 

Verdict

C’est peut-être la fin pour nos quatre amis, mais ce n’est, je l’espère, que le début pour Sophie Bédard. De fait, j'espère qu’elle nous offrira encore d’autres merveilleux albums. Et qui sait, peut-être retrouverons-nous Émilie, Antoine, Mathieu et Micheline dans plusieurs années?

 

 

Glorieux printemps - Tome 4

Sophie Bédard

176 pages

Éditions Pow Pow

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Source(s) image(s):
Glorieux printemps - Le blogue

Commentaires