BORNES ÉLECTRIQUES

La survie du français au Québec et en Amérique du Nord est un combat de tous les instants pour les francophones; entourés d’une importante population anglophone, les francophones voient leur langue emprunter de plus en plus de vocabulaire à la langue de Shakespeare. Pourtant, il y a 1000 ans, c’est le français qui a menacé l’anglais en Angleterre. On y voit encore dans la langue anglaise de nombreux legs de la langue française.

À LIRE AUSSI : Les 20 prénoms les plus populaires au Québec depuis 1980

L’invasion de Guillaume le Conquérant

Avant 1066, la Grande-Bretagne n’avait pas d’unité linguistique et plusieurs dialectes s’y parlaient. Au sud et à l’est de l’île, conséquence des arrivées de peuples germaniques comme les Angles, les Saxons (d’où une langue anglo-saxonne) et les Jutes, les langues parlées étaient de racines germaniques. Par contre, les régions du nord et de l’ouest comme l’Écosse, le Pays de Galles et la Cornouailles gardèrent une langue celtique. Mais lorsque Guillaume II de Normandie prétendit avoir droit à la couronne d’Angleterre et envahit celle-ci en 1066 après la bataille de Hastings, la vie des Anglais s’en trouva bouleversée.

Le français, langue de l’élite!

Lorsque Guillaume s’installa sur le trône d’Angleterre, il apporta avec lui ses barons, ses chevaliers et ses clercs. Ainsi, la langue parlée par la noblesse, à la cour et à par les hommes d’église devint le français (ou l’anglo-normand), l’anglais continuant à être parlé par le peuple. Le français devint la langue de la loi et de la justice. On le remarque en observant la devise anglaise qui est toujours « Dieu et mon droit ». L’ordre de la jarretière, le plus important ordre de chevalerie britannique, a pour devise « Honi soit qui mal y pense » qui est de l’anglo-normand. Le français gardera la cote au moins jusqu’à la Guerre de Cent Ans au XIVième siècle où l’anglais redevint lentement la langue nationale jusqu’à aujourd’hui.

Les linguistes ne s’entendent pas tous sur les chiffres, mais entre 30 et 60% des mots anglais auraient une origine française. Voici une liste de mots anglais qui ont une origine française assez évidente:

  • Forest (forêt)
  • Aunt (vient de ta aunt en vieux français et qui s’est muté en tante)
  • Custom (coutume, custume en vieux français)
  • Squire (escuier, écuyer)
  • Marriage (mariage)
  • Parliament (parlement)
  • Fiancé (fiancé… original, hein?)
  • Flirt (fleurette, comme « conter fleurette » à une fille, cruiser)
  • Pay (payer)
  • Debt (dette)
  • Chamber (chambre)
  • Curtain (cortine, rideau de lit en vieux français)
  • Pantry (paneterie, où l’on range le pain)
  • Stew (estuver, tremper dans un bain chaud)
  • Mustard (moutarde ou moustarde en vieux français)
  • BBQ (barbecue ou rôtir un animal, comme on disait en vieux français, en enfilant une broche de la « barbe au cul » .
  • Brush (brosse)
  • Bottel ou Bottle (bouteille)
  • Candle (chandelle)
  • Fork (fourche)
  • Ticket (estiquet ou petit écriteau)

En anglais, on a emprunté pour la boucherie les mots français alors qu’on a gardé le vieux mot anglais pour l’animal : Ox est un bœuf, beef est du bœuf; sheep est un mouton, mutton est du mouton, pig est un cochon, pork est du porc, et ainsi de suite. Comme on peut le voir, le français a eu une influence marquante sur la langue anglaise jusqu’à aujourd’hui.

 

Vous avez aimé ceci? Consultez celui-ci :

L’Amérique a bien failli ne pas exister! Et tout ça à cause des Vikings!

Liens :

Fr.wikipedia.org

Correspo.ccdmd.qc.ca

www.vigile.net

Source(s) image(s):
Armoiries
Coat of arms

Commentaires