Certaines causes criminelles ont retenu une attention rarement vue au Québec au cours des dernières années. Parmi elles se trouve celle de Luka Rocco Magnotta, un nom qui fait frémir bien des gens en raison de l'horreur du crime dont il est accusé. Or, qui connaît le passé de celui ayant délibérément changé de nom pour laisser derrière lui un passé trop douloureux? Premier d'une série d'articles visant à dévoiler celui portant le surnom du dépeceur de Montréal.

Un divorce qui détruit une enfance

Éric Clinton Newman naît le 24 juillet 1982 dans la ville de Scarborough, théâtre des actes de barbarie commis par un certain Paul Bernardo et sa femme Karla Homolka. Les premières années de vie de Newman sont on ne peut plus normales, la petite famille jouissant d'une vie remplie de bonheurs. Or, ce portrait de la famille idéale prend une sombre tournure lorsque Donald Newman et Anna Yourkin décident de se séparer.

Ballotté entre les domiciles de ses parents, le jeune Newman sera fortement déstabilisé par cette rupture. En outre, ses parents ne lui témoignent pas autant d'affectation que sa fratrie. De plus, il n'a qu'une proximité relative avec cette dernière. L'attachement de l'enfant envers sa famille s'amincit davantage lorsque son père rencontre une nouvelle femme. Désormais, Newman doit composer avec des abus de toutes sortes de sa belle-mère, incluant des mauvais traitements physiques et des agressions sexuelles répétées.

Rejeté à l'école

Newman ne trouve pas plus de répit à l'école. Il est ridiculisé et on s'en prend à lui en raison de son physique frêle et de ses traits de bambin. À mesure que ses camarades vieillissent et testent leur virilité sur les filles, Newman est isolé puisqu'il ne peut trouver un endroit où il se sentira bien. Il doit composer avec des moqueries à l'école et des abus de toutes sortes en milieu familial.

N'en pouvant plus de ce climat, le jeune adolescent décide d'aller vivre chez sa grand-mère. Or, il se retrouve une fois de plus plongé dans un milieu malsain. La vieille dame acariâtre se montre dure à l'endroit de son petit-fils, l'injuriant et le punissant pour n'importe quel prétexte. Elle se charge aussi de son éducation, l'obligeant à quitter l'école.

Or, cela ne fera qu'accentuer son sentiment de solitude ainsi que son désir de se différencier de la masse. En effet, en plus de plonger dans l'alcoolisme, Newman décide de se teindre les cheveux en blond, créant ainsi un profond contraste avec le style de vie paisible et rangé de la communauté. Il déteint et dérange lorsqu'il se promène dans les rues au point de susciter une pluie d'insultes dès qu'il croise la route de quelqu'un. Lorsqu'il effectue un bref retour à l'école pendant deux ans, ses traits juvéniles et ses cheveux très pâles font en sorte que les autres jeunes ne veulent pas s'associer à lui.

Newman est seul et méprisé. Pour contrebalancer la lourdeur de cette solitude, il se crée une personnalité totalement contraire au sein de laquelle il se trouvera particulièrement beau et séduisant. Il trace un trait définitif avec son enfance ainsi qu'avec son adolescence et part, sans un sou, vers Toronto afin de trouver sa voie.

Toronto et les premiers actes criminels

À 18 ans, Newman quitte pour de bon l'école. Doté d'une intelligence moyenne, obtenant de pauvres notes aux examens et rejeté par tous, il ne trouve aucune utilité à poursuivre sur un sentier jonché de cailloux lui déchirant les pieds. Or, sans argent, il se tourne vers la criminalité pour subvenir à ses besoins. Il vole dans les magasins et se fait coincer plusieurs fois par la police. À un moment, il n'hésite pas à subtiliser la carte de crédit d'une amie et à frauder cette dernière pour plusieurs milliers de dollars. Il sera condamné à neuf mois d'emprisonnement avec sursis pour ce geste.

Malgré cette condamnation, Newman poursuit ses activités criminelles et son exploration des paradis artificiels. De plus, sa personnalité narcissique se renforce à un niveau à peine imaginable. Par exemple, lors d’un souper au restaurant, il ne portera guère attention à son invitée, étant trop préoccupé à penser à lui-même. À une autre occasion, il déclarera qu'il ne pouvait s'empêcher de regarder son reflet dans la cuillère. Il a même sorti un miroir durant ce souper afin de regarder ce qu’il considérait comme étant l’homme le plus époustouflant qu’il ait jamais vu. En repensant à ce moment de sa vie, Newman déclarera même que s’il avait été homosexuel, il se serait épousé et aurait été obsédé par lui-même.

À 24 ans, Newman n’est plus le même homme qu’avant. Il fréquente les milieux homosexuels, qu’il perçoit comme étant remplis de plaisirs faciles à obtenir. Il vit principalement la nuit et se rend compte qu’il attire les regards de la communauté gaie. Désormais, les autres lui confirment qu’il est un homme désirable et Newman n’hésite pas à user de ses charmes pour susciter l’envie des hommes. Il devient gogo boy au sein de bars où il est perçu comme une beauté fatale. Rapidement, il devient le préféré de la clientèle de nombreux bars, qui admire avidement son corps d’adolescent.

Or, c’est aussi à ce moment que Newman se dissocie totalement du sang coulant dans ses veines. Il dit adieu à Éric Clinton Newman pour accueillir le nom de Luka Rocco Magnotta, choisi puisque Magnotta est dérivé du nom italien mignotta (prostitué en italien). Désormais, le but de Magnotta sera de pleinement assumer sa personnalité de prostitué et d’exploiter cette nouvelle célébrité en s’attirant les faveurs d’hommes ne pouvant soupçonner l’obsession qu’il nourrit pour assouvir ses besoins narcissiques ni jusqu’où il est prêt à aller pour que le monde se rappelle de lui.

À suivre...

Source(s) image(s):
CBC
Luka Trial

Commentaires