Le Québec a été secoué cette semaine par le décès de Gilles Latulippe. Ici, chez Affairesdegars.com nous souhaitons rendre hommage à ce grand homme. Voilà pourquoi nous le nommons personnalité masculine de la semaine.

À LIRE AUSSI : Tristesse et hommage senti à la suite du décès de Gilles Latulippe

Gilles Latulippe a toujours été un comique. Le rire faisait partie de sa vie depuis qu’il était haut comme trois pommes. Dans son enfance, il avait hâte d’aller à l’école pour apprendre à écrire. Et quand il a finalement appris à écrire, il s’est mis à faire l’école buissonnière pour écrire des blagues! Un jour, en entrevue, il a révélé qu’il avait besoin de rire quotidiennement, mais aussi de faire rire les autres. Il aimait évidemment être sur scène, car il pouvait entendre rire le public, mais prenait aussi beaucoup de plaisir à divertir un petit groupe de trois ou quatre personnes dans une maison.

Sa carrière artistique a commencé en 1959 quand il a interprété le frère Nolasque dans la comédie dramatique Bousille et les justes de Gratien Gélinas. Même si sa prestation reçoit un accueil favorable autant du public et que de la presse, Gilles Latulippe avoue préférer la comédie.

D’ailleurs, au début des années 1960, il a fait une rencontre qui a littéralement changé sa vie. En effet, le grand Olivier Guimond lui conseille d’ouvrir son propre théâtre. C’est ce qu’il fait en 1967 en ouvrant le Théâtre des Variétés. L’institution, qui présenta des spectacles burlesques jusqu’à sa fermeture en 2000, a attiré des milliers de Québécois des quatre coins de la province.

Gilles Latulippe a aussi eu une fascinante carrière au petit écran. Tous se rappellent de ses prestations dans Symphorien (1970-1977) ou encore dans Les Brillant (1979-1982) et Poivre et Sel (1983-1987).

De 1987 à 1993, il a coanimé, avec Suzanne Lapointe, la fameuse émission Les démons du midi. Plus de 1000 épisodes ont été enregistrés.

Le comédien a aussi décroché plusieurs rôles, notamment dans les années 70, aux grands écrans, surtout dans des comédies.

Cet été, le Festival Juste pour rire avait présenté un gala hommage à ce pionnier de l’humour qui cumulait pas moins de 55 ans de carrière. Il nous a quittés mardi à l’âge de 77 ans d’un cancer du poumon. Il était hospitalisé depuis le 22 août pour traiter une pneumonie.

Les réactions au décès de Gilles Latulippe ont été nombreuses. Le fondateur et président du Festival juste pour rire, Gilbert Rozon, a qualité l’homme comme « Un grand parmi les grands », alors que le maire de Montréal, Denis Coderre, a annoncé que les drapeaux de la métropole seraient en berne pour saluer son départ.

Plusieurs humoristes avaient également de bons mots pour Gilles Latulippe. Benoit Brière a, par exemple, dit en entrevue à l’Agence QMI qu’il était « un homme d’une grande générosité, d’un grand respect pour son public et pour les gens du milieu. »

Votre bonne humeur va nous manquer Gilles. Reposez en paix.

Source(s) image(s):
Agence QMI

Commentaires