Avec Hulk Hogan, André le géant ou le géant Ferré est l’un des personnages de la lutte les plus connus au monde. L’imposant lutteur, qui mesurait près de 7 pieds et demi et pesait 600 livres, a permis à la lutte professionnelle d’atteindre de nouveaux sommets. Plus de 20 ans après sa mort à Paris en 1993, La Pastèque nous permet de découvrir en français une biographie signée Box Brown et parue initialement en anglais aux États-Unis :  André le géant - La vie du géant Ferré.

Quand j'étais enfant, et comme plusieurs petits gars de mon âge, j’adorais la lutte. J’allais la voir à tous les débuts du mois dans l’aréna de mon quartier. J’étais fasciné par ces lutteurs, même si mes amis et moi étions persuadés que c’était truqué. Je n’avais pas le câble, mais j’aimais toujours regarder des matchs de lutte à la télévision quand j'allais chez mes amis qui l'avaient. Je n’avais jamais eu la chance de voir un match avec le géant Ferré, mais je le connaissais de nom. À part le fait qu’il était grand et gros comme un éléphant, je ne savais pas grand-chose du personnage.

C’est donc avec grand plaisir que je me suis plongé dans l’oeuvre de Brown qui est, ça vaut la peine de le souligner au passage, l’une des premières biographies substantielles du genre. Le format « bande dessinée » pourrait sembler moins sérieux pour certains qu’un « vrai » livre, mais force est d’admettre que le travail de recherche de l’auteur est colossal. 

Car contrairement à un livre, il a également dû mettre en image des scènes de la vie d’André. Et comme il le dit en préface, bien souvent, il n’avait aucune indication. Il devait y aller au pif et suivre son instinct. 

Malgré tout, il n’y a pas une séquence du récit qui ne sent pas l’authenticité. Bien sûr, je n’étais pas là à l’époque pour attester ou non des faits, mais la reconstitution historique m’a semblé impeccable. D’ailleurs, de quoi parle-t-on dans André le géant

Avec 230 pages environ, il est clair que Brown ne pouvait pas couvrir tous les aspects de la vie du lutteur. Il s’est donc concentré sur les faits les plus importants. Son enfance en France et la relation qu’il avait avec ses parents sont ainsi peu abordées. Tout ce que l’on sait c’est qu’à l’adolescence, il était déjà très grand et très fort. Cette « condition » exceptionnelle était d’ailleurs provoquée par l’acromégalie, une maladie qui le faisait vieillir prématurément. 

Même s’il était condamné à mourir à 40 ans, selon les médecins, André a, comme on peut le constater dans l’oeuvre, pleinement profité de la vie et a fait ce qu’il faisait de mieux : de la lutte. On nous présente plusieurs scènes se déroulant sur le ring et je dois dire qu’elles sont assez impressionnantes. Je ne sais pas comment il fait, mais Brown nous offre des combats d’une fluidité incroyable. On n’a aucune difficulté à sentir la sueur des lutteurs et à entendre la foule en délire. Avec une grâce guerrière, ces gladiateurs de l'âge moderne exécutent leur chorégraphie arrangée (en fait, ce n'était pas toujours le cas, comme on le découvre dans l'album) à la perfection, tels des danseurs professionnels.

En même temps, le bédéiste ne louange pas André du début à la fin. Il parle de ses problèmes d’alcool et de comment il pouvait chercher le trouble quand il avait bu une ou deux… ou même trois bouteilles de vodka! Brown veut toujours que l’on garde à l’esprit qu’au plus profond de lui, André souffrait vraiment, sauf que son statut ne lui permettait pas d’en parler. On comprend alors pourquoi parfois il avait envie de noyer son chagrin...

Verdit 

Les passionnées de la lutte adoreront bien sûr André le géant - La vie du géant Ferré pour sa crédibilité et pour la mise en image d'une grande précision des nombreux combats mettant en vedette le célèbre lutteur. Si vous n’avez jamais vu un match de lutte, croyez-moi, cet album vous donnera sans aucun doute envie d’aller en voir un! Bref, que vous aimez ou non la lutte, vous aurez beaucoup de plaisir à vous plonger dans le quotidien de cet homme plus grand que nature!

 

André le géant - La vie du géant Ferré

Box Brown

La Pastèque 

240 pages

 

Cote : 4,25 étoiles sur 5.

Source(s) image(s):
La Pastèque

Commentaires