Si vous écoutez « Game of Thrones », vous avez peut-être une vague idée de ce qu’est un bordel. Mais à quoi ça ressemble vraiment de l’intérieur? Est-ce que c’est aussi « hot » qu’on le dit? Sarah Greenmore, une travailleuse du sexe qui travaille dans le Moonlite Bunny Ranch, une maison close légale dans le Nevada, aux États-Unis, s’est récemment confiée sur la plateforme Reddit. Elle y a parlé notamment de ses conditions de travail. Voici ce que nous avons retenu.

À LIRE AUSSI : Un réseau social pour les travailleuses du sexe qui est loin de passer inaperçu

Un début à tout

Avant de travailler dans la prostitution, Sarah évoluait dans l’industrie de la beauté et des spas. Malheureusement, le salaire n’était pas suffisant pour « supporter » son mode de vie. 

À temps partiel, elle faisait un peu de webcam et de films pour adultes, en plus de vendre ses sous-vêtements. 

Puis, un jour, voyant qu’elle n’avait aucun problème avec sa sexualité et qu’elle trouvait ça beaucoup plus gratifiant de faire plaisir sexuellement aux autres que de travailler dans un spa, elle a décidé que son emploi à temps partiel deviendrait son travail à temps plein. 

Elle a alors été engagée dans un des bordels du Nevada, car elle aimait beaucoup l’aspect « communauté » de celui-ci, en plus du fait que c’était contrôlé. Elle se sentait plus en sécurité là que dans une ruelle sombre et malfamée à 3h du matin. 

Le truc le plus fou demandé par un client 

Selon la travailleuse de sexe, la chose la plus étrange qu’un client lui a demandé était d’avoir un rapport sexuel sans protection. Bien sûr, elle a refusé.

« Qu’est-ce qui arriverait si je faisais ça à chaque client? Ma sécurité et celle de mes clients sont plus importantes que ton orgasme. Fin de la discussion », lui a-t-elle répondu.

D’ailleurs, elle révèle qu’une fois, un de ses clients, un étudiant complètement soû,l a enlevé son condom, alors qu’il était dans une position dans laquelle elle ne pouvait pas le voir. Elle s’en est tout de suite aperçue et il a eu très peur d’elle. Il lui a versé un pourboire de 400 $ pour s’excuser. 

Les interdits 

Sarah a une liste de choses que ses clients n’ont pas le droit de faire. Parmi celles-ci, on retrouve le sexe oral. Elle l’interdit, car on peut attraper des ITS ou des infections bactériennes

Elle se souvient qu’une fois, un gars avait essayé de lui faire un cunnilingus. Elle lui avait donné plusieurs avertissements, mais il essayait toujours de descendre en bas de la ceinture. Elle a été obligée de l’expulser. 

Le paradis des puceaux 

Comme on pourrait le croire, le bordel où elle travaille accueille régulièrement des puceaux. Elle-même, elle en a déjà eu beaucoup comme client. D’ailleurs, son client le plus « rapide » est venu en 1 min 30

Contrairement aux croyances, Sarah a déjà eu quelques femmes comme clientes. Elles ne recherchent pas toujours le sexe, mais veulent parfois seulement être intimes ou avoir du plaisir. Toutefois, elle assure que la plus grande partie de sa clientèle est des hommes

Et que fait-elle quand le client est vraiment laid ou dégoûtant? Ça ne la dérange pas vraiment. Elle est là pour faire plaisir aux autres et elle se fout de son apparence.

Un salaire enviable? 

Habituellement, elle travaille de 5 à 7 jours par semaine. En juillet, elle a travaillé 13 jours et a déclaré un montant de 9 700 $ (avant impôt), ce qui est probablement plus que ce qu’elle faisait dans l’industrie du spa. 

Un petit ami? 

Pendant 3 ans et demi, elle sortait avec un gars qui travaillait comme acteur porno. Malheureusement, ils se sont séparés, mais elle ne croit pas que ce soit à cause de la nature de leur travail. 

Elle ne recherche pas d’autre relation pour le moment. Désolé pour les intéressés! 

 

Source : Reddit.

 

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

La ville le paie pour avoir du sexe avec des prostitués

Source(s) image(s):
Twitter

Commentaires