BORNES ÉLECTRIQUES

Il n’y a rien de mal à jouer de temps en temps avec son corps. Des études ont déjà prouvé que c’était bénéfique pour le corps et l’esprit. Par contre, comme on le sait, il ne faut pas abuser des bonnes choses. Si vous passez la nuit à « coucher avec vous-même », cela peut, à la longue, vous empêcher de voir du monde et de faire des nouvelles rencontres. Pour vous aider à savoir si vous abusez des plaisirs solitaires, voici 7 trucs simples qui devraient vous y faire voir plus clair.

À LIRE AUSSI : Faits cocasses sur les plaisirs intimes solitaires des femmes!

Avant d’aller plus loin, rappelons que ce n’est pas parce qu’on est en couple que l’on arrête forcément de jouer avec son corps. Des hommes en couple ont avoué aller chez la veuve Poignet, et ce, même s’ils avaient une  vie sexuelle épanouie. En fait, plusieurs ont avoué qu’ils se tripotaient pour les aider à relâcher la tension et l’anxiété quand ils étaient stressés.  

Évidemment, il n’existe pas de « normes » sur le nombre de fois que l’on doit se toucher par semaine. En revanche, quand ça commence à ne plus sembler naturel et à interférer sur sa vie, il y a peut-être abus…

1- Ça ne peut pas vous sortir de la tête

Le problème avec les dépendances, c’est qu’elles hantent nos pensées. Dans le cas des plaisirs solitaires, vous pouvez y penser toute la journée et essayer de trouver la prochaine fois que vous pourrez le faire.

2- Vous prenez de plus en plus de risques

Si, avant, vous aviez l’habitude de le faire le matin dans la douche et que maintenant, vous ne vous gênez pas pour le faire un peu partout, tant que vous pensez avoir de l’intimité, comme dans une toilette publique, vous avez peut-être un problème.

3- Vous vous faites mal à l’engin

Vous le savez, ce que vous avez entre les deux jambes n’est pas un vulgaire jouet. Si vous abusez, vous risquez de le blesser. Ça peut être anodin comme la peau plus rouge, mais ça peut aussi être plus grave. Par exemple, vous pourrez être atteint de la maladie de La Peyronie, qui se manifeste par l’apparition de plaques sur votre membre. Cette dernière peut avoir des conséquences assez graves sur votre corps : déviation de la verge et même une dysfonction érectile.

4- Ça affecte votre vie professionnelle

Vous arrivez souvent en retard le matin, car vous devez absolument vous faire plaisir en solitaire? Dans la journée, vous ne pensez qu’à ça, ce qui vous rend moins productif? Vous avez même essayé de le faire sur votre milieu de travail? Il se peut dans ce cas que vous abusiez un peu trop...

5- Ça affecte votre vie sociale

Le vendredi soir, au lieu d’aller prendre une bière avec les gars de la shop, vous préférez rester seul chez vous et vous vous touchez? Ça peut arriver une fois, mais si les plaisirs solitaires commencent à avoir des impacts sur votre vie sociale et à vous empêcher de voir du monde, il est peut-être bon de diminuer la cadence…

6- Ça affecte votre vie sexuelle

OK! Certains hommes se touchent, car ils sont frustrés sexuellement. C’est un autre problème. Ici, toutefois, nous voulons plutôt parler de l’inverse. Si avant, vous aviez une vie sexuelle épanouie et que, peu à peu, et ce, sans que ce soit la faute de votre partenaire, vous vous mettez à être de plus en plus « autosuffisant », il faudrait se questionner sur votre « dépendance ».

7- Vous avez des problèmes à avoir un orgasme avec votre partenaire

La masturbation peut être lié à un autre problème : la dépendance aux films pour adultes. Certains hommes sont tellement dépendants aux vidéos X sur Internet qu’ils viennent à ne plus avoir de plaisir avec leur amoureuse.

Ne pas avoir peur de demander de l'aide

On sait que c’est le genre de problème dont nous, les gars, on n’aime pas trop parler, mais si vous pensez que vous avez un problème, nous vous suggérons de prendre votre courage à deux mains et d’aller consulter un thérapeute. Les démarches vont peut-être être pénibles, mais vous verrez que vous ne le regretterez pas. Votre corps vous remerciera!

Vous avez aimé cet article? Consultez cet article :

20 faits surprenants sur la masturbation

Source(s) image(s):
guerrillaworldpress

Commentaires