C’est la veille d’un long week-end, et vous vous demandez quoi faire? Pourquoi pas un petit test pour votre berline familial, et petit road trip en direction de la région d’Ottawa. C’est ce que j’ai fait au cours des dernières semaines au volant de la Mazda6, et j’en suis ressorti agréablement surpris.

À LIRE AUSSI : Premier contact Scion iM 2016: nouvelle venue

Surpris d’abord par la voiture elle-même. Après tout. À son bord prenaient place quatre adultes en pleine possession de leurs moyens (lire ici que Fiston est imposant verticalement, moi plutôt horizontalement). Jamais personne ne s’est plaint du manque d’espace ou du confort relatif de la voiture.

Il y eu bien la copine de Fiston qui trouvait l’emplacement des boutons des sièges chauffant arrière mal placés, puisque ceux-ci démarrait au moindre contact, mais sans plus. Nos deux grands jeunes adultes assis à l’arrière ont profité de l’appuie bras escamotable et du porte-gobelet intégré tout au long de la randonnée.

Route de campagne

Évidemment, on ne fait pas un road trip en longeant les autoroutes. C’est donc par les routes de campagne que nous avons amorcé notre virée ontarienne, ce qui nous a permis de découvrir des petites merveilles régionales : Van Kleek Hill, par exemple, accueille une spectaculaire savonnerie artisanale et son jardin de plantes aromatiques (Garden Path soap), et le petit village de l’Orignal abrite la deuxième plus ancienne prison du pays, que l’on peut visiter.

Malgré son poids relativement élevé, merci aux passagers et aux valises qui remplissaient le coffre arrière, la Mazda 6 s’est avérée dynamique et maniable sur les routes sinueuses et bucoliques des comtés de Prescott Russell. Jamais, par exemple, n’a-t-on ressenti le moindre roulis désagréable en virage, même parmi les plus appuyés.

Il est vrai que le moteur 4 cylindres de la berline familiale manquait parfois de souffle, et ses 184 chevaux étaient un peu juste avec tout ce poids en charge, mais sans véritable conséquence. Même la consommation n’en a pas trop souffert, la voiture affichant une consommation moyenne inférieure à 9,5 litres aux 100 kilomètres aux termes de tout notre voyage.

Route de ville

Une fois la campagne visitée, il fallait en trouver notre repos au centre-ville d’Ottawa. Logés au Residence Inn, à quelques pas du Parlement, les touristes que nous sommes ont apprécié l’emplacement.  Notre Mazda6 a, pour sa part, mis à profit sa maniabilité dans les petites rues entourant le secteur touristique du Marché By où les stationnements sont parfois hasardeux, et où on va pour l’abondance de restaurants et de boutiques. Merci, caméra de recul et aide au stationnement pour votre contribution.

Seul bémol, notre petite randonnée en route vers le Parc Britannia, via la Promenade Sir John A. MacDonald a failli tourner au désastre : notre système GPS avait décidé pour de longues minutes de demeurer dans la région montréalaise, et nous indiquait la mauvaise direction.

Heureusement,  nous nous sommes retrouvés au parc et à sa plage, pour y savourer le meilleur burger de la ville au Baja, et pour se lancer à l’assaut de la rivière en rafting. Ottawa city adventure y propose en effet un léger rafting qui vous mènera au cœur du centre-ville.

Le lendemain, dernier jour de notre randonnée, nous GPS nous a encore joué un vilain tour, nous indiquant la direction nord pour le Diefunbunker dans la municipalité de Carp. Une fois encore, notre sens de la débrouillardise a déjoué le système et nous avons pu visiter ce musée de la Guerre froide logé à 6 étages sous terre. Une visite incontournable pour nous redonner un peu de mémoire collective.

Notre retour s’est effectué sans anicroche, quoi que encore par les routes de campagnes pour goûter au célèbre fromage en grain de la fromagerie St-Albert.

Road trip

À moins de deux heures de Montréal, la région d’Ottawa nous a surpris par son accueil et la richesse de ses installations. Quant à notre Mazda 6, elle nous a surpris par le plaisir de conduite qu’elle procure, même en conditions plus intensives.

Accessoirement, ajoutons que le système multimédia facile à programmer a suscité de longues discussions, Fiston et Chérie voulant chacun à tour de rôle nous faire profiter de leur liste musicale en connexion Bluetooth.

Quant au conducteur que je suis, il a apprécié l’affichage tête haute, de série dans la version GT, qui ne m’obligeait pas à quitter la route des yeux.

Avec plus de 780 kilomètres en quelques jours, uniquement pour le plaisir, je peux dire sans crainte que la Mazda6 est une véritable berline familiale. Mieux encore, son look plait encore et les gens la regardent au passage. Dommage qu’elle soit aussi peu reconnue!

 

 

Et vous, avez-vous déjà fait un road trip en famille?

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Nissan Maxima 2016, une sportive avec de la personnalité

Source(s) image(s):
Ecoloauto.com

Commentaires