Natasha Rose Chenier n’avait jamais vraiment connu son père biologique. C’est à l’âge de 17 ans que la femme originaire de Vancouver commence à prendre contact avec son paternel, qui habite maintenant la Jamaïque. Lorsqu’elle a 19 ans, elle décide de faire le voyage pour rencontrer en personne son père.

À LIRE AUSSI : Insolite : Une mère veut épouser son fils, qui est le père de son enfant

Quand elle le voit pour la 1ere fois, elle se rend rapidement compte qu’ils ont plusieurs points en commun. Elle remarque, par exemple, qu’il a la même posture qu’elle. Jamais dans sa vie elle ne s’était sentie aussi proche de quelqu’un. 

Mais ce n’est pas la seule chose qu’elle constate. Peu de temps après leur rencontre, Natasha commence à être attirée sexuellement par son père.

Elle retourne chez elle pensant que cette attirance va disparaitre. Au contraire, elle ne fait qu’augmenter avec le temps...

Faire dodo avec papa

Lors de sa deuxième visite en Jamaïque, elle commence à dormir dans le même lit que son père. Si la plupart des gens verraient cela comme un geste inapproprié, elle, de son côté, ne voyait rien de mal là-dedans. Après tout, elle ne savait pas comment un père devait se comporter avec sa fille et vice-versa...

Puis, durant son dernier voyage en Jamaïque, alors qu’elle avait 21 ans, elle découvre que leur attirance sexuelle est mutuelle. En demandant à son père s'il éprouve les mêmes sentiments qu'elle à son égard, elle découvre qu’il veut faire l’amour avec elle depuis leur première rencontre. 

Ils ont eu ensemble plusieurs séances de sexe oral. Après chaque séance, elle se détestait et se dégoûtait. Puis, elle est finalement repartie vers le Canada. Elle ne l’a plus revu depuis. Elle est aujourd'hui âgée de 24 ans.

Elle est consciente que les gens pourraient la juger. En revanche, elle prétend qu’une attirance sexuelle génétique est quelque chose de très intense. C’est comme si son père l’avait ensorcelé avec de la magie noire. 

Après son expérience, elle a suivi une thérapie et même écrit un roman basé sur son histoire. 

Il reste que le cas de Natasha n’est pas unique. Une attirance sexuelle génétique a une chance sur deux de se développer lorsque des proches, par exemple un père et une fille, se retrouvent à l’âge adulte. Toutefois, ce ne sont pas toutes les personnes qui passent à l'acte... 

Malheureusement, l'histoire ne dit pas comment le père s'est senti dans cette histoire. Espérons qu'il ait au moins des remords...

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci : 

Une professeure se bat pendant deux ans pour changer de nom... et ce nom est le pire de l’histoire

 

Source(s) image(s):
Honte femme via Shutterstock.com

Commentaires