BORNES ÉLECTRIQUES

Le transport en commun est peut-être plus économique qu'une voiture, mais Dieu qu'il peut générer son lot de frustrations! Quiconque est déjà embarqué dans un bus et/ou un métro sera capable de vous nommer au moins un désagrément auquel il a dû faire face. Voici d'ailleurs sept situations typiques du transport en commun qui sont capables de nous mettre en furie avant d'aller travailler ou avant de revenir à la maison!

À LIRE AUSSI: 8 choses que les employés voudraient dire à leur patron

Voir un autobus « En transit » nous passer devant la figure

Faire le pied de grue en attendant l'autobus, ce n'est pas ce qu'il y a de plus intéressant. Or, ça peut devenir particulièrement enrageant lorsqu'on a espoir que notre moyen de transport arrive…et qu'il est « en transit ». Parlez-en à n'importe qui attendant à -30 degrés l'hiver ou encore en pleine canicule l'été!

Patienter quand le chauffeur te regarde

Récemment, nous devions être une bonne vingtaine à attendre l'autobus au coin de la rue. Et où était cet autobus? Juste en arrière de nous, le chauffeur nous regardant grelotter par un froid sibérien au lieu d'avancer le véhicule et de nous faire entrer! Après cinq minutes, il a fini par bouger afin que nous puissions nous réchauffer. Cinq minutes à nous regarder, les bras croisés sur le volant!

Je veux bien croire qu'il respectait son horaire, mais était-ce trop demander que d'avancer l'autobus un peu à l'avance pour nous permettre d'entrer alors que nous avions visiblement froid? Je vous le dis, le gros bon sens se perd.

Devoir se frayer un chemin à l'avant de l'autobus

Souvent, on dirait que l'arrière de l'autobus est synonyme d'enfer. Les gens ont peur d'y aller, craignant on ne sait quoi. Or, qu'est-ce que cela provoque? Une belle congestion à l'avant, nous forçant à nous frayer un chemin entre passagers, poussettes et carrosses. J'ai même déjà vu un chauffeur penser que son autobus était plein et passer devant des arrêts où des gens attendaient parce que l'avant était plein tandis que l'arrière était libre!

De grâce, reculez vers l'arrière, ça ne vous tuera pas. Et ne vous plantez pas non plus devant la porte arrière, c'est assez frustrant quand on est pratiquement obligés de se battre pour sortir!

Entendre le fameux message « Attention » dans le métro

Vous voulez voir des visages désespérés? Regardez autour de vous lorsque le fameux timbre sonore du métro retentit, laissant entendre qu'il y a un retard ou un arrêt du service. À ce moment, tout le monde serre les dents et retient son souffle afin de savoir si la ligne retardée est la leur.

À noter que si une panne de train ou une fameuse porte de train bloquée est passablement frustrante, la colère atteint son comble quand on entend que le retard est causé par une « personne non autorisée sur les rails ». Rien de mieux à faire que de marcher dans les tunnels, le clown ?

Quand il n'y a plus de place et que quelqu'un pousse pour rentrer

Des autobus et des wagons de métro remplis, c'est possible. Or, vous avez des gens qui ne comprennent pas qu'il n'y a plus de place. Pour ces personnes, pas question d'attendre le prochain, elles sont si importantes qu'elles doivent absolument entrer et pousser tout le monde. Bref, de l'égoïsme à l'état pur.

Parfois, il faut savoir patienter et oui, attendre le prochain métro ou autobus. À un moment donné, la place, on ne peut l'inventer!

Les merveilleuses odeurs

L'odorat est sans aucun doute le sens le plus rudoyé dans le transport en commun. Quand ce n'est pas celui qui ouvre son mélange d'oeufs et de thon pour manger entre deux secousses de métro, c'est l'odeur d'un usager qui n'a pu s'empêcher d'expulser un gaz par son arrière-train ou encore les effluves d'une personne ignorant vraisemblablement les bienfaits du déodorant.

Le pire est sans aucun doute quelqu'un vomissant. Il y a déjà eu une jeune fille ayant régurgité son lait frappé près de moi alors qu'il faisait très chaud à l'intérieur d'un autobus de la ligne 107, pour ne pas la nommer. J'ai dû sortir à l'arrêt suivant tellement mes narines demandaient pitié!

Les satanés sacs sur les bancs

Petite leçon de vie: un banc, c'est fait pour s'asseoir, pas pour y déposer ses effets personnels. Votre derrière peut apprécier le « confort » d'un banc d'autobus ou d'un métro, mais pas votre sac. Laissez donc les gens s'asseoir au lieu de vous étaler! Même remarque concernant vos pieds. Et ne faites pas semblant de dormir pour éviter de laisser une place, c'est tellement hypocrite et égocentrique que vous en êtes encore plus honteux!

Et vous, quels comportements ou situations vous enragent dans le transport en commun? Faites-nous part de vos histoires, question que le rire remplace la colère!

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

​Transport en commun : les passagers les plus étranges de tous les temps

Source(s) image(s):
Betabrand

Commentaires