J'ai l'impression que l'histoire se répète et ça ne m'enchante pas. Avec le lancement complètement raté de « Sonic Boom », Sega nous force à nous demander si sa mascotte bleue est encore viable. Même s'il arrive qu'on ait un regain d'espoir grâce à un bon jeu Sonic sortant entre plusieurs mauvais, nous sommes encore obligés de nous poser aujourd'hui la question suivante : Sonic est-il en train de pousser son dernier souffle?

À LIRE AUSSI : Critique de « Sonic: The Lost World » : Bienvenue dans Super Sonic Galaxy!

Je vais vous révéler un grand secret de journaliste (« grand » étant relatif). Quand une compagnie envoie des copies d'un jeu le jour de sa parution ou même après, c'est inquiétant. Quand on nous oblige à respecter un embargo dépassant la sortie du jeu, c'est très questionnant. Et quand une firme n'envoie tout simplement pas de copies de son jeu aux médias, c'est carrément le signe d'un désastre à venir. Pourquoi? Parce que généralement, ça signifie que la firme n'a pas assez confiance en son projet pour qu'il y ait des avis avant que les consommateurs l'achètent.

C'est exactement ce qui s'est produit avec Sonic Boom. Sega a refusé d'envoyer des copies du jeu aux médias et votre humble serviteur n'a même pas eu de réponse concernant la possibilité d'évaluer le jeu, ce qui n'est pas dans les habitudes de la compagnie japonaise. Ayant quand même pu l'essayer en avant-première, cela n'a fait que renforcer les forts doutes que j'avais quant à sa qualité. Et quand les consommateurs ont fini par mettre la main sur le jeu sans avoir eu d'avis préalables, on a assisté à un festival de bogues et de vidéos ridiculisant la plus récente aventure de Sonic. Mes craintes sont devenues une réalité, voire un cauchemar pour Sega.

Force est de constater que même entre d'autres mains que celles de Sonic Team, il est très difficile pour un studio de concevoir un bon Sonic. BioWare n'a pas été capable de produire un bon jeu de rôle avec Sonic and the Dark Brotherhood et Big Red Button fait rire de lui avec Sonic Boom: Rise of Lyric. Pourtant, le premier est un maître dans l'art du jeu de rôle, tandis que le second est composé de développeurs ayant travaillé sur les excellents Uncharted.

Mais pourquoi donc est-il si difficile de développer un bon Sonic? Tout simplement parce que le style préconisé par cette série n'est pas viable. À ses débuts, la vitesse et les actions automatiques étaient plaisantes à voir sur la Genesis. Aujourd'hui, à une époque où on demande davantage d'interactivité pour les joueurs et de profondeur dans l'expérience de jeu, rebondir sur une panoplie de boutons et marcher sur des accélérateurs pour prendre des sentiers prédéfinis n'est tout simplement pas amusant. La vitesse caractéristique de Sonic est même devenue un défaut majeur, empêchant l'exploration et offrant des contrôles très imprécis. Même lorsqu'on a tenté de revenir à la base avec Sonic the Hedgehog 4, ce fut au mieux très moyen.

Est-on prêts à célébrer les funérailles de Sonic? Attendons avant d'engager des pleureuses qui verseront des larmes sur celui qui a, un jour, compétitionné Mario. Parfois, un titre nous redonne foi en la franchise de Sega comme ce fut le cas avec Sonic Adventure 2 ou Sonic Generations. Or, il n'en demeure pas moins que Sonic boite depuis longtemps, trop longtemps même. Disons que ça va mal pour courir dans cette condition.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Ce que vous ignorez sur... Sonic!

Source(s) image(s):
3DS Plaza

Commentaires