BORNES ÉLECTRIQUES

Hier, j’ai écouté le basketball… et je n’aurais pas dû. Chaque fois que je le fais, je me rappelle pourquoi je ne le fais pas plus souvent. De tous les sports dits majeurs, c'est celui qui m'intéresse le moins et de loin. Pour être bien honnête, une partie de curling pour aveugles d'un club de l'âge d'or du fin fond du Manitoba m'apporterait plus de joie. N'importe quoi pour ne pas voir la face de « douchebag » à Kobe. C'est aussi le seul sport dans lequel j'étais poche dans mes cours d'éducation physique, le seul sport dans lequel mon grand frère était meilleur que moi, le seul sport… que je déteste profondément.

À LIRE AUSSI : Mario bientôt réellement intelligent?

Hier, j’ai écouté le basketball… et je ne comprenais pas les stratégies de jeu. Pendant un temps d’arrêt, un des 78 que chaque équipe va prendre durant le match, l’analyste racontait que l’entraîneur du Jazz (honnêtement, qui écoute du jazz en Utah?) avait commandé à ses joueurs de se replier en défensive. Hein? Cibole, ça fait 85 points qui se font scorer! Y était temps qu’il allume!

Hier, j’ai écouté le basketball… et je ne voyais pas de grands athlètes. Oui, bon, je sais qu’à leur grandeur, ils doivent se pencher plus souvent que 99,9 % d’entre nous et ce n’est pas négligeable… mais quatre quarts de 12 minutes? Donc 48 minutes de jeu seulement? Dans un sport sans contact? Pour un salaire aussi élevé que tous les autres professionnels du sport? Mais quelle arnaque!

Hier, j’ai écouté le basketball… et je me posais la question : est que les commentateurs sont vraiment trop intenses ou juste pas professionnels? Je m’explique. Hier, un joueur s’empare du ballon et le dunk. Un commentateur lance alors un tonitruant : « DID YOU SEE THAT? NO WAY! » Et l’autre en rajoute une couche avec un « OH MY GOODNESS! » Ben oui, je l’ai vu. En reprise sept fois de suite même. D’ailleurs, c’est le 35e dunk qu’on voit depuis dix minutes. Y étaient où eux autres? Est-ce qu’ils suivent le match ou quoi?

Hier, j’ai écouté le basketball… et je me demandais ce qu’étaient devenus les Dragons de Montréal, les Kebs de Québec et le slamball, le basketball avec des trampolines et sensiblement plus de genoux cassés. Mais bon, comme dans le temps, j’suis vite passé à un autre sujet.

Hier, j’ai écouté le basketball… et je me suis rappelé que j’avais acheté une casquette avec un étrange logo noir et gris, une sorte de U avec un dard. C’était en 1991. Dans ma tête de gars de 8 ans, aucun doute, c’était une casquette des Raiders. Mal m’en pris. J’ai passé un été de temps à me faire niaiser, car je n’avais pas la moindre idée de qui étaient les Spurs de San Antonio, l’équipe représentée sur ma casquette à 15 $. La honte.

Hier, j’ai écouté le basketball… et je sus alors que tout était ma faute.

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

C'est la folie à Nashville!

Source(s) image(s):
basketball via Shutterstock

Commentaires