Beaucoup de personnes souffrent de douleurs aux épaules. Que vous ayez reçu un diagnostic de tendinite, de bursite ou que vous n’ayez pas eu de réponse satisfaisante, il se peut fort bien que vous fassiez partie de ces gens qui ne savent pas quoi faire pour aider leur cause. Quoique la douleur chronique comporte plusieurs facettes, voici 5 conseils rapides qui pourraient répondre à certaines de vos questions…

À LIRE AUSSI : Le pouvoir au côté obscur

Minimisez les activités contraignantes

Soyez à l’écoute et respectez les signes que vous envoie votre corps. Lorsque vous sentez qu’une certaine douleur s’accumule lorsque vous faites quelque chose, arrêtez ou au moins prenez une pause. La douleur aigue est souvent le résultat d’une accumulation et principalement en ce qui concerne les épaules, car les muscles sont constamment sollicités. En général, les mouvements au-dessus du niveau des épaules ou le maintien des membres supérieurs en élévation sont des facteurs à surveiller. Le simple fait de ne pas atteindre le seuil de tolérance du corps peut être suffisant pour éviter les petits épisodes de « crise » et le développement d’une condition qui deviendra inévitablement chronique avec le temps.

Bougez autant que possible

Même s’il faut limiter les activités ou amplitudes contraignantes, cela ne veut pas dire d’arrêter de bouger complètement, bien au contraire! Il est important de préserver la fluidité articulaire et la malléabilité des tissus. Essayez de maintenir un mode de vie actif en privilégiant les activités ou les amplitudes de mouvement qui ne causent pas de douleur. Même dans les cas de douleur persistante, les mouvements le long du corps sont souvent possibles et indolores. Les exercices d’étirement sont aussi souvent ceux qui font le plus grand bien, pour autant qu’ils soient bien exécutés. Le simple fait de faire une petite routine d’étirements tous les jours a souvent des effets miraculeux! Pour une référence de choix sur ce sujet je vous recommande l’ouvrage Les exercices qui vous soignent aux Éditions de L’Homme.

Utilisez judicieusement le chaud et le froid

Beaucoup de personnes se demandent s’il faut mettre du froid ou du chaud. Pour ce qui est de l’utilisation du froid, elle est rarement néfaste car au pire vous bénéficierez d’un effet anesthésiant (perte de la sensibilité). L’effet normalement recherché par la cryothérapie, cependant, est la diminution de l’inflammation. Elle est surtout efficace lors de ces petites phases aigues ou « crises » après que vous ayez exécuté une activité contraignante. On recommande généralement une application d’une dizaine de minutes espacées de quelques heures jusqu’à diminution des symptômes.

Pour ce qui est du chaud, son utilisation est surtout indiquée lorsque vous sentez plutôt que vous êtes « raide » ou tendu et que les tissus auraient besoin d’être assouplis. C’est d’ailleurs un signe lorsque vous sentez qu’un bon bain chaud vous ferait du bien.

N’attendez pas pour consulter

Le temps n’a pas de pouvoir magique. Trop de gens se disent « ça va finir par passer » et continuent d’accumuler, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent avec une problématique chronique et ils se plaindront alors que personne ne peut les aider ou qu’il n’y a rien à faire. Dites-vous bien que plus vous attendez et plus vous cumulez les dégâts. N’attendez pas d’avoir infligé tellement de dommages à votre système qu’il vous faudra des mois ou même des années avant de ressentir un certain soulagement. Dès que vous sentez que quelque chose ne tourne pas rond, consultez un spécialiste qualifié. Ça peut être en ergonomie si vous pensez que votre poste de travail fait défaut, en massothérapie si vous pensez que la tension musculaire est grandement en cause ou en kinésiologie si vous faites de l’exercice. Idéalement, vous devriez même consulter par prévention, avant de ressentir des douleurs, afin d’éviter justement de créer des problèmes. Prendre rendez-vous pour un bon massage thérapeutique tous les mois est une bonne pratique.

Ne misez pas tout sur les pilules

Attention, je ne dis pas aux gens qui souffrent d’une condition particulière d’arrêter de prendre leurs médicaments lorsque ceux-ci ont été prescrits par leur médecin. Je veux plutôt vous mettre en garde contre la prise aveugle et aléatoire d’antidouleurs et d’anti-inflammatoires qui devient une habitude pour certains, voire une indispensabilité. Cette pratique est non seulement néfaste pour l’organisme, mais elle peut aussi s’avérer dangereuse dans certains cas. Faites attention au lavage de cerveau que tentent d’effectuer actuellement les compagnies pharmaceutiques qui sont prêtes à toutes tactiques publicitaires pour faire plus de profits sans se soucier d’aucune façon de la santé des gens à long terme. N’oubliez pas que même si elles sont en vente livre, ce sont tout de même des drogues et que tout médicament pris par voie orale, et par conséquent qui passe par le système digestif, irrite l’organisme à long terme en plus d’avoir des effets secondaires (troubles gastro-intestinaux, ulcères). Les médicaments devraient être perçus comme une aide pour minimiser les symptômes insupportables d’une phase aigüe et non comme une solution.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Protéger son corps et ses articulations

Source(s) image(s):
Shoulder Pain In A Man, via Shutterstock

Commentaires