BORNES ÉLECTRIQUES

Eh oui, c’est ce que le National Oceanic and Atmospheric Administration a eu le culot d’affirmer aujourd’hui. D’après moi, ils ont oublié de considérer le Québec et l’Amérique du Nord en général dans leurs calculs, puisque pendant que le monde entier se réchauffait, le Québec a connu le mois de février le plus froid en 115 ans. C’est d’ailleurs l’hiver le moins rentable, probablement, pour les entreprises de déneigement au Québec. Mais bref, partout ailleurs dans le monde, il semblerait que les mois de décembre, janvier et février aient été les plus chauds depuis 1880. Le réchauffement climatique a décidément oublié le Québec...

À LIRE AUSSI: 5 sports d’hiver originaux à essayer cette année

Ceux qui n’aiment pas l’hiver auront envie de s’enfuir après avoir vu cette carte du monde. Comme vous pouvez le voir, là où c’est le plus bleu (donc le plus froid, en moyenne), c’est en plein au Québec. Par contre, on remarque que les multiples zones rouges ont affiché des températures supérieures à la moyenne normalement observée. En fait, on explique que des températures au-dessus de la moyenne, cet hiver, ont été remarquées en Amérique Centrale, en Amérique du Nord (eh oui), en Amérique du Sud, en Australie, presque partout en Afrique, en Russie et dans une bonne partie des pays d’Europe et d’Asie.

La température de la surface de la terre a été la plus chaude, de décembre à février, depuis 1880, soit l’année où les instruments pour prendre les mesures de la température ont été inventés. En fait, les températures ont été de 2,63 degrés Fahrenheit de plus que la moyenne de 20e siècle. C’est le même phénomène pour la température des océans, avec 1,42 degrés Fahrenheit de plus.

Les impacts d’une telle hausse de température pourraient bien se faire sentir si la tendance se maintient, dans les prochaines années. On sait qu’une augmentation de la température de l’eau met en danger plusieurs espèces animales, tout comme l’augmentation de la température pourrait causer la fonte des glaces et l’augmentation du niveau des océans. Bref, les conséquences potentielles sont nombreuses et dangereuses. Par contre, lorsqu’ils ont été interrogés, les experts n’étaient pas réellement en mesure d’expliquer quels seront les impacts des changements climatiques au Québec, précisément. Ils ne disposent pas de suffisamment de données pour tirer des conclusions.

En conclusion, bien qu’on parle de réchauffement climatique, il faudrait plutôt parler, au Québec, de changements climatiques. Les écarts de température sont de plus en plus grands, et disons que ce ne sont pas tous les pays qui en souffrent de la même façon!

Source: Mashable et la Presse

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Les 6 meilleures destinations voyage pour partir entre gars

Source(s) image(s):
Soleil, via Shutterstock

Commentaires