BORNES ÉLECTRIQUES

Le Challenge Ferrari regroupe quelques propriétaires qui ont décidé de se lancer à l’assaut des pistes de course au volant de leur Ferrari 458 Evo, légèrement modifiée pour la course et donc, rendue illégale pour la route. Malgré tout, elle atteint quelque 570 chevaux, et peut compter sur un appui aérodynamique qui la colle au sol.

À LIRE AUSSI: Ce que le salon de Francfort nous réserve

Chaque pilote doit d’abord suivre quelques formations avancées, puis faire l’objet d’une première évaluation. S’il est jugé apte, il joindra alors la série qui se déplace aux quatre coins de l’Amérique du Nord. Le dernier volet sera d’ailleurs disputé en Nouvelle Orléans au début octobre.

Mais un week end de Challenge Ferrari, ce n’est pas une fin de semaine de course ordinaire. C’est surtout un vaste événement qui permet d’admirer ces machines de précision, et d’avoir un petit regard sur les quelques voitures de collection présentes sur place.

Ainsi, au cours de week-end, quelques modèles, incluant la Testa Rossa et LaFerrari (la plus récente et la plus puissante des Ferrari) se sont offerts à l’œil envieux des amateurs.

La pluie diluvienne a un peu gâché le plaisir des spectateurs réunis au Mont Tremblant pour l’avant dernier week-end de course de la série Ferrari Challenge mais les pilotes, eux, n’ont rien dit. Après tout, ceux qui participent à cette série le font pour le plaisir et pour l’honneur, puisqu’aucune bourse n’est versé au vainqueur.

Un tour de piste

Pour le journaliste que je suis cependant, c’est l’expérience Ferrari qui fait le plus sourire : la possibilité de me faire conduire autour de la piste par le pilote professionnel Anthony Lazzaro au volant de l’une des voitures de la série.

Premier défi : me glisser à bord, en contournant les cages de protection et les harnais en cinq points d’ancrage, tout cela revêtu d’un casque de protection. Quelques contorsions plus tard, me voilà solidement sanglé.

Le moteur rugit, et dès la sortie des puits, le pilote accélère à fond, enfilant les premiers virages avec insistance. Toute la randonnée sera d’ailleurs sous le sceau de l’extrême, comme en témoigne la petite vidéo. Des lignes droites à plus de 230 kilomètres à l’heure, des virages à 160, mon pilote est totalement muet, mais concentré sur la route. Heureusement pour moi…

Souriant, gonflé d’adrénaline, ma sortie de la super sportive s’est faite avec beaucoup plus d’aisance. Mais toute cette aventure m’a au moins permis de comprendre quelque chose : si j’en avais les moyens, je ferais moi-même partie de ce Ferrari Challenge.

 

Dans quelle voiture rêvez-vous de faire un tour de piste?

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci:

Subaru WRX 2015, sportive juste ce qu’il faut

Source(s) image(s):
Luxurycarmagazine.com

Commentaires