Au fil des années, plusieurs suspects ont été soupçonnés par la police, mais jamais les forces de l’ordre n’ont été capables de mettre un visage sur Jack l’Éventreur. Il semblerait qu’un homme d’affaires ait enfin résolu ce mystère qui hante les policiers depuis plus d’un siècle.

À LIRE AUSSI :

10 criminels ayant entaché l'histoire!

Selon Russel Edwards, un homme d’affaires anglais de 48 ans, l’un des plus célèbres tueurs en série de l’histoire s’appellerait Aaron Kosminski. Il s’agirait d’un immigrant polonais. Le coiffeur de profession avait fui les pogroms russes dans les années 1880. Avec sa famille, il avait élu domicile à Londres, plus précisément dans le quartier de Whitechapel, pas loin des docks.

Mais comment Russel Edwards en est-il arrivé à cette conclusion? Grâce à l’ADN!

En effet, avec l’aide de Jari Louhelainen, un expert en analyse génétique qui prête à l’occasion main-forte à Interpol, il aurait prélevé de l’ADN sur un châle récupéré sur la scène de crime de Catherine Eddowes, la quatrième victime présumée. Elle a été retrouvée sans vie le 30 septembre 1888.

Peu de temps après le crime, un policier du nom d’Amos Simpson avait eu l’idée d’offrir le châle à son épouse. La couturière de profession n’en avait pas voulu, et on comprend un peu pourquoi…

Finalement, le bout de tissu s’était retrouvé dans une boîte, puis avait été donné au musée du crime de Scotland Yard. Durant toutes ces années, il n’aurait jamais été lavé.

En 2007, Russel Edwards avait décidé de l’acquérir dans une vente aux enchères. Pour s’assurer de son authenticité, il était entré en contact avec un descendant de l’un des policiers présents à l’époque sur la scène de crime. C’était lui le propriétaire du châle.

L’homme d’affaires découvra alors que le bout de tissu présentait un motif représentant des marguerites de la fête de Saint-Michel. Cette fête est célébrée le 29 septembre chez les chrétiens et le 8 novembre chez les orthodoxes. Or, Catherine Eddowes aurait été assassinée cette journée du 29 septembre, alors que la date du 8 novembre correspondrait au meurtre d’une autre victime.

Selon Russel Edwards, ce châle aurait été laissé sur les lieux du crime par Jack l’Éventreur lui-même pour aviser les policiers de la date de son prochain meurtre. En effet, Mme Eddowes, 46 ans et mère de trois enfants, n’aurait pas eu les moyens de se payer un tel accessoire.

Il faut dire que le nom d'Aaron Kosminski était connu des experts du célèbre tueur en série. En fait, il figurait sur la liste des six principaux suspects. Selon M. Edwards, ce Juif polonais était « gravement malade mentalement, probablement un schizophrène paranoïaque souffrant d'hallucinations auditives et décrit comme un misogyne adepte de "l'auto-abus", un euphémisme pour qualifier la masturbation. » Arrêté par la police, Aaron Kosminski aurait fini ses jours dans un asile psychiatrique.

Ce n’est pas la première fois que des gens affirment avoir démasqué Jack l’Éventreur. Rappelons qu’en 2002, Patricia Cornwell avait affirmé dans un livre qu’il s’agissait de Walter Sickert, et ce, grâce à des analyses d'ADN et à des recherches sur des croquis et peintures.

Sources : Le Parisien, HuffPost/AFP

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Dossier criminel : H.H. Holmes, le premier tueur en série nord-américain

Source image : grayline

Source(s) image(s):
italianjob17 (Flickr)

Commentaires