BORNES ÉLECTRIQUES

Difficile de trouver un segment plus compétitif au Québec que celui des voitures compactes. Plusieurs modèles de qualité se livrent une chaude lutte pour l’argent des consommateurs de la belle province qui désirent une voiture économique, fiable, confortable et relativement abordable. Si vous doutez de l’importance des compactes sur notre marché, jetez un coup d’œil par la fenêtre.

À LIRE AUSSI: Top 10 des japonaises des années 90

Si vous êtes à proximité d’une rue passante, vous verrez avant longtemps une Honda Civic, une Toyota Corolla, une Hyundai Elantra, ou encore une de leurs rivales. De son côté, Scion souhaite que vous voyiez bientôt passer la toute nouvelle iM 2016.

Si vous êtes plus ou moins familier avec Scion, vous n’êtes pas seul. Propriété de Toyota, la marque Scion n’existe pas ailleurs qu’en Amérique du Nord. Visant une clientèle plus jeune et dynamique que l’acheteur moyen de Toyota, Scion propose des modèles parfois étranges, comme la xB ou encore la iQ.

Mais tout cela est chose du passé alors qu’en 2016, la marque aura trois voitures à offrir : la sportive FR-S, le coupé TC et la toute nouvelle Scion iM que j’ai eu l’occasion d’essayer à Calgary la semaine dernière.

Alors que la TC et la FR-S son nez à nez à chaque mois en termes de chiffre de vente, la iM devrait les devancer sans difficulté lorsque le modèle fera son entrée sur le marché en septembre. Du moins, Scion espère que ce sera le cas alors que le constructeur souhaite écouler environ 4 000 modèles par année. C’est très peu comparativement au reste du segment, mais ce serait une hausse importante si l’on compare aux autres modèles de la marque.

Pour espérer atteindre de tels objectifs, Scion a donné à la iM une personnalité équilibrée à la fois sportive et confortable, du moins sur papier. Le style de la nouvelle compacte se veut certainement dynamique, et les nombreuses teintes flamboyantes en font une voiture qui devrait plaire aux acheteurs plus jeunes. En contrepartie, l’habitacle est plus raffiné avec une console centrale à l’apparence et à la finition haut de gamme. La Scion iM 2016 est également spacieuse autant pour les passagers qu’à l’arrière dans le coffre.

Pouvant contenir 588 litres avec tous les sièges en place, elle offre également un bon dégagement pour la tête et les jambes, même pour les adultes. Il manque peut-être un peu d’espace de rangement à l’intérieur, mais il y a huit porte-verres au total, probablement pour plaire aux Américains.

S’il est possible de personnaliser l’apparence extérieure de plusieurs façons, la iM n’offre pas beaucoup de choix en termes de versions. Remarquez que ce n’est pas nécessairement un défaut puisqu’elle offre tout de même de série la climatisation à deux zones, le régulateur de vitesse, le système Bluetooth et l’intégration de l’application de musique web AHA. Il manque cependant les sièges chauffants et le système de navigation qui exigent un déboursé supplémentaire tandis que le toit ouvrant ou encore la radio satellite XM ne sont tout simplement pas offerts.

Sous le capot, un moteur quatre-cylindres de 1,8 litre développant 137 chevaux et 126 lb-pi de couple s’occupe de propulser la iM. Une boîte manuelle à six rapports est de série tandis qu’une boîte  automatique à variation continue baptisée CVTi-S provenant de la Toyota Corolla est en option.

Je dois avouer d’emblée que cette dernière était ma préférée. En premier lieu il faut savoir qu’elle se comporte beaucoup plus comme une boîte automatique traditionnelle qu’une CVT « normale », allant même jusqu’à simuler le passage des rapports. De plus, elle offre un mode Sport qui permet d’aller chercher un peu plus de punch quand le conducteur appuie sur la pédale droite.

Et la Scion iM 2016 en a grandement besoin. Si cette voiture a un défaut, c’est bien la lenteur de ses accélérations et de ses reprises. Le conducteur n’a tout simplement pas l’impression d’avoir 137 chevaux sous le pied droit, et c’est pire avec la boîte manuelle.

En contrepartie, l’économie de carburant est raisonnable, se chiffrant à 7,7 litres aux 100 kilomètres en moyenne avec la manuelle et 7,4 litres aux 100 kilomètres en moyenne avec l’automatique. Notre journée d’essai s’est terminée avec une moyenne de 7,7 l/100 km avec la CVT.

Sur la route, le silence de roulement est correct tout comme le confort. Il manque seulement environ 20 chevaux pour en faire un véhicule avec très peu défauts, surtout que son prix est compétitif : 21 165 $ pour la version à boîte manuelle et 21 990 $ pour le modèle à boîte automatique. Le prix se situe dans la bonne moyenne pour le segment, comme la Scion iM 2016 dans son ensemble. 

 

Toyota a-t-il besoin de Scion pour rejoindre les jeunes?

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Mazda CX-3 2016, coup de foudre

 

Source(s) image(s):
Ecoloauto

Commentaires