BORNES ÉLECTRIQUES

Avant les fêtes, mon ami Éric Duhaime lançait « La SAQ pousse le bouchon! », un livre « coup de poing » sur ce monopole aux allures de « compteurs intelligents ». Un duopole qui abuse du Québécois moyen, qui doit payer sans discuter... une main dans la poche et l’autre qui tente d’enlever ce qu’on lui a « gouvernementalement » enfoui dans la gorge pour obtenir un peu plus d’argent. Dans une société qui combat l’obésité, je trouve que la taille de notre État commence à être inquiétante. Le Québec est un obèse qui coûte cher et qui ne peut se déplacer tout seul! Constat désolant…

Ok, le vin n’est pas une nécessité pour vivre. C’est un produit de luxe! On peut s’en passer dans le fond. Mais peut-on s’entendre sur le fait que c’est doublement frustrant de payer une bouteille de vin 16 $, alors que la SAQ l’achète 4 $ chez un producteur étranger? Parce qu’il faut rappeler que les produits du Québec ne sont même pas en vedette à la Société des alcools du QUÉBEC! Même pas 1 % des bouteilles sur les tablettes… Et ça nous fait la morale un peu partout pour acheter québécois? Je vais vous dire, un produit québécois à la SAQ est aussi rare qu’une bouteille à moins de 15 $... Parce que ça aussi c’est une espèce en voix d’extinction! Cette semaine, on apprenait qu’une centaine de bouteilles à moins de 15 $ avaient disparu des tablettes au cours de la dernière année… oui, oui… dans la dernière année!!! Ils ont réduit le produit qui rapporte 60 % du chiffre d’affaires annuel. Pourquoi? Parce qu’on est des idiots conditionnés à nos petites bouteilles hebdomadaires et grâce aux pastilles de goût, un conseiller vous recommandera un vin semblable à 20,99 $. Et pouf! Encore plus d’argent dans les poches de notre bon gouvernement!

Imaginez si le vin nous était vendu avec une marge de profit raisonnable. Si on payait 10 $ la bouteille que la SAQ achète 4 $, on aurait un pouvoir d’achat tellement meilleur! Juste au restaurant, notre facture pourrait baisser d’une vingtaine de dollars. Mais non, on augmente les prix et la quantité des bouteilles entre 20 et 30 $... On va revenir à l’époque de Séraphin Poudrier : « Si tu n’as pas les moyens, ce n’est pas mon problème! » Le hic, c’est que les Québécois n’ont déjà plus les moyens. Un exemple? Les ventes des magasins à grande surface sont en déclin. Les gens « étirent » leurs biens avant d’en acheter d’autres! Pas les moyens… Les taux d’imposition et de taxes nous vident les poches avant même d’avoir encaissé notre chèque de paie!

Et là, venant du ciel ou d’ailleurs, le Saint-Esprit fit une intervention divine!

Et là, la SAQ annonce l’apparition d’une trentaine de vins à moins de 12 $ sur ses tablettes… Comme ça! Ils viennent de découvrir des vins moins chers sur le marché et ils « veulent que les Québécois en profitent! » BEN OUI!!!! On es-tu assez stupides pour avaler ça? Si vos vins sont moins chers, c’est que vous avez remarqué une baisse dans vos revenus depuis trois ans et que vous avez remédié à la situation! Arrêtez de prendre les payeurs pour des caves!!! Ce n’est pas parce qu’on est occupé à compter nos sous qu’on devient automatiquement sourd et aveugle!

Cher SAQ, votre « cadeau divin », ça fait 10 ans que je l’attends et maintenant, je suis passé à autre chose! Je me suis tourné vers des microbrasseries québécoises qui font des produits de qualité et qui vivent dans un marché concurrentiel. Donc, le prix est juste pour tout le monde! Je ne peux peut-être rien devant le monopole d’Hydro-Québec, mais je peux au moins décider de ne plus vous donner mon argent!

C’est bien beau de dire que ce n’est que du vin, mais je déteste qu’on me prenne pour un raisin! Et vous, qu’en pensez-vous?

Source(s) image(s):
Montirius

Commentaires