Un an après la sortie du premier tome, Promise, la trilogie créée par Thierry Lamy (scénario) et Mikaël (dessin et couleur) revient dans un second chapitre encore plus mystérieux : L’Homme-Souffrance.

Avec un titre comme ça, on se doute un peu qu’il ne s’agit pas d’une comédie. Et si vous aviez encore des doutes, regardez donc la couverture! 

On retrouve toujours les habitants de Promise, un petit village perdu dans le fin fond de l’Idaho pendant l’hiver 1864. Le pasteur Laughton, nouvellement arrivé dans cette localité, commence à gagner la confiance de tous en prouvant qu’il est vraisemblablement le seul à pouvoir mettre fin à la menace à laquelle doit faire face le village. En fait, il n’y a que Rachel qui a des doutes sur les véritables intentions de l’homme, mais elle n’ose pas agir. Des esprits amérindiens finiront pas lui faire changer d’avis.

Une rivalité grandissante

Ce second épisode est donc centré sur l’ascension de ces deux personnages totalement à l’opposé. D’un côté, le mystérieux homme en noir s’impose de plus en plus comme le chef véritable du village, tandis que de l’autre, Rachel prend conscience qu’elle est peut-être la seule qui pourra anéantir ce mauvais esprit et, par le fait même, sauver tout le village. Néanmoins, le pasteur ne prévoit pas la laisser faire. Il compte tirer profit de la méfiance toujours grandissante des villageois et l’utiliser contre sa jeune rivale. 

Si le premier tome était entouré d’une aura de mystère, on sent que celle-ci commence à se dissiper peu à peu. Les nouvelles informations concernant Mister Laughton nous arrivent encore au compte-gouttes, mais, au moins, on peut en savoir davantage sur Rachel et ses origines. Et j’ai été bien content de l’apprendre! Rappelons que dans ma critique du premier tome, j’avais trouvé que la jeune héroïne n’avait pas le même force que le protagoniste. C’est réglé ou presque avec L’Homme-Souffrance. À croire que les auteurs m’ont écouté!

Bon, ce deuxième tome ne révèle pas toutes ses cartes, mais j’espère seulement que l’on va avoir le fin mot de l’histoire dans le dernier épisode.

Du côté du dessin, Mikaël continue de nous épater. Les personnages principaux, comme les personnages secondaires, ont bénéficié d’un travail minutieux. Il ne se gêne pas pour nous offrir plusieurs scènes de foules nettes et sans compromis.

Les personnages sont certes irréprochables, mais l’illustrateur s’est encore plus surpassé lors de la conception des décors et plus précisément de l’atmosphère « glaciale ». Le froid est bien sûr au centre de l’oeuvre, mais, en même temps, demeure très effacé. Comme dans la vraie vie, on le ressent, sans pouvoir le voir. Petite anecdote : À la fin de ma lecture, j’avais les pieds complètement gelés comme si je me trouvais en compagnie des habitants de Promise! C’est pour vous dire!

Verdict 

Avec une couverture si intrigante (et selon moi, l’une des plus belles de cet automne), le tome 2 de Promise ne passera certainement pas inaperçu dans les librairies. Et c’est tant mieux! Attention cependant! Car une fois que vous aurez pénétré dans cette oeuvre, L’Homme-Souffrance ne vous laissera pas en sortir si facilement! Vous aurez été prévenu!

 

Promise tome 2 L’Homme-Souffrance

Thierry Lamy (scénario) et Mikaël (dessin et couleur) 

58 pages

Glénat 

 

Cote : 4,5 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
Hachette Canada

Commentaires