Mélanger deux franchises est un pari risqué. C’est un exercice très intéressant, mais qui peut aussi s’avérer être un fiasco si les styles des séries mises de l’avant ne se mélangent pas bien. Dans le cas de « Professor Layton » et « Ace Attorney », si les franchises exigent de la réflexion, elles mettent tout de même de l’avant des différences notables. Cela n’a quand même pas empêché Level-5, Capcom et Nintendo de collaborer afin de nous proposer une aventure mixant l’intelligence du professeur anglais avec l’art de la plaidoirie de l’avocat haut en couleur!

La chasse aux sorcières

Si Phoenix Wright et son acolyte Maya sont bien présents, l’histoire est essentiellement menée à travers le professeur Hershel Layton et son jeune apprenti Luke, du moins durant la première partie de l’intrigue. Un soir orageux, les deux amis sont interrompus par une jeune femme en détresse ayant en sa possession une lettre d’un ancien élève de Layton. L’étudiant devenu détective prie Layton de venir en aide à la jeune femme et de découvrir les mystères de la cité de Labyrinthia.

Très rapidement, Layton et Luke seront catapultés dans une aventure qui forcera l’esprit cartésien du professeur à accepter des réalités qu’il ne peut concevoir. Des sorcières (thème central du jeu) finiront par enlever la jeune femme et défieront Layton au point de provoquer l’arrivée du professeur et de Luke dans Labyrinthia. Parallèlement, Phoenix Wright et Maya seront eux aussi amenés dans cette cité perdue dans le temps alors qu’ils devront défendre une mystérieuse version parallèle de la jeune femme.

Ça semble compliqué à suivre? Ce ne l’est pas tant que ça. Par contre, l’histoire est l’un des points forts du jeu. Les mystères, intrigues et rebondissements sont nombreux, de sorte que le jeu suscite notre intérêt en nous présentant régulièrement un nouveau nœud scénaristique ou encore un élément étrange éveillant notre suspicion. De plus, il est très intéressant de voir le fossé créé entre la logique moderne et les croyances des habitants de Labyrinthia. Puisque la cité est gelée au temps du Moyen Âge, vous serez confronté aux croyances de la magie, des sorcières et des peines brutales de l’Inquisition, dont la crémation de femmes accusées de sorcellerie!

Un jeu lent

Si l’histoire gardera votre intérêt, son déroulement risque de vous faire décrocher. En effet, s’il y a de nombreux mystères, préparez-vous à lire beaucoup, beaucoup, beaucoup de textes! En fait, à certains points, on a l’impression d’avoir un roman interactif entre les mains plutôt qu’un jeu.

Les personnages des séries ont conservé leur personnalité, de sorte qu’il y a des moments cocasses, mais globalement, il y a simplement trop de dialogues à lire pour que le plaisir de jouer soit aussi élevé que celui du déroulement de l’histoire. Sur la trentaine d’heures que vous devrez investir pour compléter l’aventure, plusieurs seront consacrées à la simple lecture d’échanges parfois très banals. Et même si la dernière heure est plus intense, le tout aboutit sur une finale qui ne nous récompense pas pleinement pour tout ce temps pris à lire.

Layton vs. Wright

En ce qui concerne les styles de jeux, si vous avez joué à un jeu Professor Layton ainsi qu’à un Phoenix Wright, vous saurez ce à quoi vous aurez droit dans Professor Layton vs. Phoenix Wright. Lorsque vous serez avec Layton, vous devrez trouver des jetons SOS, naviguer dans les environnements et, surtout, résoudre des énigmes.

Or, non seulement les énigmes sont moins nombreuses que dans les jeux de la franchise Professor Layton, mais elles sont globalement moins difficiles. Plusieurs d’entre elles requièrent des manipulations avec la croix directionnelle et les boutons de la 3DS, et elles ne sont pas très punitives. À force de manipulations, vous finirez par atteindre votre but sans trop vous casser la tête. Ce sont de belles énigmes, mais pas à un niveau aussi relevé que ce à quoi le professeur nous a habitués dans le passé.

Du côté de Phoenix Wright, il vous faudra encore défendre des accusés à travers des mises en scène à l’opposé total de ce qu’on voit dans une salle de cour conventionnelle! Vous verrez beaucoup de personnages hauts en couleur et vous aurez évidemment droit aux classiques répliques de l’avocat, ma préférée demeurant le bruyant : « Prends ça ! » lorsqu’il déstabilise un témoin avec une preuve!

Or, contrairement aux autres jeux de la franchise, vous n’aurez pas d’enquête à mener avec Phoenix. Puisque la majorité du jeu se déroule à Labyrinthia, il n’y aura pas de technologie vous permettant d’analyser des scènes de crimes. Bien souvent, ces dernières seront présentées sous la forme de dessins et vos éléments de preuve surgiront dans l’avancée des procès. Vous pourrez quand même procéder à des interrogatoires, étudier des objets de preuve et même observer les réactions d’autres témoins lorsqu’un autre témoignera, question de relever des contradictions et ainsi faire innocenter votre client!

Qui gagne entre le professeur et l’avocat?

Un style de jeu prédomine-t-il par rapport à l’autre? Je dirais que cela est une question de goût. Même si j’ai préféré les énigmes de Layton aux causes de Wright, j’ai davantage apprécié le rythme des procès que la lenteur des aventures du professeur. Néanmoins, on voit quand même une qualité supérieure des énigmes de Level-5 par rapport aux causes développées par Capcom. Parfois, vous verrez que les contradictions à relever lors des procès sont peu évidentes, voire exagérées et boiteuses.

Par ailleurs, contrairement à ce que le titre du jeu laisse croire, il n’y a pas de confrontation entre Layton et Wright. Les personnages des séries sont plutôt amenés à collaborer pour élucider divers mystères de Labyrinthia. Ainsi, vous verrez Layton argumenter et même taper de sa main lors des procès de Wright, ce qui peut être drôle! À l’inverse, parfois, Maya et Luke iront enquêter sur le terrain afin d’élucider des énigmes, donnant aussi droit à de drôles de situations en raison du caractère bouillant de l’acolyte de Phoenix Wright!

Toutefois, les styles des séries ne se mélangent pour ainsi dire jamais. Il n’y aura donc pas d’énigmes durant les procès et pas de défense lors des enquêtes. Outre les associations de personnages, le seul gros mélange que vous verrez seront les pièces SOS, que vous pourrez utiliser tant pour les énigmes que pour vous guider lors d’un procès si vous êtes coincé. Les fameux Picaracts pourront aussi être amassés en résolvant des énigmes et en commettant le moins de fautes possible lors des procès. Dommage de constater que ce ne sont là que les seuls mélanges des franchises, le titre du jeu portant à confusion sur ce point!

Verdict

Professor Layton vs. Phoenix Wright est-il un bon jeu? Oui. Or, c’est aussi une expérience très lente truffée de beaucoup (trop) de dialogues. On n’a pas non plus poussé le mélange des franchises ou le semblant de confrontation entre Layton et Wright aussi loin qu’on aurait pu. En passant au travers, vous en viendrez au constat suivant : le jeu est intéressant et table sur les forces de chacune des séries, sans toutefois parvenir à déclasser un titre individuel de chacune d’entre elles.

 

Ce que vous aimerez :

- Les intrigues de l’histoire

- La conservation des personnalités des personnages

- Les énigmes de Layton et les options d’interrogatoires dans les procès

 

Ce que vous n’aimerez pas :

- La lenteur de la progression

- Les contradictions tirées par les cheveux lors de certains procès

- Les énigmes moins poussées que dans les autres Professor Layton

 

Note : 7,5 sur 10

Source(s) image(s):
IGN
Official Nintendo Magazine
Hard Mode
Maxi Reviews

Commentaires