BORNES ÉLECTRIQUES

Est-ce que tu te fais dire souvent que tu manques de vigueur par ton boss? Que tu n’es pas constant? Que tu n’es pas vite? Mais, qu’est-ce que tout ça veut dire ? Est-ce que tu te sens souvent insulté par les critiques qui te sont faites? Les prends-tu personnelles? Voici 4 astuces qui pourraient bien te sauver la vie au travail et t’aider à gérer les critiques.

À LIRE AUSSI: Les 8 métiers les plus dangereux au Québec

1. Ne monte pas sur tes grands chevaux

Tout d’abord, on peut s’entendre sur une chose, la critique n’est jamais agréable à accepter et il est évident que l’accueillir peut être plus facile à dire qu’à faire. Rappelez-vous aussi que vous êtes dans un contexte professionnel, le respect entre collègues doit être en tête de la liste des priorités. Concrètement, ce que ça veut dire que tu ne devras pas monter en hurlant sur une chaise après t’être fait dire que tu manquais de constance par ton boss.  Malgré les commentaires parfois (souvent) désagréables des patrons, gardez le sang-froid et respirez par le nez. L’important est d’écouter attentivement ce que la personne vous dit, sans toutefois vous laisser rabaisser.

 

2. Pose des questions pour mieux comprendre

Bien sûr, les insultes ne sont pas acceptables, mais de comprendre réellement le message sous la critique peut te permettre de mieux saisir ce que ton patron a voulu dire maladroitement. Petit rappel: le même mot peut signifier 2 choses bien différentes pour deux personnes. Tu dois donc prendre consciente qu’il a y souvent place à l’interprétation dans les paroles de quelqu’un et de creuser peut te permettre de mieux comprendre les attentes de ton supérieur.   

 

3. Sois conscient de la difficulté pour ton supérieur de donner des critiques constructives

Même si ton patron doit donner des rétroactions positives ou négatives sur ton travail, il faut que tu comprennes que ce n’est pas toujours évident pour lui de le faire. Tout le monde a sa propre personnalité et certains font des flammèches lorsqu’ils sont en confrontation. Déjà, de ne comprendre que personne n’est parfait et que de donner des critiques constructives peut être difficile est bien. Tu auras ainsi peut-être plus de facilité à pardonner la maladresse dans les paroles de ton patron et d’être plus conscient du pouvoir que tes questions suivant la critique sont impératives. 

 

4. Si tu n’es pas d’accord avec la critique émise, dis-le… poliment STP!

Si ton boss vient te voir et te lance une réplique passive agressive sur ton trop grand nombre de retards et que ce n’est pas le cas. Ne reste pas là à l’écouter sans rien dire ou rien faire. Défends-toi (pas avec les mains)! Dis-lui calmement que ce n’est pas le cas et qu’il s’est de toute évidence trompé de personne. Sur le coup, tu peux lui avoir touché on orgueil, mais tu n’as pas à endosser ce qui ne t’appartient pas. 

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci: 

30 exercices que vous pouvez faire N’IMPORTE OÙ (hôtel, bureau, parc, plage, etc.)!

 

 

Source(s) image(s):
Patron dominant, via Shutterstock

Commentaires