BORNES ÉLECTRIQUES

Golden Dogs tome 2  Orwood

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Stephen Desberg et Griffo n’ont pas perdu de temps. Après nous avoir offert cet hiver le premier tome de leur nouvelle série Golden Dogs, le duo nous propose déjà la suite : Orwood.

Lors de ma critique de Fanny, j’avais noté quelques failles. Rappelons, en effet, que j’avais trouvé que le premier tome manquait de suspense. Il semble que les bédéistes m’aient écouté, car le second tome n’a plus rien à voir, en termes d’intensité, avec le premier.

Dans Orwood, on retrouve toujours notre bande de quatre cambrioleurs. Ils sont au sommet de leur gloire. Tout le monde les connaît à Londres, les pauvres, les riches, mais également les policiers et les juges qui souhaitent leur mettre leur grappin dessus. Et disons qu’ils s’apprêtent à réussir!

En effet, les Golden Dogs vont réaliser leur plus grand coup. Si le butin promet d’être énorme, les risques le sont aussi, sinon encore plus. Alors qu’ils se croient tirés d’affaire, tout dérape et ils sont obligés de fuir chacun de leur côté. Après tout, depuis le premier tome, on ne cesse de nous rappeler qu’il y a un traître dans la bande. Orwood s’abstiendra de nous révéler son identité. Mon petit doigt me dit qu’il faudra attendre le dernier tome pour le savoir.

En attendant, ce second épisode se déroule encore du point de vue de Fanny. C’est encore une fois elle qui narre les exploits de ses compagnons. Ceux-ci n’occupent toutefois qu’un rôle très secondaire, si bien qu’ils ne sont présents que dans la moitié ou presque de l’album.

Malgré l’éclatement du groupe, on prend un grand plaisir à suivre Fanny qui, disons-le tout de suite, va en arracher! Et ce n’est pas peu dire. Mais la prostituée rousse en a vu d'autres avant. Fidèle à elle-même, elle va réussir à venir à bout des nombreux obstacles qui se dresseront sur sa route en utilisant son principal atout : sa beauté légendaire.

Personnellement, j’ai adoré ce revirement de situation. Comparativement au premier tome, c’est vraiment le jour et la nuit. La chance s’est tout simplement envolée et a laissé sa place à la souffrance, ce qui fait que le récit est beaucoup plus captivant.

Graphiquement, Griffo est toujours aussi inspiré. Le dessin m’a semblé encore plus sombre que dans Fanny, et ce, même si une partie du récit se déroule dans les chaudes contrées du Mexique.  

Verdict

Bref, Golden Dogs tome 2 – Orwood est une agréable surprise. Les auteurs n’ont pas répété les erreurs (voulues?) du premier tome et nous offrent un album intense, divertissant et très sexy. Espérons qu’ils continuent dans la même voie pour le troisième.


Golden Dogs tome 2 – Orwood
Stephen Desberg et Griffo
56 pages
Le Lombard

Cote : 3,75 étoiles sur 5

 

La Banque L’initié de Waterloo

Avec la récente crise financière, le monde de la bande dessinée s’est de plus en plus intéressé au complexe milieu financier. Il y a quelques mois, nous avons eu droit au génial Hedge Fund - Des Hommes d'argent de Tristan Roulot, Philippe Sabbah et Patrick Hénaff, qui relatait les aventures d’un courtier à notre époque actuelle. Mais on oublie parfois que les banques ne datent pas d’hier. Leurs origines « modernes » remonteraient au début du 19e siècle. Pierre Boisserie et Philippe Guillaume (scénario) ainsi que Julien Maffre (dessin) se sont donné comme mission de nous raconter l’histoire de la banque moderne dans La Banque – L’initié de Waterloo.

Des aristocrates déchus

L’action se déroule en 1815 à Londres. Charlotte de Saint Hubert et son frère Christian sont des aristocrates français ayant fui la Révolution française. S’ils étaient fortunés en France et n’avaient pas à travailler pour vivre, ils sont maintenant obligés de faire de basses besognes en Angleterre. Charlotte est une prostituée pour les Lords, alors que Christian nettoie la fiente d’oiseaux pour un riche banquier. On est loin des soirées mondaines de la Ville Lumière…

Amères, le duo souhaite évidemment améliorer sa condition. Il a eu vent que le riche banquier Nathan Rotchschild s’apprête à mettre à exécution son plan à la Bourse de Londres. En fait, tout ce qu’il attend, c’est la confirmation de la défaite de Napoléon à Waterloo. Il espère avoir l’information en premier pour faire croire aux autres investisseurs le contraire. Si les investisseurs pensent que l’empereur des Français a gagné la guerre, tous voudront vendre leurs actions. Rotchschild pourra ainsi les acheter à petits prix et s’enrichir sur leur dos juste avant qu’ils apprennent la vérité…

Cupide à souhait

La Banque sent la cupidité. Tous les personnages souhaitent s’enrichir d’une manière ou d’une autre. Les Saint Hubert souhaitent retrouver leur gloire passée, alors que Rotchschild, qui est déjà indépendant de fortune, désire avoir encore plus d’argent à compter.  Tout un chacun est prêt à augmenter son compte en banque sans se soucier des conséquences que ça pourrait avoir sur les autres.

Même si l’ouvrage est richement documenté, il n’est pas ennuyant pour autant (nous y reviendrons dans le prochain paragraphe). Dans un souci d’authenticité, les auteurs ont, en effet, intégré des personnages ayant réellement existé. Par exemple, la famille juive allemande Rothschild, dont la plupart des membres sont des banquiers émérites, est au coeur de l’histoire. Même s’ils ont changé quelques aspects pour les besoins du scénario, on apprécie le geste.

La Banque propose donc un scénario qui est loin d’avoir été bâclé. Les auteurs nous prouvent qu’il est possible de raconter une histoire intéressante et qui se passe au 19e siècle dans le milieu bancaire. Je pense que c’est rendu possible notamment par la force de caractère des personnages (même les banquiers sont intéressants) et surtout de son héroïne, Charlotte.

La pauvre semble être bien seule au monde. Même son propre frère ne semble pas la porter dans son coeur. Et pourtant, ils sont obligés de rester ensemble pour survivre. Ils se partagent le même minable petit lit dans une chambre délabrée. Malgré tout, on finit par s'attacher à cette courageuse jeune femme, qui ne se laisse jamais abattre par le malheur.

Et si vous êtes resté sur votre faim à la fin de ce premier tome, sachez que l’on retrouve, aux dernières pages, un dossier de quatre pages signé Philippe Guillaume sur l’histoire moderne de la banque. Loin d’être assommant comme pourraient le croire certains non-initiés du domaine bancaire, ce dossier, qui est fort bien écrit et facile à comprendre, complète admirablement le récit et nous éclaire sur certains aspects du monde bancaire.

Verdict

La Banque L’initié de Waterloo démarre bien cette nouvelle série de Boisserie-Guillaume-Maffre. Et si les bédéistes s’étaient fixé comme objectif de démystifier certains aspects de ce milieu fermé, ils y sont arrivés haut la main! On passe ainsi un très bon moment, et en prime, on apprend au passage un ou deux trucs sur l’histoire bancaire moderne. Jamais les banquiers et les investisseurs à la Bourse ne nous auront semblé aussi accessibles. Vivement le deuxième tome!

 

La Banque – L'initié de Waterloo
Pierre Boisserie et Philippe Guillaume (scénario), Julien Maffre (dessin)
56 pages
Dargaud

 

Cote : 4,25 étoiles sur 5

 

 

 

Source(s) image(s):
Divers

Commentaires