BORNES ÉLECTRIQUES

Il y a, depuis quelques années, un engouement remarquable pour la généalogie. Les grands réseaux de télévision québécois l’ont bien compris et chacun propose sa formule au grand public. À « Salut Bonjour! » sur le réseau TVA, il y a les capsules « Le Québec, une histoire de famille », et à Radio-Canada, l’émission « Qui êtes-vous? », où la généalogie d’un artiste est épluchée. À n’en pas douter, la popularité de la généalogie est bien réelle.

À LIRE AUSSI : L’amour en 2014 : pas facile d’expliquer aux enfants

Pourquoi s’intéresse-t-on à la généalogie?

La généalogie est certainement l’aspect le plus personnel de l’histoire, car elle nous touche directement; ce sont les gênes de nos ancêtres qui coulent dans nos veines après tout. Ainsi, pour certains, c’est un simple plaisir. Pour d’autres, c’est un legs que l’on veut laisser à nos enfants, à la famille. On peut aussi être guidé par la curiosité d’en savoir plus sur nos origines ethniques, linguistiques, sociales et même médicales (comme on porte les gênes de nos ancêtres, on peut retracer des maladies, par exemple, dans l’une de nos lignées).

S’initier à la généalogie

Souvent, la première tentative d’arbre généalogique que les gens expérimentent, c’est à l’école dans le cadre du cours de sciences humaines. On y trouve les parents de l’élève, ses grands-parents et arrière-grands-parents… Le principe est rapidement compris, mais le goût de l’exploiter prendra plusieurs années, voire des décennies. Il faut bien commencer quelque part! Pour se donner le goût de ce hobby, il est recommandé de commencer par la lignée patrilinéaire (vos ancêtres qui portent votre nom de famille). Ça se fait relativement bien et rapidement (quelques heures), ce qui ne décourage pas les novices. Cette lignée directe constituera le squelette de base de votre arbre. Vous pourrez ensuite étendre vos recherches sur une plus large échelle.

Qui peut faire mon arbre?

Après avoir trouvé l’ossature de votre arbre, il vous faudra l’enrober d’autres informations sur chacun de vos ancêtres afin qu’il ne soit plus juste un nom, mais un individu avec du vécu. L’info dont vous avez besoin pour faire votre arbre (noms, dates, contrats de mariage, etc.) ne pousse hélas! pas dans les arbres… Les différentes sociétés de généalogie de votre secteur et maintenant aussi les sites généalogiques en ligne pourront vous apporter une aide technique. Dans certains cas, des généalogistes pourront faire votre arbre, moyennant toutefois des coûts relativement élevés. Par contre, je recommande fortement de faire votre arbre vous-même; le sentiment d’excitation est grand lorsque vous faites des découvertes, attendues ou inattendues. Qui sait avec qui vous serez parent à la suite de vos découvertes? Ça peut être super amusant! En passant, l’arrière-grand-père maternel de Madonna, Guillaume-Henri Fortin, vient de… Sherbrooke!

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

La femme idéale pour un gars… des années 50-60!

Liens;

lequebecunehistoiredefamille.com

www.mesaieux.com

affaires.lapresse.ca

www.genealogie.org

www.nosorigines.qc.ca

 

Source(s) image(s):
Arbre généalogique
archives
Ménagère des années 50

Commentaires