Wolinski, le célèbre dessinateur de presse, a, durant sa carrière, collaboré avec de nombreuses publications d’envergure comme « Libération », « Le Nouvel Observateur », « Paris Match » et « Charlie Hebdo ». Avec le roman graphique inédit « Le Village des Femmes », l’homme de 80 ans nous offre sa première oeuvre du genre.

À LIRE AUSSI : « Sillage – Premières armes » : De la science-fiction intelligente!

Olivier est un vieux dessinateur solitaire qui n’a jamais voulu exploiter son talent au maximum. Cela ne l’a pas empêché d’avoir une vie très correcte. Alors qu’il prend un verre dans un bar, il aperçoit une ravissante étudiante, Anna. Tout de suite, c’est le coup de foudre ou, en tout cas, ça en a l’air!

Peu de temps après, la jeune femme l’invite au village des femmes, un endroit qui, comme son nom l’indique, est réservé uniquement aux personnes de sexe féminin. Les hommes y sont tolérés, à condition de se déguiser en femmes. 

Olivier, lui-même, devra revêtir une perruque et des vêtements de dame s’il veut pouvoir circuler librement dans cet endroit inusité. Mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas lorsqu’on est amoureux? Et bien malgré lui, Olivier ne déteste pas du tout le fait de se travestir…

Entre sérieux et loufoque 

Même si le scénario du Village des Femmes prend des tournures parfois étranges et loufoques, on sent que Wolinski a voulu traiter dans son oeuvre, comme il le fait régulièrement d'ailleurs, de sujets « sérieux ». Ici, on s’en doute un peu, il s’agit de l’exploitation des femmes et du féminisme. 

Car en traitant le sujet à l’inverse (l’exploitation des hommes), Wolinski nous force à réfléchir sur le statut de la femme à notre époque. Évidemment, ici, la solution trouvée par les dirigeantes de ce village est peut-être un peu extrême, mais on comprend un peu mieux les motivations des premières féministes et de celles d’aujourd’hui. 

Cela dit, je suis conscient que si une féministe lit ce livre, elle va probablement grincer des dents. Le dessinateur ne fait pas dans la dentelle et provoque plus d’une fois. Je crois toutefois que ce livre doit être lu au second degré pour en comprendre toutes ses subtilités et tenter de déchiffrer le message de l’auteur. 

Du point de vue graphique, on reconnaît vite le style du maître. Les illustrations occupent une grande place, mais le texte aussi. On retrouve souvent sur la page de gauche un simple paragraphe de texte et, sur celle de droite, une image en lien avec celui-ci. 

Plus précisément, le dessin oscille entre caricature et image provocante, si bien que les images de nature sexuelle (croyez-moi, il y en a beaucoup) excitent peu ou pas le lecteur. En fait, disons même que ça l’amuse! Car il est difficile de trouver attirante une femme nue étendue sur un lit qui affiche un sourire niais. Il reste que ce roman graphique est destiné à un public averti, et ce, même si les images ont l’air « insignifiantes »!

Verdict

Le Village des Femmes est parfois drôle, parfois absurde et parfois provocant. Une chose est sûre cependant : il ne laisse pas indifférent!

 

Le Village des Femmes  

Wolinski

Seuil

128 pages

 

Cote : 4,25 étoiles sur 5

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

Bande dessinée : Visite inédite de l'asile d’Arkham, et la relation tendue entre Batman et son fils

 

Source(s) image(s):
Seuil

Commentaires