Eh oui, je l’ai encore dit à une fille avec qui j’ai pris un verre ce week-end… Cette fameuse blague où je raconte qu’elle peut coucher avec moi parce que j’ai signé ma carte pour le don d’organes. Au moment où je l’ai dit, je n’ai pas eu envie de rire toutefois. J’ai eu une pensée pour cette jeune fille de 26 ans. J’ai eu une pensée pour Julie Gagnon.

Parce que le don de soi n’a rien de drôle. C’est un geste héroïque. Un cadeau que l’on remet à nos semblables afin qu’ils puissent continuer la vie que nous aimions tant. Julie Gagnon est en phase terminale, car ça fait déjà quatre ans qu’elle est sur une liste d’attente pour avoir de nouveaux poumons. Quatre ans que la fibrose kystique lui rentre dans la vie!!! Alors qu’il y a des morts chaque jour, des corps et des organes perdus dans un crématorium parce que la personne n’a pas signé sa carte… Pire encore, parce que la famille refuse de donner les organes d'un défunt. Oui, oui! Ça existe! Même une personne qui souhaitait faire un don de ses organes lors de son vivant peut être bloquée par une décision familiale. Selon une statistique, près de 40 % du temps, les familles refusent… De toute façon, tu ne peux pas te défendre, tu es mort!

Pourtant, Julie garde le sourire! Elle raconte sa situation tout en restant difficilement en équilibre sur un fil de vie qui s’amincit de jour en jour! Elle se livre à tous pour nous demander un geste banal. Une simple signature! Un geste qui ne la sauvera peut-être même pas. Un geste qui sauvera beaucoup d’autres vies… Pendant ce temps, la plupart d’entre nous regardent qui a eu la meilleure cote d’écoute entre 19-2 et Les beaux malaises le mercredi soir. Ben oui! C’est bien plus divertissant que de parler de mourants… Mais pourtant, il n’est pas trop tard! Et si, aujourd’hui, tout le monde se tournait vers Julie et sa courageuse mère Manon Ouellet? Et si, aujourd’hui, on avisait nos proches qu’on a signé notre carte de dons d’organes? Et si, aujourd’hui, on devenait tous des héros grâce à ce don?

Parce que le don d’organes ne devrait pas être un choix mais une obligation. Une loi gouvernementale du bon samaritain. Un genre de « donnez au prochain »! Je ne sais pas trop! Il pourrait y avoir des exceptions comme dans le cas d’une religion particulière ou d’une maladie grave… Aucun problème avec ça! Ce sont des cas exceptionnels! Mais pour les autres, surtout les familles qui décident à la place des disparus… Vous attendez quoi? Que la mort soit plus vite que votre jugement?

Julie, ma belle Julie… Je n’ai pas de mots pour décrire comment je trouve la vie injuste dans ton cas. Quand je te regarde, je vois ma fille… Ma belle Béatrice qui a toute la vie devant elle; malgré mes épaules larges et toute ma bonne volonté de papa, je ne pourrai pas la protéger du destin. Et comme aucun parent ne devrait survivre à son enfant, ton histoire me touche terriblement. C’est pourquoi je crie ton nom aujourd’hui sur cette page! J’espère que tout ceux qui liront ce texte accepteront de signer leur carte sans hésiter. Parce que, comme toi, nous pouvons tous rendre service à notre prochain! Parce que, comme toi, nous pouvons tous faire une différence!

 

Source(s) image(s):
Facebook - Manon Ouellet

Commentaires