Vous aimez les histoires sanglantes, avec des lambeaux de chair éparpillés et des morceaux d’os disséminés un peu partout? Les histoires qui vous feront frissonner par le sadisme sans nom d’un tueur en série? Eh bien, ce n’est pas ce que vous retrouverez dans cet article! Eh non, les tueurs macabres font plutôt place à des criminels de bas étage dont on peut questionner les facultés intellectuelles. Entre un voleur qui veut retourner en prison pour dormir, un cambrioleur incapable d’ouvrir une porte et un autre composant le 9-1-1 avec son derrière, vous en serez quitte pour quelques bons fous rires en lisant les histoires ci-dessous!

« Ramenez-moi en prison, je veux dormir! »

Kierran Batchelor est un jeune homme s’étant fait pincer en 2012 pour avoir cambriolé des dizaines de maisons au Royaume-Uni. Après un court séjour en prison, il obtient une peine clémente de la Cour, soit une sentence suspendue assortie d’une probation. Or, même s’il a jubilé à la sortie de sa cellule, il s’est vite rendu compte qu’il devait s’acquitter de certaines responsabilités.

En outre, Batchelor devait se rendre aux rendez-vous fixés par son agent de probation à 10 h le matin. Après quelques rencontres, il a arrêté de donner suite à ses rendez-vous, ce qui a forcé son agent à alerter les autorités. Batchelor fut ramené en Cour et expliqua au juge que les rendez-vous matinaux avec son agent de probation nuisaient à sa routine de sommeil! Pire, il a expressément demandé au juge de mettre fin à sa probation et de le renvoyer en prison afin qu’il puisse récupérer ses heures de sommeil et dormir adéquatement!

Le juge a ordonné l’incarcération du jeune adulte pendant les 40 semaines suivantes. Selon les personnes présentes dans la salle, Batchelor aurait quitté cette dernière, menottes aux mains, en remerciant le tribunal pour la décision!

Il paie le barman avec la carte de crédit volée de ce dernier!

Itinérant, David Weber cherchait un moyen d’obtenir de l’argent facilement afin d’aller s’acheter à boire. La solution : briser la vitre d’une voiture et s’y introduire pour voler une carte de crédit.

En temps normal, cela aurait pu fonctionner. Or, Weber s’est rapidement fait coincer lorsqu’il s’est présenté dans un bar et a payé le barman avec la carte qu’il venait de subtiliser. Le problème est que ladite carte (et le véhicule dans lequel elle se trouvait) appartenait au barman en question! La surprise de voir sa propre carte de crédit lui être tendue passée, il a appelé les policiers afin qu’ils viennent arrêter le sans-abri de 53 ans.

Weber fut accusé de fraude par carte de crédit et de vol. Il a tenté, en vain, de clamer son innocence en mentionnant qu’il avait trouvé la carte sur le sol, par hasard. Meilleure chance la prochaine fois!

Il ne paie pas l’addition dans un dîner de charité de policiers!

Si vous voulez manger dans un restaurant et vous enfuir avant de payer, peut-être vaut-il mieux ne pas le faire lorsqu’une levée de fonds de policiers s’y tient! C’est pourtant ce qui est arrivé le 1er mai 2012 au Nouveau-Mexique, alors qu’Alan Golden, 22 ans, est sorti du restaurant où il dînait avec deux demoiselles sans payer son addition. Ce que Golden ignorait est que cette journée était spéciale au restaurant. En effet, les serveurs étaient remplacés par des policiers afin de ramasser des dons pour une campagne de charité.

Inutile de vous dire que le jeune homme fut rapidement arrêté et accusé d’avoir volé des services dont la valeur n’excédait pas 100 $. Il aurait été plus profitable pour lui de payer sa note d’à peine 30$ et de partir l’esprit tranquille! Cela n’a quand même pas terni la levée de fonds, qui a permis d’amasser une jolie somme de 3 000 $.

Un voleur compose le 9-1-1 avec son derrière!

En juillet 2013, un duo de voleurs a été appréhendé de façon totalement inusitée. En effet, Payton Seth Brewer et son complice se sont introduits dans une maison et y ont dérobé plusieurs effets, dont des bijoux, de l’argent et une arme à feu. Or, l’un des deux malfaiteurs avait un cellulaire dans la poche arrière de son pantalon et a bien malgré lui composé le 9-1-1 avec son arrière-train! Résultat : le répondant a clairement entendu l’un des voleurs crier : « Nous avons les bijoux, nous avons les bijoux, on décampe! ».

Abasourdi, le répartiteur a immédiatement contacté les policiers. Ils ont arrêté Brewer peu de temps après alors qu’il tentait de vendre les bijoux dans un commerce de prêt sur gage.

« Je n’ai jamais vu ni entendu quoi que ce soit de pareil », a déclaré le shérif du comté de Pittsburgh à la suite de cette affaire. Nous non plus!

La différence entre pousser et tirer une porte

La plupart d’entre nous se sont déjà butés à une porte qu’il fallait pousser au lieu de tirer et vice-versa. Or, s’il est facile de déduire qu’une porte que l’on tente d’ouvrir en la poussant s’ouvrira en la tirant, ce n’est pas si simple pour tout le monde.

Parlez-en notamment à ce voleur de Wicker Park, à Chicago, qui, plus tôt cette année, est demeuré coincé à l’extérieur d’un bar qu’il prévoyait vandaliser. Après avoir détruit la serrure, il s’est cogné le nez sur une porte qui l’a tout simplement empêché d’entrer. Selon CBS Chicago, l’homme a tenté de tirer la porte de toutes les façons possibles pendant sept longues minutes, essayant même de l’arracher!

Vous pensez peut-être que la porte était verrouillée, ce qui empêchait bel et bien le vandale d’entrer. Eh bien non, justement! Ce dernier aurait très bien pu pénétrer dans l’établissement s’il avait poussé la porte au lieu de la tirer puisqu’elle était bel et bien déverrouillée! Comble de l’ironie : un collant apposé sur le devant de la porte mentionnait clairement qu’il fallait la pousser pour l’ouvrir. Il aurait suffi au voleur de lever les yeux pour voir qu’il lui fallait pousser et non tirer comme un fou!

Vous croyez que cette histoire est tirée par les cheveux? Cliquez ici pour voir la vidéo du vol avorté afin de vous convaincre du contraire (et rire un bon coup!).

Source(s) image(s):
Telegraph
InfoTrust
WPBF
Frugal Café
UOL Noticias

Commentaires