Si vous suivez un peu l’actualité littéraire, vous avez sûrement entendu parler de Millenium 4 : Ce qui ne tue pas de David Lagercrantz. C’est sans aucun doute le livre le plus attendu de l’année! Pour célébrer l’arrivée de ce roman, j’ai eu envie de vous parler de l’adaptation BD en six tomes parue chez Dupuis consacrée à la trilogie originale. Bien sûr, il y a eu l’adaptation cinématographique suédoise et américaine (qui n’est pas encore terminée), mais on oublie souvent que le 9e art s’est aussi intéressé à cette oeuvre magistrale. 

Dans mon article, je vous parlerai des deux premiers tomes consacrés à Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes. En effet, pour chaque roman de la trilogie, les auteurs ont préféré avoir recours à deux albums au lieu d’un seul. C’est pour ça qu’il y en a six au lieu de trois (cinq étant déjà sur les tablettes, le dernier devrait bientôt paraitre).

L’adaptation a été confiée au scénariste belge Sylvain Runberg et au dessinateur espagnol José Homs. J’avoue que je n’ai jamais lu les romans, mais j’ai vu toutes les adaptations au grand écran et même la mini-série de 6 épisodes. Malgré cela, j’avais l’impression de redécouvrir Millenium.

L’histoire demeure, dans les grandes lignes, la même. Le journaliste Mikael Blomkvist qui, après avoir été condamné pour diffamation, à la suite d’un coup monté, enquête sur la disparition de la nièce d’un puissant industriel, survenu il y a plus de 40 ans. Durant son enquête, il va croiser Lisbeth Salander, une jeune femme qui, malgré son look punk, est l’une des plus brillantes hackeuses de sa génération. Tous les deux vont finir par faire équipe pour trouver le responsable de la disparition de cette femme. 

Même si l’adaptation m'a semblé très fidèle, je me suis surpris à voir des scènes ou lire des dialogues que je n’avais pas vus ou entendus pendant les films. Ça ne bouleverse pas complètement le récit, mais ça permet de voir d’un oeil nouveau certains éléments.

Un dessin digne d’une grande oeuvre 

Contrairement au cinéma, la bande dessinée permet vraiment d’admirer les détails d’un environnement ou de s’attarder sur certains traits d’un personnage. Et je peux dire que dans ces deux premiers albums, je m’en suis donné à coeur joie! 

Ce qui est assez surprenant, c’est que le style de José Homs est plus proche de la caricature que du photoréalisme. Comme vous le savez sans doute, Millenium est loin d’être une oeuvre pour les enfants (la scène de viol de Lisbeth est très pénible à regarder et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres). On pourrait alors se questionner sur le choix du dessinateur… ou pas! 

Parce que, franchement, José Homs a accompli un travail remarquable qui permet à cette adaptation de se démarquer vraiment de ce qui a été fait au cinéma auparavant, tout en ne dénaturalisant pas l’oeuvre originale.

L’artiste prouve également que la caricature n’est pas seulement réservée à des oeuvres légères ou comiques. Elle peut très bien servir à illustrer un sujet dur, voire très gore. 

En fait, on pourrait presque dire qu’il s’agit du prolongement de Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, tant on a l’impression que ça a été fait avec le plus grand respect. C’est comme si les pages étaient imprégnés de « l’esprit Millenium » ou, si vous préférez, de ce qui a fait le succès de la série originale. 

Verdict 

Je n’ai pas lu le 4e tome de Millenium, mais, en tout cas, si vous êtes un fan de cette série et que vous souhaitez replonger, une fois de plus, dans Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, vous pouvez opter sans problème pour ces deux albums. Bref, si on me demandait de choisir la meilleure adaptation du premier tome de la trilogie de  Stieg Larsson, je pense bien que je choisirais celle-ci!

 

 

Millenium - 1

Sylvain Runberg et José Homs

64 pages

Dupuis 

 

Cote : 4 étoiles sur 5

 

Millenium - 2

Sylvain Runberg et José Homs

64 pages

Dupuis

 

Cote : 4 étoiles sur 5

  

Source(s) image(s):
Dupuis

Commentaires