BORNES ÉLECTRIQUES

"Garde-toi de donner par force aux enfants l'aliment des études, mais que se soit en le mêlant à leurs jeux, afin d'être encore plus capable d'apercevoir quelles sont les inclinations naturelles de chacun." -Platon

À LIRE AUSSI: Les étoiles filantes: le voeu de ma petite fille de trois ans...

Savez-vous quel est le jeu préféré de ma fille lorsque l’on reste à l’intérieur? Non, ce n’est pas de guérir ses toutous malades ou bien de faire de la nourriture avec de la pâte à modeler… Son jeu préféré c’est de prendre son sac à dos, de le remplir de jouets, de dessins et de livres pour ensuite s’en aller à l’école! OUI! Ma fille veut toujours aller à l’école!

Quand même ironique d’écrire ça alors que l’on voit une minorité d’étudiants qui refusent d’aller à leurs cours depuis deux semaines afin de combattre l’austérité! C’est sûr, je vous l’accorde, elle n’a que trois ans et demi… Elle ne connaît pas encore la physique, la chimie et les maudites mathématiques! Mais elle est tellement sociable que pour elle, l’école est un endroit pour s’amuser avec ses amis! Quitter la maison pour quelques heures, juste assez pour s’ennuyer de ses parents et revenir juste à temps pour raconter sa journée. Parce qu’elle s’imagine déjà ses journées cette petite rêveuse! Pour l'instant, c’est plutôt ses journées à la garderie qu’elle raconte.

Alors Béatrice, comment s’est passée ta journée?

« J’ai vu mon ami Simon, j’ai dessiné des squelettes rouges et bleus pis j’ai lancé le ballon à Maélie mais elle l’a reçu dans la face pis elle a pleuré à Guylaine! » Hahaha! Toute une journée!

Au même moment, nous étions devant la télévision et il y avait un reportage en direct sur une manifestation étudiante. L’attention de ma fille était plutôt portée sur ses poupées Barbie qu’elle sortait de son sac d’école et qu'elle plaçait sur la table, devant moi. J’ai compris! C’était l’heure de mes devoirs: l’heure où je devais brosser et attacher leurs cheveux! Vous savez, la chose qu’aucun père monoparental n’est capable de faire à ses enfants? Imaginez sur une poupée ayant la tête aussi grosse qu’un raisin… Mais je ne peux rien lui refuser!

Soudainement, un manifestant se met à crier sur les ondes...

« Je ne vais pas à l’école parce que je veux protester contre l’austérité! » À ce moment-là, ma fille s’est tournée vers moi et m’a demandé : « Papa! C’est quoi l’austité? Pourquoi ils sont dans la rue avec des dessins? C’est dangereux pour les autos!» Je ne savais pas trop quoi répondre… Elle est trop jeune pour que je lui explique « l’austité » et en même temps, je n’ai pas le goût qu’elle parade dans la maison avec des dessins quand je vais lui servir des cigares aux choux au souper! Mes mains se crispaient. Les Barbies devenaient chaudes et molles mais je poursuivais ma tâche. « Tu sais ma chérie, les gens que tu vois à la télévision ne vont pas à l’école parce qu’ils ne sont pas contents! Ils vont dans la rue et ils crient qu’ils ne sont pas contents!»…

Et ma fille, de répliquer :

« Ben moi, je ne veux pas aller à l’école et je veux aller dehors! ».

Hein? Comment ça? Je t’achète tout ce que tu veux! Je t’emmène faire des activités! Jouer avec des amis! Je fais même semblant de ne pas te voir quand tu voles des biscuits dans ma boîte après ta collation! Je te pose la question, toi, l’enfant-roi jamais contente: Pourquoi  tu boudes?

« Parce que t’es pas bon pour brosser mes poupées… Sont pas belles! Tu ne toucheras plus jamais à mes cheveux, bon! »

 C’est à ce moment-là que je me suis dit : « Austité » pas sorti du bois mon Mike! (Je sais c’est Pâques en fin de semaine, excusez-la!).

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Le beau malaise...

Source(s) image(s):
Désencyclopédie

Commentaires