Another World: 20th Anniversary Edition

Doit-on revisiter un classique?

Était-ce nécessaire de relancer l’édition du vingtième anniversaire du classique Another World (connu en Amérique du Nord sous le nom Out of this World)? Disons que je me pose encore la question. En fait, je me la pose tout simplement parce que plusieurs ont apprécié revoir ce jeu historique sur de nouvelles plates-formes, tandis que d’autres, comme moi, n’y ont trouvé aucun intérêt. Est-ce parce que je ne suis pas le public cible ou tout simplement parce que le jeu aurait dû être conservé comme un souvenir du début des années 90? À mon humble avis, ce sont ses mécaniques désuètes et ayant mal vieilli qui tuent l'intérêt que l'on peut porter à son endroit.

Vous commencez votre aventure dans votre laboratoire de recherche. En tant que scientifique, vous menez des expériences sur ce qui semble être les champs de distorsion. Or, le tout tourne à la catastrophe lorsque vous êtes mystérieusement téléporté dans un autre monde dans lequel les dangers pullulent. En fait, tout ce qui vous entoure est un danger de mort, qu’il s’agisse des petites créatures qui peuvent vous piquer mortellement ou des monstres régnant sur cet univers qui ne veulent que vous faire disparaître.

Quand la mort devient un compagnon de voyage

Or, ne vous attendez pas à être guidé dans cet « autre monde ». En effet, il n’y a aucune explication qui est fournie, que ce soit au plan du scénario ou de la jouabilité. Vous êtes projeté dans ce monde inconnu et à vous de vous débrouiller pour y survivre! Pour vous donner une idée, dès que vous serez téléporté dans cet univers, vous serez plongé dans une piscine et y coulerez. Or, vous aurez l’impression d’assister à une cinématique alors que vous serez bien aux commandes! Du coup, si vous n’appuyez pas sur un bouton pour nager, eh bien, vous mourez.

Parlant de mort, Another World est un jeu où la mort est omniprésente, ce qui devient lassant assez rapidement. Le problème n’est pas la mort en tant que telle, mais le fait que le jeu soit une continuité d’essais et d’erreurs. Vous serez confronté à une créature ou à un piège, vous mourez et vous recommencerez en sachant que la grande faucheuse sera à cet endroit. Vous referez sans cesse ce stratagème jusqu’à la fin de l’aventure et en toute honnêteté, cela devient plus pesant qu’amusant. Et puisqu’il n’y a aucune explication au sein du jeu, cela ne fait qu’ajouter à la lourdeur des essais et erreurs perpétuels d’Another World.

Un jeu issu d’une autre époque

Par ailleurs, les mécaniques et contrôles du jeu vous paraîtront archaïques dès le départ. Vous aurez l’impression que votre personnage courra au ralenti et qu'il sera lourd lorsqu’il sautera. De plus, lorsque vous ne ferez pas ces actions afin de passer par-dessus les obstacles de votre périple, vous tirerez des ennemis à l’aide d’un fusil laser. Or, encore là, attendez-vous à un système de tir vieillot qui, en plus, ne sera pas plus expliqué que le reste. Ainsi, vous devrez effectuer d’autres essais et erreurs pour découvrir que vous pouvez créer un bouclier avec ce fusil ou encore le charger pour détruire certains murs à peine plus distinguables que ceux ne pouvant être ébranlés.

En somme, c’est ce qui a détruit mon plaisir au sein d’Another World : le manque d’explications couplé à des mécaniques d’une autre époque n’ayant nullement été adaptées à l’ère moderne. Après à peine une heure, j’ai mis de côté le jeu non seulement parce que je ne sentais aucun intérêt à découvrir ce monde parallèle, mais aussi parce que j’ignorais quoi faire et que j’en avais ras-le-bol de mourir à chaque monstre rencontré et à chaque blessure que je subissais. Oh, à noter que si vous avez joué à la version originale, il n’y a pas de contenu supplémentaire qui est proposé. Pas de chapitre additionnel, pas de nouvelles séquences, rien; seulement la même expérience que celle de l’époque.

Ce qui est nouveau est la couche de polissage visuelle et la bande sonore améliorée appliquées au jeu. Sur le plan graphique, vous aurez le choix entre le visuel de l’époque ou celui plus poli d’aujourd’hui. Or, ne vous attendez à rien de spectaculaire. On a simplement supprimé les pixels et lissé les polygones sans nécessairement leur ajouter de détails. Oui, les décors sont plus beaux et garnis, mais il n’y a rien de particulièrement alléchant pour les yeux. Même constat au plan sonore alors que la bande musicale d’aujourd’hui est plus belle, mais quand même de qualité inférieure à celle des jeux lancés au cours des dernières années. Vous remarquerez une différence en comparant les deux versions de la bande sonore, mais rien qui fera danser vos oreilles!

Verdict

Il m’est très difficile de recommander Another World: 20th Anniversary Edition tout simplement parce que je n’y ai trouvé qu’un plaisir très éphémère. Oui, l’univers du jeu est mystérieux et, donc, intrigant, mais sans forme d’adaptation aux standards actuels, Another World ne s’est tout simplement pas faufilé face au mûrissement de l’univers du jeu vidéo. Bref, ce jeu fut pour moi l’équivalent de Passe-Partout : j’ai passé de bons moments avec eux durant ma jeunesse, mais j’aurais mieux fait de conserver ces bons souvenirs d’antan au lieu de les gâcher en allant les revisiter en tant qu’adulte!

 

Ce que vous aimerez :

- L’univers intrigant du jeu

 

Ce que vous n’aimerez pas :

- Les mécaniques archaïques

- Le jeu d’essais et erreurs perpétuelles

- L’absence totale d’indications

 

Note : 3 sur 10

Source(s) image(s):
Google
Rare Gamer
Video Game Wallpapers

Commentaires