Shovel Knight

Un soldat unique en son genre!

Shovel Knight n’est ni plus ni moins que l’histoire d’un chevalier assez original. Pourquoi? Parce qu’au lieu d’une épée, il trucide ses ennemis avec une pelle! Pendant des années, cette « arme » lui a aussi servi à déterrer d’innombrables trésors en compagnie de sa douce Shield Knight. Or, leur paisible quotidien fut brusquement assombri lorsqu’une diabolique enchanteresse élimina Shield Knight et répandit le chaos avec l’aide de ses généraux. Meurtri dans l’âme, Shovel Knight n’en a pas moins décidé de reprendre sa pelle afin de combattre ceux l’ayant blessé à jamais.

Shovel Knight est donc un jeu se prenant parfois au sérieux, parfois non. Oui, le jeu vous propose des scènes où la rigolade n’est pas de mise, mais globalement, il est teinté d’une belle dose de folie assumée. En outre, la quête de Shovel Knight est une parodie des Chevaliers de la Table Ronde en ce sens que les généraux que l’on doit affronter sont eux-mêmes des chevaliers aux pouvoirs uniques. De plus, en parcourant les villages, il vous arrivera de croiser des habitants assez spéciaux merci, dont une sorte d’humain-âne vous vendant de la nourriture pour augmenter votre barre de santé. Le jeu contient aussi des codes secrets que je vous invite à aller chercher sur Internet. Mon préféré est sans nul doute celui activant le mode Butt, qui change certains noms communs des dialogues par le mot « Butt ». C’est juvénile, mais tellement drôle!

Petit soldat qui pellete beaucoup de trésors

Comme vous pouvez le voir à travers les images, Shovel Knight est un hommage aux jeux 8 bits. « Un autre? » me direz-vous. Oui, mais il est si bien conçu qu’il donne le sentiment d’être rafraîchissant même s’il semble sorti d’une autre époque. En fait, Shovel Knight est un jeu regroupant des niveaux au design quasi-parfait pour un jeu de style 8 bits. Ce sont des tableaux possédant de multiples secrets dans lesquels on peut non seulement éliminer des ennemis et obstacles, mais aussi découvrir beaucoup de trésors.

C’est d’ailleurs là l’un des principaux éléments faisant de Shovel Knight un jeu si divertissant. Oui, parcourir les niveaux et découvrir leurs secrets est déjà très intéressant à la base, mais pelleter des tas de pierres précieuses et ouvrir des coffres afin de mettre la main sur davantage de joyaux est très accrocheur. En fait, j’ai refait des niveaux plusieurs fois simplement pour le plaisir de trouver des secrets dans les murs, pelleter de petits amas de trésors, ouvrir des coffres et garnir mes richesses personnelles. C’est à ce point accrocheur! Petit bémol cependant : il est possible d’accumuler beaucoup de joyaux en très peu de temps, ce qui signifie que l’on peut acheter ce qui est vendu dans les villages assez vite. De ce fait, la multitude de trésors déséquilibre quelque peu le système économique du jeu, bien que cela demeure un accroc très mineur.

Que pourrez-vous donc vous procurer avec vos richesses? Eh bien, non seulement pourrez-vous améliorer Shovel Knight avec des éléments classiques comme de plus grandes barres de santé et de magie, mais aussi en faire un chevalier plus redoutable avec un éventail de sorts magiques plus diversifié. De plus, il vous sera possible d’acheter des pelles et armures possédant leurs forces et leurs faiblesses. Par exemple, vous pourrez revêtir une armure plus mobile, mais moins robuste aux coups ennemis ou bien choisir entre des pelles vous permettant de creuser plus facilement ou vous donnant accès à des techniques d’élimination d’ennemis plus puissantes. Il y a donc un petit côté jeu de rôle intégré à Shovel Knight, bonifiant l’expérience globale au-delà du simple jeu de plates-formes 8 bits.

Des influences de plusieurs jeux 8 bits

En parcourant Shovel Knight, je n’ai pu m’empêcher d’y trouver des influences de classiques du 8 bits. Ainsi, la carte du monde fait beaucoup penser à celle de Super Mario Bros. 3, tandis que les villages ont une conception similaire à ceux de The Legend of Zelda II: Link’s Adventure. Les niveaux m’ont, quant à eux, rappelé les Mega Man et Metroid d’antan, non seulement par leur excellence, mais aussi par les secrets qu’ils contiennent au sein de leurs diverses structures. Ainsi, démolir des murs m’a fortement rappelé l’époque où je détruisais le sol ou les murs avec les bombes de Samus. Quant aux généraux, ils m’ont fait penser aux boss de Mega Man en raison de leurs descriptions donnant une idée de leurs attaques et de leur personnalité.

Néanmoins, l’influence la plus évidente est celle de DuckTales. Comme Picsou, Shovel Knight est un personnage très attiré par les trésors. Or, à l'instar du vieux canard avec sa canne, Shovel Knight pourra aussi se servir de sa pelle pour rebondir sur des surfaces et éliminer des créatures en bondissant dessus. La technique fait énormément penser à celle de Picsou d’un point de vue visuel et pratique, de sorte que les amateurs de DuckTales y trouveront un élément qui leur semblera très familier lorsqu’ils joueront à Shovel Knight. Fort heureusement, le tout est merveilleusement imbriqué et donne droit à un excellent jeu facile à maîtriser dès les premières minutes!

Une difficulté digne des jeux 8 bits

Si Shovel Knight possède le style, le visuel et le son d’un excellent jeu 8 bits, il propose aussi la difficulté d’un jeu de cette ère. Attention, je ne dis pas qu’il est aussi sadique qu’un Mega Man ou un BattleToads, mais il n’en demeure pas moins ardu dans certains niveaux. En outre, divers défis vous attendront, notamment dans la demeure de Specter Knight alors que l’écran deviendra noir par moments. De plus, vous devrez composer avec certaines réalités des jeux dignes du 8 bits, incluant un effet de recul lorsqu’un ennemi vous frappera ou bien lorsque vous en blesserez un.

Vous allez donc mourir et mourir, laissant derrière vous une partie de vos trésors accumulés. Qui plus est, si vous voulez corser le tout, vous pourrez détruire les points de repère (checkpoints) et obtenir les joyaux y étant renfermés, quitte à devoir recommencer un niveau au complet si vous mourez. Cela dit, même si le jeu propose un défi intéressant, il n’est pas très long, offrant une aventure de huit à dix heures. Même si vous pourrez le recommencer en mode New Game+ et chercher à obtenir les 40 exploits à débloquer, Shovel Knight est un si bon jeu qu’on en aurait tout simplement voulu un peu plus!

Verdict

Shovel Knight était très attendu et il ne déçoit pas. Oui, c’est un jeu semblant sortir d’une autre époque et qui ne possède donc pas des graphismes à tout casser. Or, c’est aussi un jeu aux bases très solides qui nous accroche dès les premières minutes. Yacht Club Games ne s’est pas contenté de développer un jeu rendant hommage aux jeux 8 bits, il a en plus réussi à concevoir un jeu de ce style étant à la fois classique et rafraîchissant. En bout de ligne, c’est ce qui fait tout son brio!

Ce que vous aimerez :

- L’excellent design des niveaux

- Amasser des trésors

- L’humour des développeurs!

 

Ce que vous n’aimerez pas :

- Le déséquilibre du système économique

- Le fait d’en vouloir plus une fois le jeu terminé!

 

Note : 9 sur 10

Source(s) image(s):
Yacht Club Games
Player Essence

Commentaires