Il n’y a pas si longtemps, j’ai écrit une série d’articles sur certaines pratiques et gadgets douteux en rapport avec l’entraînement en musculation… peu de temps après je me suis rendu compte qu’il y en avait une autre babiole dont je n’avais pas parlé et qui mérite elle aussi un article: la fameuse machine à traction assistée (ou Gravitron).

À LIRE AUSSI : Arrêtez de perdre votre temps avec le rouleau

J’ai mentionné à quelques reprises la machine à traction assistée dans  certains articles mais je ne lui avais pas encore consacré d’article spécifique. Comme chaque fois que je suis au gym je n’en reviens pas de la quantité de gens que je vois perdre leur temps sur cet appareil, je pense qu’il est grand temps de mettre les points sur les « i ».

Des fois, il faut dire « les vraies affaires » comme on dit, donc excusez-moi l’expression messieurs mais je vais le dire pour que ce soit clair et que ça vous rentre dans la tête : le Gravitron c’est une idée de feluette et c’est fait pour les feluettes!!! Et je sais que dans le dictionnaire il est écrit qu’on doit dire « fluette » mais dans un cas comme celui-là ça prend un « e » de plus pour exprimer le fond de ma pensée et pour être sûr de laisser une note mentale indélébile dans votre cerveau.

Le principe derrière cet appareil est le même que cette nouvelle mode d’utiliser un élastique pour faire des tractions à la barre; assister la personne qui se plaint d’être incapable de faire de vraies tractions. J’ai déjà couvert l’inutilité des élastiques dans un autre article donc je vais me concentrer ici sur l’appareil. C’est bien gentil comme intention de vouloir aider les gens sauf que le problème c’est que ce n’est pas en gardant des béquilles qu’on apprend à marcher mais en s’efforçant de se tenir debout… et un homme, un vrai, ça se tient debout!  

Oui mais j’ai de la difficulté à faire des tractions…

Bouhouhouarrêtez vous allez me faire pleurer! Évidemment que c’est difficile, le but de l’entraînement est de forcer le corps à s’adapter et pour qu’il s’adapte il faut le mettre à l’épreuve et non chercher à lui rendre la tâche plus facile. Si vos muscles ne sont pas assez forts pour vous supporter c’est justement un signe qu’il faut les stimuler et les faire travailler davantage, pas moins!

Ce qui rend difficile de réaliser une traction, c’est d’être suspendu par les bras et d’avoir à stabiliser le corps dans le vide pour ensuite le hisser vers la barre. Parmi les muscles responsables de cette stabilisation, il y a le grand dorsal, ce long muscle qui vous donne cette forme en « V » sur les côtés, et le sous-scapulaire, un muscle de la coiffe des rotateurs. Le contrôle et la surcharge, surtout dans la descente (phase excentrique de l’exercice), sont particulièrement essentiels dans l’amélioration de la capacité à exécuter des tractions à la barre. Si ce que vous faites en salle de musculation n’est pas payant, vous perdez votre temps et une chose que vous ne perdez certainement pas ce sont des calories! En reposant le poids de votre corps sur un banc stable muni d’un système de poulie au lieu de le laisser suspendre par les bras, vous enlevez tout le côté payant de l’exercice. Pourquoi? Parce que vous réduisez le stress eccentrique qu’auraient dû supporter ces muscles stabilisateurs et qui les auraient forcés à s’adapter (augmenter leur force et leur volume). Si vous empêchez les muscles que vous voulez cibler de travailler de façon efficace et optimale, comment espérez-vous qu’ils se développent et comment pensez-vous un jour être capable d’enlever vos béquilles et de courir?

Déjà qu’on ne peut pas dire que la majorité des gens travaillent très fort en partant... c’est encore pire lorsqu’un appareil les aide. La prochaine fois que vous serez au gym, prenez la peine de regarder le gars que vous verrez utiliser l’appareil à traction assistée, juste pour voir. Je n’ai pas la prétention d’être prophète mais je peux vous dire tout de suite ce que vous verrez : un excité qui s’amuse à se laisser glisser de bas en haut tel un enfant dans une balançoire! Il y a même de fortes chances qu’il se contente de faire la moitié du mouvement. À ce moment précis je vous donne la permission, pour ne pas dire le devoir, d’aller le voir et de l’informer qu’il n’est pas dans une salle de jeux mais bien une salle d’entraînement.

Oui mais je veux l’utiliser juste au début pour m’aider…

Si c’est en se tenant debout qu’on peut espérer commencer à marcher, c’est en tombant et en se relevant qu’on avance. L’autre problème avec l’utilisation d’appareils comme le Gravitron c’est que le transfert ne se fait pas vraiment. Comme nous venons de le voir, être supporté et être aidé (en étant allégé) représente une réalité tout à fait différente que d’avoir à se stabiliser et se soulever. Exécuter une traction à la barre exige également de dévédelopper son sens de la proprioception et de la gestion du corps et de ses segments dans l'espace. C’est d’ailleurs pourquoi les personnes qui comptent sur cet appareil pour les aider à faire des tractions se rendent rarement à destination et ne peuvent finalement jamais s’en passer.

Lorsque j’entraîne une personne à faire des tractions à la barre, que ce soit un gars ou une fille, je n’utilise que des exercices et des techniques qui ont un fort potentiel de transfert vers une vraie traction. Par exemple, la traction à la poulie (lat pulldown) est déjà plus intéressante car elle permet de surcharger et de stimuler plus efficacement le grand dorsal en exerçant une traction constante sur ce dernier au lieu de diminuer son implication dans le mouvement. Elle permet aussi plus de liberté de mouvement et même de le décortiquer afin de travailler des éléments spécifiques comme la posture ou les amplitudes plus problématiques. Le travail en isométrie ou en excentrique est aussi très payant à la barre.

En terminant, je dois vous avouer qu’il m’arrive  de me servir de cet appareil mais pas pour les raisons pour lesquelles il a été construit… Je m’en sers en effet pour travailler les fessiers! Et oui, en poussant avec un pied sur le banc et en travaillant contre et non avec la résistance, cet exercice permet de travailler les fessiers en amplitude et avec une résistance variable, un peu comme une montée de banc. Donc cet appareil il n’est peut-être pas complètement inutile finalement… sauf qu’à mon avis on pourrait enlever les poignées du haut.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Arrêtez de perdre votre temps avec les élastiques

Source(s) image(s):

Commentaires