Bon, on va se le dire tout de suite, le but n'est jamais vraiment de se rendre au niveau 10. C'est juste que parfois, on l'échappe un peu, et ça donne ce que ça donne! Comme on l'explique dans l'article, il y a un point de non retour qui se situe au niveau 6. Si vous passez le niveau 6, habituellement, c'est un peu trop tard (en fait, beaucoup trop tard). Voici donc les 10 niveaux que tous ceux qui ont déjà franchi la limite de la modération comprendront très bien...

À LIRE AUSSI: 9 situations que tous les gens saouls vivent, chaque fois

Niveau #1 : Coudonc, est-ce qu’il y a de l’alcool là-dedans? Je vais t’en prendre un double

Vous avez un ou deux verres dans le corps, ou en tout cas, quelques-uns, mais rien n’y fait : vous ne ressentez rien, tellement que vous doutez de la quantité d’alcool qu’on a mis dans votre verre que vous avez pourtant payé très cher, si vous êtes dans un bar. C’est le moment où vous commencez à considérer d’acheter des drinks double, voire triple, pour que ça aille plus vite.

Niveau #2 : Oh, ça y est

C’est le petit moment où la terre se met à tourner, l’instant d’une seconde. Normalement, vous réalisez votre état lorsque vous vous levez d’une chaise sur laquelle vous êtes assis depuis quelques minutes. C’est le moment de joie qui vous montre que la soirée va être belle, et que l’alcool s’est bel et bien rendu à destination.

Niveau #3 : Les inconnus sont des amis

Vous êtes sociable, très sociable, et vous avez envie de parler aux gens, même si vous ne les connaissez absolument pas. Tout pour passer une belle soirée, quoi! Et si vous n’êtes qu’entre amis, c’est là où vous devenez bavard, où vous posez un million de questions et où les conversations prennent une autre tournure.

Niveau #4 : Oh, là, ça y est vraiment

C’est le moment où vous vivez votre premier trip aux toilettes, et où vous êtes donc seul avec vous-même. Vous avez de drôles de fixations, votre vue commence légèrement à vous lâcher, et c’est habituellement à ce moment que vous vous mettez à parler au gars qui urine juste à côté de vous. Il devient, l’instant d’un pipi, votre meilleur ami avec qui vous prendrez probablement un ou deux shooters, en sortant des toilettes.

Niveau #5 : La gêne n’y est plus

Vous dansez, alors que vous ne dansez jamais. Et en plus, vous êtes certain que vous êtes "écoeurant" dans votre danse et que vous avez le rythme dans le sang. Vous vous mettez à cruiser douteusement les filles (n’importe quelles, puisque au niveau #4, comme on l’a dit, votre vue a commencé à vous lâcher), alors que vous êtes quelqu’un de gêné habituellement. Vous vous sentez tellement cool que soudaintement, tout devient possible. Et c'est sans dire que la vie est belle, dans votre tête. 

Niveau #6 : Plus d’alcool, encore plus d’alcool

C’est le moment de non retour : celui où vous arrêtez votre soirée au niveau 5, où celui où vous poursuivez jusqu’aux niveaux supérieurs. Le niveau 6 est celui qui déterminera la qualité de votre journée, le lendemain (et de votre nuit). Si vous décidez de franchir le cap de la modération et de la consommation dans les limites du raisonnables, vous arrivez au niveau 6. C’est celui où soudainement, il vous faut toujours plus d’alcool. Des doubles, des triples, des simples... n’importe quoi. C’est le moment où vous buvez un shooter de Téquila alors que c’est l’alcool fort que vous détestez le plus au monde. C’est le moment où votre argent se met à s’envoler, parce que vous payez de l’alcool à n’importe qui, juste pour avoir quelqu’un qui vous accompagne. Vous voyez le genre?

Niveau #7 : Le déni

« Non, je ne suis pas saoul ». Vous vous entêtez à le dire aux gens avant même qu’ils ne fassent une remarque. Rien à dire de plus. Si vous le dites, vous l’êtes. C’est 100% sûr. Et c’est la raison pourquoi vous êtes encore au bar en train de commander des bières : vous vous croyez presque.

Niveau #8 : L’euphorie

Oh là, vos meilleurs amis sont VOS MEILLEURS AMIS de la vie. Vous les aimez, et vous n’arrêtez pas de dire à quel point c’est la meilleure soirée de votre vie. Habituellement, à ce moment-là, vous êtes en train de planifier des projets pour le lendemain, ou pour l’été à venir, des projets qui évidemment n’auront jamais lieu. Du genre : « demain matin, on se lève tôt, on va manger au restaurant, et après, on va jouer au volley-ball à la plage avec une caisse de 12 ». C’est beau au moins, vous avez encore l’esprit assez clair pour avoir des projets!

Niveau #9 : Les textos

Dans ce moment de disgrâce, vous vous mettez à texter des gens... Et ce que vous écrivez n’est pas beau, ni lisible, d’ailleurs : « hé tou, jw voylais tw dire quw tu ea belllllllllllleeeeeeee. Appoel-mou, jw vaos venirr dornir che toi ». Si vous avez une ex à laquelle vous pensez encore, c’est probablement à ce niveau là que vous la texterez, et que vous regretterez le lendemain. Vous avez justement l’impression d’écrire ultra vite sur votre cellulaire, et vous avez cette sensation que vos doigts volent sur le clavier, et qu’ils écrivent tous seuls. Justement, c’est pas mal ça qui se passe en réalité aussi.

Niveau #10 : Le black out

Ça le dit, c’est le moment où tout devient noir et où vous pouvez faire n’importe quoi, sans même vous en rendre compte. C’est là où vous vivez les moments les plus épiques de votre soirée. Pas sur le coup, non. Le lendemain, alors que vos amis vous racontent ce que vous avez fait la veille. Et bien souvent, c’est honteux. Très honteux.

Et si vous vous êtes rendu à un niveau suffisant pour être hangover le lendemain matin, vous devriez vraiment lire l'article suivant:

35 trucs que tous les gens «hangover» pensent, le lendemain

Source(s) image(s):
Drunk man, via Shutterstock

Commentaires